La PlayStation 5 de Sony sera disponible en fin d'année. En attendant, on récapitule tout ce que l'on sait de la console. Prix, date de sortie, caractéristiques, jeux, rétrocompatibilité, design, manette DualSense... On fait le point.

La fin d’année 2020 sera placée sous le signe des nouvelles consoles, avec, d’un côté, la PlayStation 5 et, de l’autre, la Xbox Series X. Si l’on connaît quelques caractéristiques pour les deux produits, il reste encore plusieurs informations de taille à confirmer — notamment du côté de la PlayStation 5, dont on ignore encore le design, par exemple. Il se murmure qu’un événement de présentation pourrait avoir lieu au mois de mai ou au tout début du mois de juin.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, on en sait un peu plus sur la Xbox Series X, révélée en fin d’année dernière pendant la cérémonie des The Game Awards. Mais, ces derniers mois, Sony a préparé le terrain pour sa PlayStation 5, qui succèdera à la PlayStation 4, écoulée à plus de 100 millions d’exemplaires. Date de sortie, prix, architecture, jeux… Faisons le point sur cette console.

God of War, exclusivité PS4
God of War // Source : Sony

Un design encore inconnu pour la PS5

C’est la principale inconnue de la PlayStation 5 : à quoi ressemblera-t-elle ? Ces dernières semaines, on a vu défiler des photos du kit de développement. Bien qu’il soit hideux, il ne présage en rien le look final de la console. Aura-t-on droit à une tour de PC, à l’instar de la Xbox Series X ? Encore un peu de patience mais le design de la manette DualSense, présentée en amont, fournit quelques indices : la PS5 pourrait être blanche et noire — un code esthétique déjà présent sur le casque PlayStation VR.

Une photo en fuite du devkit de la PlayStation 5
Devkit PlayStation 5 // Source : Twitter

DualSense : la manette ne sera pas une DualShock 5

Quand Sony a officialisé le lancement de la PlayStation 5 pour fin 2020, il a donné deux informations sur la manette :

  • Elle aura un retour haptique pour remplacer les traditionnelles vibrations ;
  • Et des gâchettes adaptatives (les développeurs pourront jouer sur la résistance afin de proposer des sensations plus précises et proches de la réalité).

Le constructeur japonais a ensuite officialisé la manette DualSense dans un article publié le 7 avril. Nouveau nom, évolution marquée du design, finition à l’accent futuriste associant du noir et du blanc, intégration d’un microphone (qui pourra être désactivé), bouton Create (plutôt que Share), passage au port USB-C pour la recharge… Par rapport à la DualShock 4, les changements sont nombreux. On notera quand même que les sticks restent symétriques et que le pavé tactile est toujours là.

Manette PS5 ‘DualSense’ // Source : Sony

Moins puissante que la Xbox Series X, sur le papier

Le 16 avril 2019, dans les colonnes de Wired, Sony dévoilait l’architecture de la PlayStation 5. Elle s’appuiera sur les fondations de la PlayStation 4 avec toujours cette confiance accordée à AMD (CPU Ryzen Zen 2, GPU RDNA 2 prenant en charge le ray tracing et 16 Go de RAM). Très vite, la multinationale a mis en avant l’intégration d’un SSD maison à la pointe, permettant des temps de chargement hyper rapides. Elle ne compte pas oublier non plus l’emphase sur le son, avec de l’audio 3D au programme, et elle pourra lire les Blu-ray UHD. La PS5 est annoncée compatible avec la 4K à 120 Hz, ainsi qu’avec la 8K (interface HDMI 2.1). Attention : cela ne veut pas dire que les jeux tourneront en 8K native.

Du côté de la puissance GPU, on sait que la PlayStation 5 sera un peu moins bien lotie que la Xbox Series X : 10,28 téraflops, contre 12,16 téraflops. Sony a aussi fait le choix de processeurs avec une fréquence variable (sans doute pour éviter la surchauffe), ce qui impliquera des optimisations de la part des développeurs. La firme japonaise compte sur son SSD custom revendiquant une vitesse de transferts de 5,5 Go/s bruts en lecture pour faire la différence. À terme, on peut penser que ce sera le cas, sachant que ce sont les jeux exclusifs qui en profiteront le plus.

Concernant le stockage, le SSD de la PS5 est limité à 825 Go, mais on pourra insérer un deuxième SSD dans la console — sous couvert qu’il soit compatible en termes de taille et de vitesse de transferts. Au lancement, cela risque de coûter cher.

Dernier point : la PlayStation 5 aura un mode veille beaucoup moins énergivore que les différentes versions de la PlayStation 4.

Y aura-t-il un PlayStation VR 2 ?

Quand la PlayStation 5 a été officiellement évoquée pour la première fois, Mark Cerny, architecte, déclarait, à propos du PlayStation VR : « la réalité virtuelle est très importante pour [Sony] et le PS VR actuel sera compatible avec la future console ». Il faut dire que Sony a écoulé 5 millions de PlayStation VR, ce qui constitue un petit succès pour cette technologie qui peine à décoller sur PC.

Tout porte à croire qu’un PlayStation VR 2 sera commercialisé quelques mois après le lancement de la PS5. On sait que des ingénieurs travaillent sur des évolutions, notamment la reconnaissance précise du mouvement des doigts. Cette nouveauté pourrait d’ailleurs constituer le principal argument du casque, qui proposerait alors des interactions beaucoup plus poussées et naturelles. 

Quelles exclusivités PS5 ? Quelle rétrocompatibilité ?

Sony a bâti le succès de la PlayStation 4 sur son incroyable catalogue rempli d’exclusivités de qualité (on pense fort à God of War, en attendant The Last of Us Part II). Nul doute que la PlayStation 5 surfera sur cette vague pour continuer à fidéliser sa communauté. Pour le moment, on ne connait qu’un seul jeu PS5 : Godfall, édité par Gearbox. Il sera également disponible sur PC. Assassin’s Creed Valhalla, prochain opus de la saga culte d’Ubisoft, aura droit à une version PS5.

Godfall, jeu vidéo qui sera disponible sur PS5
Godfall // Source : Gearbox

Outre les temps de chargement améliorés, Sony mise sur la rétrocompatibilité — bien partie pour être un argument phare de la prochaine génération. En ce qui concerne la Xbox Series X, on a aucun doute sur ce point. Pour la PlayStation 5, c’est un peu plus flou. Car, en octobre dernier, un porte-parole a semé le doute en indiquant par mesure de précaution : « Nous faisons de notre mieux pour que notre équipe de développement puisse assurer une rétrocompatibilité à 100 % [avec le catalogue PS4] » Quelques mois auparavant, Sony promettait une transition en douceur, notamment avec des sauvegardes PS4/PS5 partagées pour les jeux compatibles.

Durant sa conférence du 18 mars, Mark Cerny, architecte de la console, a quand même donné un chiffre : une centaine de jeux PS4 sera compatible au lancement (il s’agira des plus populaires). Dans la foulée, Sony a mis à jour un article de son blog pour rassurer les joueurs : « Nous nous attendons à ce que l’immense majorité des 4 000 titres PS4 soit jouable sur PS5. » Notons que certains titres bénéficieront de quelques améliorations graphiques et/ou techniques. « Nous avons déjà testé des centaines de titres et nous en aurons testé quelques milliers d’ici au lancement », conclut le constructeur.

Pour rappel, le service PlayStation Now permet d’accéder à plusieurs centaines de jeux anciens grâce au streaming. La PlayStation 5 devrait en bénéficier.

Rendez-vous en fin d’année 2020

La PlayStation 5 sera disponible en fin d’année, probablement aux alentours du mois de novembre (comme la PS4). Côté prix, il se murmure que Sony rencontrerait des difficultés à assurer un positionnement aussi agressif que celui de la PS4 (sortie à 399 euros). Un article de Bloomberg publié le 16 avril sous-entend même un problème pour le constructeur, qui pourrait revoir la production à la baisse en raison d’un tarif trop élevé (entre 499 et 549 dollars).

Article publié initialement le 14 janvier 2020

Partager sur les réseaux sociaux