Proposé aux abonnés PlayStation Plus pendant tout le mois de janvier, Maneater vous place dans la peau d'un requin qui doit grimper dans la chaîne alimentaire. Un concept loufoque qui sert un jeu en monde ouvert aussi poussiéreux qu'efficace.

Sur la plage de sable fin, l’ambiance est au beau fixe. Le soleil est radieux et inonde de ses rayons les vacanciers installés sur une bouée en forme de licorne. Soudain, le turquoise de l’eau laisse sa place au rouge du sang. Le paradis est devenu une boucherie à cause d’un requin agressif qui passait par là. Ce requin n’est autre que le héros de Maneater, jeu vidéo offert aux abonnés PlayStation Plus pendant tout le mois de janvier (version PlayStation 5 uniquement).

L’animal aquatique a des raisons d’être énervé : sa mère a été éventrée par un chasseur spécialiste des requins, héros d’une télé-réalité confrontant les mondes aquatique et terrestre. Le poisson sanguinaire doit alors grimper dans la chaîne alimentaire afin d’être suffisamment évolué pour se venger de l’homme qui déteste son espèce. En bref, Maneater est plus proche de l’horreur du film culte Les Dents de la mer que de la joie communicative de la chanson Baby Shark (le plus gros carton YouTube de l’Histoire).

Mais il ne faut pas y voir une intrigue premier degré.

Maneater // Source : Tripwire Interactive

Maneater est un jeu crétin, doublé d’un plaisir coupable

Maneater parvient à captiver grâce à sa narration crétine. Pendant toute la durée de l’aventure (comptez 5 à 6 heures en ligne droite), une voix off nous gratifie de quelques commentaires bien sentis. Maneater est une satyre qui se moque du monde, mais surtout de lui-même. Il est aussi un pot-pourri de références, qu’elles soient évidentes (Les Dents de la mer, forcément) ou beaucoup moins (on apprend que des monstres à la Godzilla viennent parfois s’entraîner). Preuve que l’humour est présent partout : on est tombé sur une mission intitulée ‘Je s’appelle Grotte’, en hommage au héros des Gardiens de la galaxie.

Une expérience en monde ouvert assez old-school

Derrière son univers excentrique en adéquation avec le concept, Maneater cache une expérience en monde ouvert assez old-school dans son approche. La carte, composée de cavernes, d’un bayou, de plages ou encore d’eaux profondes, est divisée en zones servant chacune un chapitre du jeu. Pour faire avancer l’histoire, il est nécessaire de remplir plusieurs objectifs qui se répètent d’un décor à l’autre. Tuer plusieurs membres d’une même espèce sous-marine, semer la pagaille parmi les humains (au point d’attirer des chasseurs), attaquer une cible puissante… : une routine se met vite en place. À l’arrivée, Maneater finit par ressembler à un GTA qui aurait été excellent il y a plus de dix ans. L’écriture permet de casser la répétition, tout comme la progression.

Maneater // Source : Tripwire Interactive

Un (vieux) GTA avec un requin

En effet, notre requin améliore petit à petit ses statistiques défensives et offensives jusqu’à devenir une vraie terreur des mers. Les développeurs offrent en prime la possibilité d’équiper le squale d’évolutions physiques pour le spécialiser et le rendre toujours plus puissant. Cet accent, inspiré des jeux de rôle, vient donner un peu plus de profondeur à l’aventure.

Il faudra veiller à bien s’armer pour affronter les ennemis : tandis que les humains restent inoffensifs malgré leur arsenal et leurs bateaux blindés, les autres prédateurs — crocodiles, orques, requins — présentent une opposition bien plus menaçante. Quant aux petits phoques et autres tortues mignonnes, ils ne seront que des entremets faciles à digérer. Eh oui, la nature est cruelle.

Un rendu graphique en 4K

Pour se défendre, le requin dispose de plusieurs mouvements plus ou moins réalistes. Son meilleur allié reste bien évidemment sa mâchoire, capable de déchiqueter tout ce qui passe par sa gueule. Mais il peut également donner un coup de queue voire, pourquoi pas, envoyer une petite victime piégée dans ses gencives façon balle de baseball. La prise en main est globalement convaincante, pour peu que l’on ferme les yeux sur les quelques soucis de caméra, les attaques qui tapent à côté par manque de précision ou encore l’esquive très permissive. Attention, matraquer la gâchette R2 pour donner des coups de dents peut occasionner des crampes — c’est du vécu. Sur ce point, heureusement que Maneater ne tire pas profit des gâchettes adaptatives de la DualSense, sans quoi la fatigue aurait été encore plus grande pour l’index.

À noter que Maneater profite de la puissance de la PlayStation 5 pour offrir un rendu graphique en 4K, nanti d’un framerate à 60 fps (taux d’images par seconde). La fluidité est au rendez-vous. Mais puisque le jeu n’est pas une grosse production, la partie visuelle demeure, au mieux, plaisante.

En bref

Maneater

Note indicative : 5/5

Le jeu développé par Tripwire Interactive a le mérite d’aller au bout de son concept loin d’être sérieux. Jamais premier degré, cette aventure d’un bébé requin en quête de vengeance mise sur sa narration loufoque et son gameplay globalement efficace pour convaincre.

Il reste néanmoins à accepter cette structure ouverte d’un autre temps. Inspirée des vieux GTA, elle a tendance à placer la joueuse ou le joueur en face d’objectifs redondants. Il faut enfin accepter la cruauté de l’intrigue, qui mélange dérives de la société humaine et lois de la nature qui récompensent les plus forts.

Top

  • Concept rigolo
  • Humour bien référencé
  • Un vrai monde ouvert...

Bof

  • ... mais un monde ouvert d'un autre temps
  • Caméra un peu capricieuse
  • Le gameplay donne des crampes

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo