Un vélo à assistance électrique est un produit onéreux, mêlant des composants qui doivent être solides car non protégés, un design le plus élégant possible et une électrification fiable. Ce guide vous propose, par usage, des modèles testés et approuvés par la rédaction.

Les modèles coup de cœur de notre guide d’achat vélo électrique

Écrire un guide des vélos électriques n’est pas chose aisée. Quiconque a commencé ses recherches en fouillant sur le web a trouvé des centaines de marques qui ont toutes de très nombreuses références. C’est pour cette raison que nous avons décidé de proposer un guide qui, au lieu de proposer des vélos, vous aide à choisir votre vélo électrique : tout l’intérêt est de connaître un minimum les composants pour savoir où situer un vélo par rapport à un autre et juger si son prix correspond à ses prestations.

Nous ne pouvons que vous inviter à le lire : il vous expliquera les différences entre un moteur dans le pédalier ou dans la roue, les types de freins et de batteries, les gammes d’ordinateurs de bord ou encore, l’équipement et les finitions. C’est en ayant les idées bien claires sur ces composants que vous finirez par savoir ce qui fait un bon vélo pour votre usage et ce sur quoi vous êtes prêts à faire des concessions pour baisser la facture.

Cela étant écrit, nous avons testé plusieurs modèles ces dernières années et nous pouvons vous présenter quelques marques et références de confiance. Gardez en revanche toujours à l’esprit qu’à équipement équivalent, vous pourriez trouver un modèle tout aussi bon, mais avec un look et un feeling de conduite qui vous plaira plus : aller dans une boutique pour essayer un vélo est donc vivement recommandé.

Le meilleur vélo électrique pour la ville

Gazelle C7 HMB

L’usage du vélo électrique est massivement urbain. C’est dans cette catégorie que vous trouverez des tas de modèles chez tous les revendeurs. L’important est d’avoir un vélo avec un moteur confortable pour les trajets quotidiens sans arriver en transpirant au bureau, de bons freins pour la pluie et des équipements utiles préinstallés. On ne cherchera pas la performance à tout prix et en cela, les modèles de Gazelle sont bien pensés.

Avec un moteur Bosch Active Line et une batterie de 300 Wh Gazelle C7 HMB est paré pour affronter les pistes cyclables et vous entraîner sans effort sur des routes goudronnées. Les suspensions à l’avant vous permettront d’encaisser les coups et les 7 vitesses permettront sans mal d’ajuster la puissance de vos jambes par rapport à celle du moteur et de continuer à pédaler même après la vitesse d’assistance maximale atteinte.

Le système de porte-bagage MIK, hyper pratique, vous permettra de mettre des tas d’accessoires à l’arrière de votre vélo, pour en faire un vrai compagnon d’emplettes. L’antivol sur la roue arrière est très pratique pour les arrêts minute.

D’autres vélos électriques recommandés pour la ville

Le Moustache Lundi 27 // Source : Moustache / Utilisation autorisée pour Numerama

Le VTC électrique pour aller plus loin que la route

Moustache Samedi X-Road

Le constructeur vosgien Moustache, qui consacre son expertise entièrement au vélo électrique a eu une excellente idée : prendre une base vélo urbain et la booster avec un équipement de VTT. Le résultat, c’est la gamme Samedi X-Road. Il s’agit de grands vélos, extrêmement confortables à l’usage, équipés tout à la fois pour aller vite et loin avec un moteur pédalier Bosch Performance Line et pour faire tous les trajets en douceur (suspensions avant, suspension sur la tige de selle, freins à disque hydrauliques, 9 à 11 vitesses, pneus tous chemins Hutchinson Python sur roues 27 pouces…).

Sur la route, il est difficile de mettre un X-Road en défaut. Le vélo est particulièrement agressif dans ses relances moteur, grâce au Performance Line qui se positionne dans la gamme Bosch à la deuxième place côté puissance, ce qui vous permet de dompter la ville sans le moindre risque, démarrant bien avant la plupart des voitures. Mais le Samedi à cela de spécial qu’il est aussi un vélo capable de vous emmener plus loin que les pistes cyclables, parfaitement adapté aux chemins terreux et boueux. Moustache le livre avec des roues fixées par un système de démontage rapide pour être capables d’effectuer des réparations pendant les longues ballades, mais vous pourrez installer sans problème un kit sécurisé si votre usage est plus urbain.

Nous conseillerions la gamme à partir du X-Road 3, pour profiter des 10 vitesses et de la batterie 625 Wh.

Canyon Roadlite:On

Un magnifique vélo // Source : Louise Audry pour Numerama

C’est l’un de nos récents coups de cœur : le Roadlite:On de Canyon est une petite merveille à piloter. On adore sa légèreté (15,5 kg) qui permet de le porter dans des escaliers sans souffrir et offre la possibilité de l’utiliser sans moteur, comme un vélo musculaire, si l’envie d’un peu de sport se fait sentir. Le Roadlite:On est extrêmement performant en ville et sur les chemins, grâce à son style gravel assumé.

Le moteur Fazua à trois modes d’assistance est particulièrement bluffant pour sa petite taille. On trace à toute vitesse dans un environnement urbain, entre les obstacles, tout en gardant une bonne maîtrise du vélo. Et si l’asphalte se transforme en chemin boueux, on sait que le Roadlite:On est aussi capable d’assurer.

Pour la ville, on regrettera l’absence d’équipement lumineux (à rajouter) et les garde-boues qu’il faut aussi installer soi-même. Mais sans ces éléments, on ne peut que dire que l’on se retrouve avec un vélo épuré, qui plaira à celles et ceux qui cherchent aussi le style.

D’autres vélos électriques recommandés pour les chemins

  • Cannondale propose un bon vélo, quoiqu’un peu rustique, avec sa gamme Canvas Neo. On aime les énormes pneus et le moteur très haut de gamme de Bosch, on regrette l’absence de suspension et la batterie difficilement amovible.
  • Kalkhoff propose un bon compromis avec sa gamme Endeavour, équipée en Bosch Performance et prête à rouler, avec un équipement complet (éclairage, porte-bagage) et une batterie jusqu’à 500 Wh. Kalkhoff propose en plus trois cadres au choix avec le même vélo, ce qui permet de choisir la position sur laquelle on est le plus confortable.
  • Le VTT électrique existe également, mais les prix s’envolent, car les constructeurs cumulent équipement haut de gamme, moteurs surpuissants, fiabilité sur le long terme et recherche de la légèreté. Une équation qui fait qu’on sort du marché classique : si vous souhaitez un VTT électrique, c’est que vous avez déjà une bonne connaissance de l’activité et de la pratique.

Le vélo électrique connecté

Iweech

Le vélo urbain Iweech est une très bonne surprise. Pour celles et ceux qui apprécient avoir un vélo un brin gadget, il ravira avec ses nombreuses données sur l’application, son alarme intégrée et ses différents modes configurables. Mais, contrairement à beaucoup de vélos gadget, le vélo Iweech est aussi un bon vélo. Ses petites roues de 24 pouces vous permettront une aisance remarquable en ville et sa potence pliable vous donnera un accès aux garages à vélo les plus encombrés.

On aime beaucoup sa dynamique et son moteur surpuissant, qui ne nous a jamais fait faux bond. Avec 90 Nm de couple, c’est un des plus rapides à accélérer que nous avons testés. Il permettra des trajets urbains nerveux et a la capacité de vous faire démarrer avant les voitures et autres scooters sous-motorisés.

Son seul défaut ? À 2 950 €, le tarif est salé pour un vélo de ce genre — sans garantie que la jeune entreprise marseillaise ait une longue vie.

D’autres vélos électriques connectés

Le monde du vélo connecté est un véritable appeau à bullshit. Qu’il s’agisse de vélos dropshippés depuis la Chine aux homologations douteuses ou des vélos que la presse encense alors qu’ils ne sont pas encore sortis, le mot connecté a ajouté au cycle tous les côtés gadget de la tech. Il suffit de voir les nombreux témoignages de clients déçus du vélo Angell de Marc Simoncini, annoncé en grands pompes et encensé par une presse qui ne l’avait pas testé pour s’en rendre compte. À l’heure où ces lignes sont écrites, l’entreprise a toujours refusé de nous prêter un vélo dans des conditions décentes pour un test.

Mais si vous souhaitez un vélo connecté à tout prix, nous ne pouvons que vous conseiller de faire le choix d’un vélo avec une partie informatique rustique et durable : même un écran couleur sur l’ordinateur de bord est moins agréable à l’usage qu’un écran à cristaux liquide qui continuera à être lisible en plein soleil.

À ce titre, VanMoof fait plutôt bien son travail depuis la commercialisation de ses premiers Electrified (lire notre test du S3). Reste que, comme ses concurrents, VanMoof a encore des problèmes de fiabilité et les retours SAV sont fréquents. Cowboy propose un vélo dans la même veine.

Et Décathlon ?

Le Riverside E 920 // Source : Décathlon

En France, Décathlon est une référence pour l’accès au sport. La division vélo est particulièrement efficace pour construire des cycles accessibles — la gamme Riverside non électrifiée est par exemple extrêmement bien équipée pour un prix plancher. Si vous souhaitez tester l’électrique sans investir une grosse somme, le vélo de base de Décathlon nommé 920 E est toujours un choix honnête, sans être transcendant.

Avec un moteur en moyeu arrière, vous n’aurez pas la dynamique des autres vélos de ce guide, mais à moins de 1 000 € avant les aides éventuelles, vous pourrez tester la pratique avant, peut-être, de monter en gamme chez un autre constructeur. On aime le cadre suspendu pour amortir les chocs, on regrette des freins à patins sur des vélos voués à aller plutôt vite : c’est un peu cheap pour freiner sans crainte, d’autant plus sur un vélo particulièrement lourd.

Il dépasse tout de fois très largement les vélos importés, souvent non homologués, que l’on retrouve aujourd’hui sur nos routes.

Certains liens sont affiliés. On vous explique tout ici.

Article publié initialement le 26 mai 2020 et mis à jour le 05 juin 2021

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo