Le VAE (vélo à assistance électrique) pour faire du bikepacking, c’est tout à fait possible ! Pas besoin d’être un cycliste professionnel, mais ça demande néanmoins un peu plus d’organisation. Ce qui freine dans l’adoption du VAE pour voyager à vélo est sans surprise la question de la recharge. Mais en France, il existe maintenant de nombreuses solutions pour recharger votre vélo électrique et parcourir de longues distances.

Quel équipement de bikepacking choisir ? Quel VAE privilégier pour le voyage à vélo ? Sacoche, itinéraire, zone de charge, autonomie de la batterie… : on vous explique comment organiser un voyage en vélo électrique. 

Qu’est-ce que le bikepacking ?

Cyclotourisme ou bikepacking ?

Franchement même combat. C’est de la terminologie. L’idée de base reste la même : voyager à vélo sur de longues distances. Que vous soyez à la recherche de confort ou de performance, c’est vous qui faites votre voyage. Le terme « cyclotourisme » est souvent galvaudé, et c’est bien dommage.

Sans grande surprise, le bikepacking désigne la version cycliste du backpacking. C’est une philosophie qui ne s’embarrasse pas du superflu. Less is More, comme on dit.

On charge tout sur son vélo grâce à des sacoches disposées sur le cadre et un porte-bagage. L’objectif est de réduire au maximum le poids, et de le répartir sur le vélo pour se déplacer plus rapidement et facilement. C’est une approche minimaliste synonyme de liberté et d’aventure.

VTT, VTC, Gravel… : quel type de VAE choisir pour faire du bikepacking ?

Tout dépend de votre itinéraire et des routes que vous allez emprunter. 

Il est tout à fait possible d’utiliser un VAE classique pour des courts voyages ou lorsqu’on débute sur des routes bétonnées. Cependant il sera plus judicieux d’investir dans un vélo de randonnée électrique prévu pour la longue distance, un VTC, un VTTAE (VTT électrique) tout suspendu ou un gravel électrique, si vous comptez vous aventurer sur des routes peu ou pas goudronnées ou des chemins accidentés en pleine nature. Ou sur des itinéraires avec du dénivelé positif. 

Le poids du vélo est donc à mettre dans la balance suivante : souhaitez-vous un vélo à motorisation lourde qui vous accompagnera de A à Z ou un vélo à motorisation légère qui vous demandera plus d’effort mais que vous pourrez continuer à conduire une fois à sec ?

Quelques modèles électriques pour voyager à vélo et passer partout

  1. L’ultra-polyvalent Samedi 27 Xroad de Moustache Bikes (dispo sur Upway)
  2. Le gravel électrique Turbo Creo SL EVO de Specialized (dispo sur Upway)
  3. Le VTTAE Turbo Tero de Specialized (dispo sur Specialized)
  4. Le VTC électrique Endeavour 5.B Advance de Kalkhoff (dispo sur Upway)
  5. Le vélo de randonnée électrique Entice 1.B Move de Kalkhoff (dispo sur Upway)
  6. Le gravel guidon plat Dimanche 29.2 Gravel de Moustache Bikes (disponible en cadre ouvert et standard) (dispo sur Ecox)
Vélo électrique Samedi 27 Xroad de Moustache Bikes // Source : Moustache Bikes
Source & crédits :  Samedi 27 Xroad par Moustache Bikes

Quelle autonomie de la batterie pour voyager à vélo ?

Au-delà du confort et de la géométrie, l’autonomie de la batterie est ultra-importante, vous vous en douterez. Pour le voyage à vélo et les grandes randonnées, choisissez un VAE avec une batterie d’une capacité de 500 Wh minimum. Ce n’est pas une donnée absolue : cela dépend aussi du poids du vélo. Par exemple, certains VAE de route ou gravel pèsent beaucoup moins lourd qu’un VTC électrique. Pour eux, une batterie de plus ou moins 300 Wh suffit. À titre informatif, le gravel Turbo Creo SL dispose d’une batterie de 320Wh. Il ne faut pas oublier que vous allez alourdir le vélo avec vos bagages et donc que ça consomme plus de batterie.

Quelle distance avec un vélo électrique ?

Le bikepacking est une activité loisir, vous n’aurez donc pas forcément à vous presser. De plus, si vous prenez la route, un vélo lancé à 25 km/h n’a pas besoin de beaucoup d’énergie moteur : vous pouvez miser sur les modes éco de votre vélo et donc considérer que vous atteindrez la valeur haute de l’échelle fournie par le fabricant.

Si vous partez sur un vélo hybride comme l’Endurace:ON de Canyon, vous forcerez plus mais vous pourrez aller beaucoup plus loin — voire, continuer sans problème quand la batterie est à plat. L’autonomie de la batterie sera alors moins un critère à prendre en compte : vous pourrez compter sur vos jambes pour aller jusqu’à votre relai suivant.

Quelles sacoches choisir pour faire du bikepacking en vélo électrique ?

La sacoche bikepacking sur le guidon

Réservez son utilisation pour le rangement de vos indispensables et petits objets peu volumineux (papier d’identité, argent, kit de réparation, un petit ravito, une veste de pluie savamment repliée pour faire face à la météo, appareil photo). 

La sacoche bikepacking sur le cadre

Ces sacoches peuvent occuper tout l’espace ou simplement s’attacher au top tube. Assurez-vous de la compatibilité avec votre VAE : parfois, avec la batterie, ça ne passe pas !   

La sacoche bikepacking sur la selle

Celle-ci s’attache sur la tige de selle via des scratchs ou des sangles. Elles sont taillées pour l’aventure à vélo et le bikepacking. Elles ne gênent pas le pilotage du vélo. Ces sacoches sont en général équipées d’un système pour chasser l’air. 

Les sacoches sur le porte-bagage

Les sacoches latérales sont davantage adaptées pour une conduite moins sportive ; elles sont en cela très appréciées pour le voyage à vélo. Elles offrent un espace de stockage important, elles seront donc à privilégier pour les longs voyages à vélo et les séjours en toute autonomie (bivouac et tente). 

La recommandation qui s’applique à toutes les sacoches : choisissez des modèles étanches pour qu’une mauvaise météo ne soit pas un sujet. La liste des sacoches est non exhaustive : il existe aussi des modèles qui s’attachent sur la fourche. 

Litrage des sacoches : quel volume pour le bikepacking ?

Tout dépend de : 

  • la durée de votre voyage à vélo,
  • le degré d’autonomie (full bivouac dans la nature, hébergement en gîte ou hôtel),
  • le moment où vous partez (les vêtements vélo pour l’hiver prennent plus de place !).

Astuce de pro

Testez avec un sac à dos et regardez sa capacité en litres. Cela vous permettra d’ajuster le nombre de sacoches, ainsi que leur litrage en fonction de vos besoins effectifs.

Pour un voyage sur deux jours, une sacoche de guidon et une sacoche de selle, comme la sacoche de selle Apidura Expedition Saddle Pack 17L suffisent. Au-delà, complétez avec une sacoche de cadre pour une configuration bikepacking complète. 

Decathlon, Vaude, Ortlieb… : quelles marques choisir pour ses sacoches vélo ?

Vaude, Ortlieb, Apidura sont les trois marques que vous apercevrez le plus sur un set-up bikepacking. Elles ont fait leurs preuves, résistent aux aléas de la météo et proposent des produits durables, fonctionnels et durables dans le temps. Decathlon propose aussi une gamme à un bon rapport qualité/prix. Autres marques ? Blackburn, BBB et le frenchy Zéfal qui offre un très bon rapport qualité/prix aussi !

Comment répartir ses sacoches sur son VAE en bikepacking ?

L’objectif est d’équilibrer la charge pour ne pas vous déséquilibrer. 

  • Mettez tout ce qui est lourd sur la sacoche de cadre afin de soulager la sacoche de selle. Trop chargée, celle-ci risque de modifier votre centre de gravité et de vous gêner lorsque vous tournez. 
  • Ne chargez pas trop à l’avant. 
  • Si vous roulez avec deux sacoches sur le porte-bagage, répartissez la charge.
  • Mieux vaut privilégier plus de sacoches que d’en surcharger 1 ou 2.  

Vous pouvez mettre vos vêtements, duvet et chaussures à l’arrière. Pour gagner de la place dans la sacoche de selle, utilisez des sangles de Voile Straps ou Fast Straps de Restrap. C’est toujours pratique. Protégez vos chaussures de la pluie dans un sac en plastique.

Quels vêtements prendre pour faire du bikepacking en VAE ?

Préparer son voyage

Avant de partir, faites une sortie test avec vos sacoches remplies comme le jour J. Ça permet de se familiariser avec votre VAE chargé, et de mieux répartir la charge selon votre conduite.

  • Des vêtements respirants et techniques qui sèchent rapidement 
  • Une veste de pluie 
  • Un cuissard long ou court
  • Un casque
  • Une tenue de rechange pour la ville
  • Des chaussures de vélos avec ou sans cale automatique
  • Des baskets légères et souples, ou des claquettes (ça se range plus facilement dans les sacoches !)

Pour les chaussures et si vous n’êtes pas familarisé·e avec les pédales automatiques, vous pouvez aussi acheter des chaussures de VTT pour pédales plates. Elles ont une gomme résistante et une semelle rigide pour un pédalage confortable. Ne prévoyez pas non plus de faire une randonnée à pied avec !

L’équipement indispensable quand on fait du bikepacking en VAE

  • Un kit de réparation (chambre à air, rustines, démonte-pneu, pompe à vélo)
  • Le chargeur de batterie et son câble d’alimentation
  • Un antivol 
  • Le matos pour bivouaquer : duvet, bivy, tente, etc.
  • Une patte de dérailleur
  • Un dérive-chaîne ou une pince attache rapide et un maillon 
velo_electrique_aventure_Kalkhoff_Endeavour
Source :  Kalkhoff, VAE de la gamme Endeavour

Bikepacking : où recharger son vélo électrique en voyage ?

Un voyage à vélo en vélo électrique demande un minimum de préparation. Avant de partir, vous devez repérer les endroits où il vous sera possible de recharger votre vélo. Si l’on peut parfois compter sur la philanthropie de certains restaurants, campings, hôtels et vélocistes, vous pouvez aussi recharger votre VAE sur des bornes de recharge mises à disposition par les municipalités ou les régions. 

En 2018, Bosch a déployé en France des stations de recharge (PowerStations). Ces stations sont sécurisées : vous accédez à un casier grâce à une clé. Les stations Bosch sont principalement installées dans des offices de tourisme et des bureaux d’informations touristiques. Vous pouvez ainsi laisser votre batterie se recharger pendant la pause déjeuner. Attention, ces bornes sont uniquement compatibles avec les batteries Bosch. Sur le site, vous retrouverez l’adresse et le numéro de téléphone de l’office. Le mieux est de les appeler avant pour vous assurer que les bornes fonctionnent toujours. 

carte PowerStations bosch
Carte des PowerStations de Bosch pour trouver votre borne de recharge

Certains itinéraires touristiques prisés par les bikepacker et cyclotouristes ont aussi mis en place des bornes de recharge. C’est le cas de La Loire à Vélo qui fournit sur son site la liste des lieux pour recharger votre VAE.

Une douche chaude ?

Si vous avez envie de faire des rencontres, vous pouvez aussi vous inscrire sur Warmshowers. La communauté réunit près de 125 000 hôtes chez qui passer la nuit et recharger votre vélo. L’inscription à vie coûte 30 $.

France Vélo Tourisme a mis en place le label « Accueil Vélo » qui permet de trouver facilement un hébergement bike friendly qui possède des équipements dédiés aux cyclistes. Ils sont idéalement situés à proximité des grands itinéraires vélos. Même si le bikepacking en vélo électrique se démocratise de plus en plus, les bornes de recharge se font quand même rares. Donc le mieux reste d’anticiper !

Recharger sa batterie de VAE plus vite avec un chargeur rapide 

Plusieurs grands fabricants proposent des chargeurs rapides pour gagner du temps. Le Fast Charger 6A Bosch vous permet de regarder à 50 % votre batterie en une heure environ. Comptez 3 heures – une grosse sieste – pour recharger entièrement votre batterie (modèle PowerTube 500 et PowerPack 500). L’engin pèse 1 kilo. 

Pour celles et ceux qui ont le temps et misent sur la légèreté, la marque Bosch propose aussi le Compact Charger. Plus petit que le chargeur standard, celui-ci ne pèse que 600 grammes. Comptez cependant 7,5 heures pour recharger les batteries PowerTube 500 et PowerPack 500. 

Assurez-vous bien que le chargeur rapide est compatible avec votre modèle de batterie. 

Derniers conseils pour un séjour bikepacking en VAE « sans accroc »

Bon à savoir

sur certains moteurs, vous avez la possibilité de régler vos plages d’assistance. Cela vous permet de réduire le niveau d’assistance pour économiser la batterie.

  • Selon votre itinéraire, et les points de recharge, adaptez votre conduite et réduisez l’assistance quand c’est possible. N’hésitez pas à monter les vitesses en montée pour moins solliciter l’assistance. 
  • Utilisez le calculateur d’autonomie de Bosch pour planifier vos itinéraires.
  • Gonflez vos pneus à la bonne pression.
  • Adaptez aussi votre itinéraire : 30 km avec 500 de dénivelé positif, ce n’est pas la même soupe que 75 km sur des routes plates. 
  • Faites entretenir votre VAE chez un vélociste avant de partir.  

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.