Canyon nous rend heureux aujourd'hui avec son dernier Roadlite:On. Si une seule impression devait ressortir de notre test, ce serait bien celle du plaisir de chevaucher un tel équipement, dans la jungle urbaine comme sur les sentiers stabilisés.

Il a la forme et la tenue de route d’un VTT, mais ce Roadlite:On épuré et léger proposé par Canyon est bien dédié à la route et aux pistes. Ce vélo est simple et très maniable. Il conviendra aux rouleurs comme à ceux qui aiment se faire plaisir à vélo.

Le modèle que nous avons testé, le Roadlite:On AL 7.0 vendu 2 499 €. Présenté comme un «  vélo fitness à assistance électrique », il a pour lui son design épuré et presque minimaliste. Ne comptez par contre pas sur lui pour transporter vos affaires professionnelles. Ni porte-bagage, ni garde-boue quand vous prenez ce vélo, il s’accompagnera donc volontiers d’un sac à dos classique pour se rendre au travail.

Pour les loisirs cependant, on apprécie cette simplicité, qui nous fait nous concentrer sur le seul plaisir de la conduite.

En bref

Canyon Roadlite:On

Note indicative : 5/5

Le Canyon Roadlite:On conviendra sans aucun doute aux adeptes du vélo sportif. Léger, maniable et conçu sous la forme d’un VTT, il offre une conduite dynamique et fluide.

Attention toutefois à ne pas trop s’aventurer hors des sentiers battus, car si il est plaisant à conduire sur les pistes et chemins stabilisés, ses roues fines et son ossature un peu rigide ne vous permettent pas de faire trop de folies comme un véritable vététiste.

Son petit moteur Fazua et ses trois modes d’assistance combleront avant tout les personnes qui aiment faire du vélo, et peut-être un peu moins les débutants ou les urbains cherchant un gros vélo de transport pour aller au travail.

Top

  • La puissance dégagée à l'accélération
  • Son poids hyper léger pour un électrique de 15,5 kilos avec batterie
  • Sa maniabilité et la fluidité à le conduire

Bof

  • Sa rigidité qui vous fait encaisser pas mal de petits chocs
  • Le manque d'équipements d'appoints (éclairage, garde boue)
  • Pas de bouton « On » sans enlever la batterie

Aisance et confort de conduite

Son assistance électrique à trois puissances accompagne le cycliste dans ses trajets du quotidien ou ses virées du dimanche. Les dénivelés et les montées sont passés avec aisance à l’aide de son petit moteur Fazua Evation 2.0. Avec sa batterie enlevée, le bloc moteur peut se rétracter pour redevenir un vélo classique. C’est sa spécificité première, quand on le compare par exemple aux énormes moteurs de Bosch : le Fazua Evation est vraiment petit et léger, mais suffisamment puissant pour accompagner l’effort. L’entreprise avait sorti une première version de son moteur qui avait été assez largement critiquée pour ses faiblesses, mais elle a depuis corrigé le tir avec une mise à jour logicielle dite « Black Pepper Performance », qui réajuste l’assistance offerte au cycliste.

Totalement simplifié, le Canyon est aussi doté d’un équipement électronique minimaliste, composé de la seule molette permettant de choisir son mode d’assistance, à 100, 210 ou 250 watts (vert-bleu-rouge). Éteint, il redevient un vélo mécanique efficace, que les puncheurs adopteront sans encombre. Relativement confortable, il s’adapte facilement à l’utilisateur en balade comme à celui voulant se faufiler rapidement dans la circulation.

Le dérailleur du Canyon Roadlite:On // Source : Louise Audry pour Numerama

L’assistance accompagne quant à elle le cycliste jusqu’à 25 km/h, mais on peut dépasser aisément cette vitesse en poussant un peu sur ses cuisses, sans aucun à-coup ressenti dans les transitions entre l’électrique et le musculaire. Le moteur Fazua est par ailleurs connectable à une application qui permet de personnaliser les modes de puissance à sa guise et de retrouver toutes les données en temps réel : consommation, énergie dépensée, vitesse, vitesse moyenne… un outil simple et efficace, qui demeure facultatif. Canyon n’a pas fait dans le vélo gadget avec une application obligatoire et on ne peut que apprécier.

Petit bémol, ce vélo ne comprend pas de lumière : ce sera donc à vous de vous doter de ce matériel d’appoint. Également, il faut prendre l’habitude d’enlever la batterie et de la rallumer lorsque vous ne l’utilisez pas plus de huit heures, ce qui aurait pu être remplacé par un petit bouton de démarrage directement sur le cadre.

Fourche en carbone et cadre en aluminium assurent légèreté et dynamisme à un vélo très équilibré. Côté vitesses, le Roadlite:On utilise un dérailleur Shimano Deore M6000 GS. 12 vitesses sont proposées et vous permettent d’exploiter tout le potentiel de l’engin… et d’entretenir du même coup votre condition physique. Les roues de 28 pouces permettent de profiter des bons coups de pédale, et des freins à disque hydrauliques Shimano MT200 offrent un arrêt assez puissant pour parer à toute surprise. En somme, un vélo plutôt sommaire, ergonomique et qui possède par ses dimensions les traits d’un vélo mécanique.

Le Canyon Roadlite:On n’a pas de light… // Source : Louise Audry pour Numerama

15,5 kg tout mouillé

Au fil de 80 kilomètres sur pistes, routes et chemins que nous avons parcourus au dos de cette monture, nous avons pu nous rendre compte de sa grande adaptation à divers terrains de jeu.

Extrêmement maniable, il séduira les adeptes de vitesse et de sensations sur la route, les pistes cyclables des villes ou bien les chemins du péri-urbain, pour peu qu’ils ne soient pas trop accidentés. Nous vous conseillons toutefois de ne pas trop vous aventurer sur les axes trop cabossés ou les chemins boueux car il reste bien un vélo dédié au monde urbain et peut s’avérer un peu rigide pour les non-initiés. Ses pneus type VTC nous rappellent s’il en était besoin qu’il faut tout de même rester raisonnable.

Sa force : la légèreté évidement, avec un total de 15,5 kilos, batterie comprise. De quoi le porter facilement si vous avez besoin de passer un obstacle à pied ou de monter dans un train. Même plusieurs étages peuvent assez facilement se monter en mettant le vélo à l’épaule, ce qui pourrait rassurer les urbains qui n’auraient alors plus peur de le laisser dans la rue. En enlevant son bloc moteur, il ne pèse plus que 12 kg — ce qui en fait un vélo musculaire tout à fait raisonnable pour cette catégorie de prix.

La batterie enlevée, on aperçoit le petit moteur // Source : Louise Audry pour Numerama
Un design épuré // Source : Louise Audry pour Numerama
Un guidon typé VTT // Source : Louise Audry pour Numerama

Des sensations, cette monture vous en apportera plus d’une. Excellent dans les reprises, ce Canyon atteint très facilement les 25 ou 30 km/h sur le plat, et son moteur montre toute son utilité sur un terrain vallonné. Les changements de rythme sont très bien appréhendés par le Roadlite, et le mot plaisir est bien indiqué pour qualifier sa pratique quotidienne. On utilisera plus souvent le mode bleu, qui correspond à un mode « normal » : le mode vert est un poil léger niveau assistance et le mode rouge, turbo, fait tomber assez vite l’autonomie. Comptez une quarantaine de kilomètres dans ce dernier mode, et un peu plus du double dans le mode vert. Mais ce mode économique a un avantage : il peut permettre à un cycliste moins aguerri de faire une sortie avec des cyclistes en vélos mécaniques et de tenir la route sur la durée sans les dépasser ou perdre leur rythme.

Un conseil : bien anticiper son freinage devant les obstacles, car on peut, en cas de baisse de concentration, se faire entraîner quelques mètres par la vitesse du joujou en se sentant trop en confiance, tant sa conduite est agréable et que le nez en l’air, on est tenté de lâcher le guidon. Mais les freins à disque hydrauliques sont parfaitement calibrés pour arrêter ce vélo, même sur des chemins de terre.

Tous ces ingrédients, ajoutés à une posture sportive type VTT, légèrement cambrée, font de ce vélo électrique un transport qui n’est pas forcément pour les débutants ou les cyclistes qui souhaitent avant tout le confort de conduite. Mais pour celles et ceux qui cherchent du dynamisme et des sensations sur un vélo urbain, Canyon a la formule idéale.

La tige de selle n’est pas suspendue // Source : Louise Audry pour Numerama
Il faut ajouter un phare arrière // Source : Louise Audry pour Numerama
Les roues de 28 pouces // Source : Louise Audry pour Numerama

En bref

Canyon Roadlite:On

Note indicative : 5/5

Le Canyon Roadlite:On conviendra sans aucun doute aux adeptes du vélo sportif. Léger, maniable et conçu sous la forme d’un VTT, il offre une conduite dynamique et fluide.

Attention toutefois à ne pas trop s’aventurer hors des sentiers battus, car si il est plaisant à conduire sur les pistes et chemins stabilisés, ses roues fines et son ossature un peu rigide ne vous permettent pas de faire trop de folies comme un véritable vététiste.

Son petit moteur Fazua et ses trois modes d’assistance combleront avant tout les personnes qui aiment faire du vélo, et peut-être un peu moins les débutants ou les urbains cherchant un gros vélo de transport pour aller au travail.

Top

  • La puissance dégagée à l'accélération
  • Son poids hyper léger pour un électrique de 15,5 kilos avec batterie
  • Sa maniabilité et la fluidité à le conduire

Bof

  • Sa rigidité qui vous fait encaisser pas mal de petits chocs
  • Le manque d'équipements d'appoints (éclairage, garde boue)
  • Pas de bouton « On » sans enlever la batterie

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo