Le retour de Thomas Pesquet dans l'espace, à bord de la Station spatiale internationale, est confirmé pour 2021. Voici tout ce que l'on sait sur ce deuxième voyage.

De novembre 2016 à juin 2017, l’astronaute français Thomas Pesquet nous a conté son aventure spatiale à bord de la Station spatiale internationale. Sur son compte Twitter aux 700 000 abonnés, il postait régulièrement de magnifiques clichés et diverses anecdotes pour immerger les internautes dans son quotidien à bord. Puis, quand il est revenu sur Terre, il a multiplié les interventions médiatiques et éducatives pour continuer à transmettre la signification scientifique de son voyage, parler des projets de l’ESA et porter sa vision de la conquête spatiale.

En sa qualité d’astronaute compétent, mais aussi de bon communicant sur ses missions, il est vite devenu évident que l’Agence spatiale européenne comptait tout faire pour renvoyer Thomas Pesquet dans l’espace. C’est dorénavant confirmé et il détiendra alors bientôt un record : il sera le Français à avoir passé le plus de temps dans l’espace.

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure des informations transmises sur ce retour de Thomas Pesquet dans l’espace.

Thomas Pesquet à bord de l’ISS. // Source : Wikimedia/CC/Nasa (photo recadrée)

La chronologie du voyage

Dès le début de l’année 2019, on apprenait par le biais de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation, que le directeur de l’ESA avait proposé à l’astronaute de repartir dans l’espace pour un second voyage. Cette proposition est devenue concrète fin novembre 2019, lorsque le budget 2020-2024 de l’agence a été voté. L’officialisation a ensuite eu lieu le 22 janvier 2020, par Thomas Pesquet lui-même, lors d’une table ronde sur l’espace organisée par la Commission des affaires étrangères.

C’est à cette occasion que l’astronaute a confirmé la date la plus probable pour ce second voyage spatial à bord de l’ISS : son départ devrait avoir lieu autour de juin-juillet 2021. D’ici là, même si la station spatiale est un environnement qu’il connaît déjà, il devra passer à nouveau par une phase d’entraînements physiques intenses.

Que sait-on de ce second voyage ?

Pour son premier voyage spatial, Thomas Pesquet s’était envolé dans une fusée Soyouz, à Baïkonour, au Kazakhstan. Ce point de départ va changer pour le second voyage, puisque l’astronaute a précisé que son envol se fera probablement à bord d’une capsule américaine SpaceX ou Boeing — un départ depuis Starliner de Boeing paraît le plus probable compte tenu du planning de la Nasa. C’est donc de Cap Canaveral en Floride qu’il décollera. « Ça change, c’est sympa, ça fait un peu de nouveauté  »,avait-il sobrement commenté.

La mission, qui devrait durer six mois comme la précédente, est pour l’instant baptisée « Proxima 2 » par le CNES (car la première mission de Thomas Pesquet s’appelait Proxima). Les objectifs précis qui seront assignés à l’astronaute français n’ont pas encore été annoncés, mais il a lui-même précisé que le but sera, comme toujours, la recherche. Dans une optique médicale, que ce soit pour des applications sur Terre ou pour la suite de l’exploration spatiale, il s’agit d’étudier «  les propriétés de l’environnement spatial pour avoir accès à des choses qui sont cachées sur Terre ».

En prévision de ce second voyage, le CNES avait lancé en 2019 le concours « Génération ISS ». Il s’agissait d’un appel à projets à destination des étudiants de l’enseignement supérieur, pour qu’ils soumettent des propositions artistiques, médiatiques, pédagogiques, technologiques ou scientifiques. Au final, sur 83 dossiers déposés, quatre équipes ont été lauréates. Leurs projets, qu’ils doivent livrer pour juillet 2020, seront embarqués sur l’ISS et testés à bord par Thomas Pesquet.

Crédit photo de la une : Bill Ingalls

Partager sur les réseaux sociaux