Le retour sur Terre est très brutal pour les astronautes. Thomas Pesquet raconte dans son livre comment il a été pris de nausées incessantes juste après l’atterrissage à la fin de sa première mission.

Avant, pendant, après : un voyage dans l’espace, c’est toujours éprouvant pour le corps. Quand ils s’entraînent, les astronautes risquent de perdre leurs ongles. Pour partir dans l’espace, ils et elles doivent passer par un lavement intestinal. Une fois là-haut, leur cerveau se dilate. Et, au retour, les ennuis continuent. Reprendre brutalement contact avec l’environnement terrestre, c’est notamment avoir la nausée en permanence.

Le Français Thomas Pesquet, qui a vécu à deux reprises 6 mois de mission dans la Station spatiale internationale (ISS), le raconte lui-même. Dans son autobiographie Ma vie sans gravité, publiée le 18 octobre 2023, l’astronaute n’épargne pas au lecteur les détails plus ou moins glorieux de la vie en apesanteur.

@numerama

Saviez-vous que les astronautes ont le mal de terre ? #NASA #espace #astronautes #numerama

♬ son original – Numerama – Numerama

Le 2 juin 2017, Thomas Pesquet rentre sur Terre après sa première mission spatiale, Proxima. Sa capsule Soyouz vient de se poser sur Terre, non sans brinquebaler ses occupants (Thomas Pesquet voyage avec le cosmonaute Oleg Novitski) lors de l’atterrissage. Le Soyouz heurte la surface terrestre à la vitesse de 8 mètres par seconde, partant en tonneaux. Des retrouvailles plutôt violentes avec la gravité terrestre.

Bouger, c’est vomir : le mal de terre de l’astronaute

Les deux astronautes sont ensuite extraits de la capsule par les équipes de Roscosmos, l’agence spatiale russe, qui les installent sur des sièges. C’est là que Thomas Pesquet découvre son envie désagréable de vomir à chaque moindre mouvement. « Je bouge un peu la tête et je ne tarde pas à comprendre mon malheur : j’ai l’impression qu’elle va me faire chavirer et que je ne parviendrai jamais à la redresser. Où sont mes muscles ? Et puis, le moindre mouvement prolongé me donne des nausées… vomir devant les caméras, qui doivent tout retransmettre en direct, ça aurait son effet ! Mais non, si je ne bouge pas la tête, tout va très bien. »

« Oui, oui, ça va super... » // Source : ESA/CORVAJA Stéphane, 2017
« Oui, oui, ça va super… » // Source : ESA/CORVAJA Stéphane, 2017

Après un rapide coup de fil à sa compagne, Thomas Pesquet est félicité au téléphone par Jean-Yves Le Gall, alors président du CNES, et Emmanuel Macron, le président de la République. Lorsque ce dernier demande à Thomas Pesquet comment il se sent, l’astronaute partage sa pensée avec le lecteur : « J’ai très envie de vomir, monsieur le Président… » (mais il ne répond pas cela à Emmanuel Macron). Chaque mouvement, même bref, est affreusement compliqué. « Quand je me tiens immobile, ça va. Je me dis : super, tout revient déjà à la normale. Et dès que je bouge la tête, la nausée ressurgit aussitôt. »

Mais, pourquoi les astronautes ont-ils des nausées aussi puissantes en retrouvant la Terre ? Cela vient du dérèglement de leur oreille interne. Le corps s’est habitué à l’espace et doit faire face à un retour brutal à la pesanteur, provoquant des nausées incessantes pendant des heures.

@numerama

Pour les astronautes, « jour de lancement » rime avec « lavement »… #NASA #astronaute #espace #ESA #numerama

♬ son original – Numerama – Numerama

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.