La startup Holoride nous a emmenés en voiture dans Las Vegas, avec un casque de réalité virtuelle sur la tête. Grâce à un capteur spécial, la sensation de nausée peut être évitée, malgré les déplacements.

BMW avait proposé en novembre 2022 à plusieurs journalistes de conduire une voiture avec un casque de réalité mixte sur la tête. Une drôle d’expérience à laquelle Numerama avait participé, même s’il est peu probable que cette pratique devienne normale un jour.

Au CES de Las Vegas, organisé début janvier 2023, la startup allemande Holoride a une autre approche. Elle laisse le chauffeur tranquille, mais veut plonger les passagers dans une réalité virtuelle adaptée à la voiture pour qu’ils s’occupent le temps du trajet. Grâce à un capteur dédié au suivi des mouvements, elle pense pouvoir éliminer la sensation de nausée normalement causée par la réalité virtuelle dès que l’on bouge trop. Numerama a essayé cette drôle de technologie que Holoride pense destinée à devenir la norme dans les voitures du futur.

Une simulation qui s’arrête en même temps que la voiture

Tous les constructeurs automobiles semblent s’entendre sur une chose : les voitures vont devenir des objets de divertissement. Il suffit de voir le prototype de Sony et de Honda pour mesurer l’ampleur du phénomène. Les deux Japonais veulent mettre des écrans de partout pour occuper tous les passagers. Cette tendance se sent particulièrement au CES où des entreprises spécialisées dans les équipements d’infotainment pour voitures tentent de se mettre en avant, alors que tous les constructeurs présents misent aussi sur des écrans pour rendre l’expérience plus satisfaisante.

Holoride veut aller beaucoup plus loin en remplaçant les écrans par des casques de réalité virtuelle. Sa théorie est la suivante : les passagers s’ennuient et n’ont pas forcément envie de regarder la route. Les fondateurs de l’entreprise voient en la réalité virtuelle le meilleur moyen de régler ce problème. Ainsi, elle permet de se couper du trajet provisoirement et de faire autre chose (jouer, regarder un film, etc.)

En temps normal, la réalité virtuelle en voiture devrait donner envie de vomir. Mais, grâce à un capteur que Holoride commercialise au tarif de 199 euros (directement intégré aux voitures de ses partenaires, comme Audi), la marque a trouvé un moyen d’envoyer des informations sur la conduite aux casques de réalité virtuelle (ici, un HTC Vive Flow). En conséquence, quand la voiture freine, on a l’impression que l’environnement virtuel dans lequel on se trouve ralenti aussi. Même chose quand elle tourne ou lorsqu’on bouge la tête, on croirait être sur une route virtuelle.

Le capteur Holoride s'accroche au pare-brise. // Source : Numerama
Le capteur Holoride s’accroche au pare-brise. // Source : Numerama

Bien sûr, le produit de Holoride n’aurait aucun intérêt si l’on se contentait d’être dans une route virtuelle. Ce qui fait sa force est que l’on peut jouer à des jeux vidéo en 2D ou en 3D (avec une manette), accéder aux applications de son smartphone ou regarder des films en streaming. L’immersion est vraiment réussie, nous n’avons absolument pas eu envie de vomir.

https://www.youtube.com/watch?v=Hn8xl4c8JSk

Holoride peut-il vraiment devenir la norme à l’avenir ? Pour certains usages, comme le jeu vidéo, pourquoi pas. On peut aussi imaginer la réalité virtuelle trouver une place dans les longs trajets, même si Holoride dit vouloir se concentrer sur l’automobile et ne développe rien pour l’avion et le train. Tout l’enjeu est de savoir si la réalité virtuelle peut devenir indispensable, ou si elle restera niche.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.