La nouvelle Nintendo Switch va être équipée d’un écran OLED. C’est la différence majeure de cette Switch « Pro » par rapport à la version classique. Cette évolution technique vaut-elle le coup ? Pour mieux le comprendre, il faut d’abord s'attarder sur ce qu'est l’OLED.

La nouvelle Nintendo Switch est là. Ce mardi 6 juillet 2021, après des mois d’attente, le constructeur japonais a officialisé la nouvelle version de sa console hybride. Et alors que tout le monde la surnommait « Switch Pro » depuis des mois, ce nouveau modèle va en fait s’appeler « Nintendo Switch modèle OLED » en rapport avec son écran OLED de 7 pouces. Mais pourquoi Nintendo insiste t-il tant sur cet écran ?

L’OLED est en fait un type d’écran déjà utilisé dans certaines de nos télés, de nos smartphones ou de nos tablettes. Cette technologie est une amélioration par rapport aux écrans à cristaux liquides (LCD) qui dominent encore le marché. La Switch « classique » est d’ailleurs dotée d’un écran LCD.

La nouvelle Nintendo Switch OLED // Source : YouTube/Nintendo

Une meilleure autonomie, de meilleurs contrastes

Plus cher à construire et plus difficile à maitriser, l’OLED a malgré tout de nombreux avantages. Tout d’abord, les écrans OLED ne nécessitent pas de rétroéclairage, car chaque pixel va produire sa propre lumière. Les écrans LCD eux doivent se reposer sur un système d’éclairage placé derrière la dalle. L’OLED permet donc, entre autres, de créer des écrans plus fins.

Mais ce n’est pas tout. Comme chaque pixel est indépendant, l’OLED offre aussi des contrastes beaucoup plus profonds. Pour afficher des zones noires à l’écran, l’OLED peut simplement éteindre certains de ses pixels. Une prouesse dont les écrans LCD ne sont pas capables, car éteindre le rétroéclairage signifie éteindre l’écran.

Un système de rétroéclairage « traditionnel » d’écran LCD // Source : Wikimedia — Neotesla

Cette granularité dans la gestion de la lumière permet aussi à l’OLED d’être plus économe en énergie puisque certains coins de l’écran peuvent être ponctuellement éteints. Sur un écran LCD, les zones noires sont en fait des pixels noirs éclairés par le système de rétroéclairage. Ce qui explique pourquoi les noirs ne sont jamais tout à fait noirs sur ce genre d’écran. Les écrans OLED peuvent aussi atteindre des pics de luminosité maximale plus élevée que les écrans LCD.

Une production encore compliquée

Pour toutes ces raisons, l’OLED est donc une technologie prisée dans l’industrie et il n’est pas étonnant de la voir arriver sur cette nouvelle Nintendo Switch. Mais l’OLED est aussi une technologie capricieuse avec des couleurs qui peuvent vite virer au fluo si la phase de calibrage d’usine n’a pas été faite correctement. Les usines dédiées à la production d’écran OLED produisent également beaucoup de ratés, et leur rentabilité n’a pas encore atteint celles des usines dédiées au LCD, car elles sont en activité depuis moins longtemps.

Nintendo fait donc un pari avec cette nouvelle Switch, surtout en période de pénurie. On peut tout de même espérer que le constructeur ait fait les choses correctement et que la Switch OLED offrira vraiment « les couleurs intenses et les contrastes élevés » annoncés.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo