De Hades à The Last of Us Part II en passant par Among Us, voici les jeux vidéo qui nous ont le plus marqué en 2020.

Oui, la rédaction de Numerama est joueuse. PlayStation, Xbox, Switch, PC, mobile… presque chaque journaliste de l’équipe a ses préférences de plateformes, et surtout, ses grands coups de cœur. Voici quels jeux vidéo ont le plus marqué les journalistes de Numerama en 2020, chacun et chacune vous expliquant pourquoi ce choix.

Louise Audry : Among Us

Sorti en 2018 sur mobile et popularisé en 2020 par le premier confinement (un demi-milliard de joueuses et de joueurs en novembre… c’est pas rien), Among Us est un jeu de coopération (et de trahison !), jouable de 4 à 10 joueurs, en ligne avec des personnes du monde entier ou en local avec vos ami.e.s. Le but du jeu est très simple : en tant que crewmate vous devez compléter des tâches aux 4 coins du vaisseau spatial pour le faire décoller.

Mais attention aux imposteurs anonymes qui essayent de saboter le vaisseau, tout en tuant subtilement tous les crewmates par la même occasion. Chaque fois qu’un corps est signalé, une réunion d’urgence s’impose avec tout l’équipage pour essayer de débusquer les imposteurs et les éjecter pour gagner la partie.

Une partie d’Among Us qui a mal tournée pour notre journaliste // Source : Among Us

Si Among Us est dans notre sélection des meilleurs jeux de l’année, c’est qu’il est parfait pour les rassemblements avec vos camarades par visio/vocals et très accessible, après quelques parties vous commencerez à mieux comprendre les stratégies de chacun et développer la vôtre. Un bon moyen de découvrir les côtés les plus obscurs de vos acolytes.

C’est gratuit (freemium) sur iOS et Android et ne coûte que quelques euros sur les autres plateformes.

Marcus Dupont-Besnard : The Last of Us Part II

Naughty Dog avait marqué les esprits avec The Last of Us, en 2013. Sa suite est à nouveau un chef-d’œuvre post-apocalyptique. The Last of Us Part II représente en premier lieu une claque esthétique quasi imbattable sur cette génération de consoles : le réalisme de l’environnement, le soin apporté aux détails, la physique des mouvements, les émotions sur les visages, tout y est, tout est beau. Ensuite, narrativement, cette suite prend aux tripes et joue avec nos sentiments avec excellence en explorant les tréfonds de notre humanité — du pire au meilleur de cette humanité.

The Last of Us Part II. // Source : Naughty Dog

On peut tout de même regretter que la durée de vie du jeu tire un peu en longueur sur la fin. Mais cela ne change au rien au résultat : The Last of Us Part II est profondément saisissant dans son ensemble, jusqu’à une fin qui triture l’esprit — et où j’y ai trouvé beaucoup de lumière. C’est une œuvre rare et essentielle qui mérite ses multiples récompenses comme « Game of the Year 2020 ».

Le jeu coûte une quarantaine d’euros, sur PlayStation.

Marie Turcan : Hades

Se connecter, jouer, mourir. Re-jouer, re-mourir. Arrêter la console pour penser à autre chose. Y revenir deux heures plus tard pour re-tenter à nouveau le périple infernal, re-jouer, re-mourir. J’ai compris que Hades était mon jeu de l’année lorsque j’ai réalisé que ma vie avait subtilement commencé à imiter le rythme virtuel de cette incroyable création indépendante du studio SuperGiant Games — Maxime, notre journaliste jeu vidéo, avait pourtant annoncé la couleur dans sa critique, mais je pensais qu’il exagérait (il est fan de Neymar, comprenez mes doutes).

Hades // Source : Supergiant Games

Dans Hades, le joueur ou la joueuse est prise dans une sorte de boucle : il faut éliminer des ennemis pour passer des niveaux et essayer de quitter le royaume des enfers. Mais d’une, le jeu réussit à n’être jamais répétitif (grâce à des bonus différents octroyés par des divinités extrêmement sexy), et de deux, l’histoire avance, que l’on réussisse la traversée ou non.

Hades est disponible sur l’Epic Games Store et sur les boutiques dématérialisées (Switch, etc.) pour une vingtaine d’euros.

Maxime Claudel — FF7 Remake

Lors de l’annonce d’un remake pour Final Fantasy VII, Square Enix créa des fantasmes autant qu’il prit un gros risque. Comment pouvait-il s’en prendre à l’un des RPG les plus adulés de son histoire, voire de l’histoire toute entière ? Après plusieurs longs mois d’attente, le premier chapitre a été lancé en exclusivité sur PlayStation 4. Et force est de reconnaître que Square Enix est parvenu à réaliser l’impensable : préserver l’esprit d’origine sans oublier de le moderniser pour l’adapter aux standards d’aujourd’hui.

Final Fantasy VII Remake // Source : Square Enix

Final Fantasy VII Remake était un immense pari, il est devenu un excellent jeu dont on ne craint qu’une chose : le format épisodique à cheval sur deux générations.

FF VII Remake coûte une quarantaine d’euros sur PlayStation.

François Manens — World of Warcraft Shadowlands

Quoi de mieux que les longues soirées de confinement pour replonger dans le plus grand MMO de tous les temps ? Toujours aussi chronophage, World of Warcraft est plus complet que jamais, et offre du contenu pour tous les goûts : vous pourrez vous confronter aux raids à plus de 20, tenter de battre le chronomètre des donjons compétitifs à 5 ou fracasser des membres de la faction adverse en combats d’arène et en champs de bataille. WoW embarque même un Pokemon-like plutôt complet !

World of Warcraft Shadowlands // Source : Blizzard

Cerise sur le gâteau : avec la sortie de Shadowlands en novembre, ce monument du jeu vidéo est (enfin) devenu accueillant pour les nouveaux joueurs (et les revenants). Alors oui, il faudra payer entre 11 et 13 euros par mois en plus d’une extension à 39,99 €. Mais franchement, c’est peu cher payer pour aune durée de vie quasi-illimitée et 16 ans d’histoire.

WoW Shadowlands coûte 39,99 € pour la version normale. On conseillera la version Héroïque avec du temps de jeu.

Julien Cadot : Flight Simulator

Insérez ici l’avis de Julien Cadot. S’il y a encore ce paragraphe lorsque vous lisez cet article publié, c’est qu’il a oublié d’écrire pour la 63e fois pourquoi Flight Simulator est un chef d’œuvre. Ou qu’on a oublié de lui mentionner ce papier pour éviter qu’il fasse 6 000 mots.

Flight Simulator 2020 sur PC // Source : Capture d’écran Numerama

Flight Simulator 2020 coûte 120 € en version Premium Deluxe. Attention : c’est un gouffre à argent si vous souhaitez vous équiper ensuite d’accessoires de simulation.

Julien Lausson : Cyberpunk 2077

Repoussé plusieurs fois. Des versions PS4 et Xbox One bâclées. Des bugs en pagaille. Des godes, aussi. Des risques d’épilepsie signalés. Des joueurs en colère. Des salariés exténués par le « crunch »… c’est peu dire que les premiers pas de Cyperpunk 2077 sont laborieux. Le jeu, clairement, divise, tant par son contenant (l’aspect technique, qui recouvre à la fois les énormes performances requises pour le faire tourner à fond et la ribambelle de défauts qui devront être corrigés par des mises à jour au cours des prochains mois) que par son contenu (l’insistance avec laquelle la pornographie est mise en avant dans le jeu, la qualité du scénario et la représentation du cyberpunk à l’écran).

Julien apprécie de parcourir les rues de Night City dans une voiture toutefois respectueuse de l’environnement. // Source : CD Projekt Red

Et pourtant. Impossible de ne pas remarquer Cyberpunk 2077. De passer à côté. De ne pas avoir l’impression, en glissant entre les buildings gigantesques de la ville de Night City, de se trouver sur une moto dans Akira, aux côtés de Kaneda. De se dire que cette cité parfois grotesque pourrait être un écrin tout à fait à propos pour un Rick Deckard ou une Motoko Kusanagi. Que l’on assiste à un monde à la dérive, sale, répugnant, qui flatte les plus bas instincts, qui transpire le stupre. Que cet ahurissant entrelacs urbain justifie à lui seul de se plonger dans ce jeu, dans cette jungle architecturale. Que Cyberpunk 2077 n’en sera que meilleur avec les patchs. qu’il a la possibilité de devenir incontournable, comme a su le faire CD Projekt Red avec The Witcher 3. En somme, qu’il ne peut que se bonifier, comme le bon vin.

Cyberpunk 2077 coûte une soixantaine d’euros.

Aurore Gayte : Mario Kart

Mon jeu de l’année 2020 date de 2017. Qu’est-ce que vous allez faire ?  Mario Kart a toujours été l’une de mes franchises préférées, depuis la toute première version que j’ai eue : Mario Kart Double Dash, sur Gamecube. Et en 2020, rien de plus réconfortant que de replonger dans un jeu adoré pour faire passer les heures, et c’est exactement ce que j’ai fait sur la version Switch, Mario Kart 8 Deluxe. Vous êtes confinées ? Vous pouvez quand même défoncer tout le monde dans le Château de Bowser. Vous ne savez pas ce que l’année va encore apporter de terrible ? Vous avez quand même la certitude que vous allez arriver en premier sur la Route Arc-En-Ciel (et si vous n’êtes pas encore un vrai, vous avez amplement le temps d’y arriver grâce au confinement).

Mario Kart Live : Home Circuit // Source : Nintendo

Pour moi, ça a surtout été l’occasion de revenir un peu en enfance, d’oublier les mauvaises nouvelles en faisant les meilleurs dérapages contrôlés de ma vie et en balançant des carapaces vertes avec précision sur quiconque osait me dépasser, le tout en étant enfouie sous ma couette. Et c’était trop bien.

Mario Kart 8 Deluxe coûte une quarantaine d’euros.

Les autres jeux favoris de Numerama en 2020

Voici, à travers nos tests publiés cette année, d’autres jeux vidéo qui nous ont le plus captivés en 2020 :

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo