Initialement attendu au printemps dernier, Cyberpunk 2077 n'est pas encore terminé. Sous pression, les employés de CD Projekt Red vont devoir travailler beaucoup plus. Le studio avait pourtant promis de ne plus avoir recours au crunch.

Le phénomène du crunch dans les jeux vidéo refait parler de lui. Il s’agit d’une pratique qui force les développeurs à ne pas ménager leurs efforts pour terminer un jeu. Alors que CD Projekt Red avait promis qu’il n’y succomberait pas de manière forcée pour Cyberpunk 2077, l’entreprise va changer son fusil d’épaule, à en croire des informations publiées par Bloomberg le 29 septembre.

Concrètement, les employés de CD Projekt Red vont être dans l’obligation de tous travailler six jours sur sept afin de terminer Cyberpunk 2077 dans les temps (il reste beaucoup de bugs à éliminer). Le jeu de rôle, très attendu par les joueurs, a déjà subi plusieurs retards : initialement prévu pour le 16 avril, il a été décalé au 17 septembre puis au 19 novembre. L’indiscrétion, appuyée par un mail obtenu sous couvert d’anonymat, ne manquera pas de faire parler.

Cyberpunk 2077 // Source : CD Projekt Red

CD Projekt Red cède au crunch obligatoire pour finir Cyberpunk 2077

Adam Badowski, à la tête du studio, assume cette décision qu’il juge inévitable au regard des ambitions derrière Cyberpunk 2077. «  À partir d’aujourd’hui, tout le studio est en surrégime (…). Je prends sur moi pour recevoir toutes les critiques en rapport avec cette décision. Je sais que c’est en opposition directe avec ce que nous avions dit à propos du crunch. C’est aussi en opposition avec ce que je crois, sur le fait que le crunch ne doit pas être la solution. » Il reste néanmoins inévitable, selon lui, pour faire de Cyberpunk 2077 l’un des plus grands événements vidéoludiques de l’année 2020. Pour The Witcher 3 : Wild Hunt, les derniers mois furent également éprouvants.

Le crunch n’est pas l’apanage de CD Projekt Red, mais on peut penser que la firme cède à la « facilité » alors que Cyberpunk 2077 est en préparation depuis très longtemps (les prémices datent de 2012). Il est surtout dommage de la voir revenir sur ses propos. Dans une interview accordée à Kotaku en mai 2019, Marcin Iwiński, co-fondateur, indiquait vouloir travailler dans des conditions plus humaines, c’est-à-dire en n’imposant pas les heures supplémentaires (qui sont payées en Pologne). « S’ils [les employés] ont besoin de prendre du temps libre, ils le peuvent. Personne ne sera vu d’un mauvais œil si c’est demandé », expliquait-il, dans une volonté de «  traiter les employés avec plus de respect ».

CD Projekt Red avait réitéré cette promesse le mois suivant, toujours dans les colonnes de Kotaku. «  Admettons, je suis un designer chez CD Projekt Red et je vous dis que j’ai des enfants, une famille et que je souhaite travailler de 10h à 18h chaque jour, pas plus, même jusqu’à la toute fin. Est-ce que ce serait OK ? », avait demandé le journaliste réputé Jason Schreier. Marcin Iwiński avait répondu positivement.

Quelques mois plus tard, voilà les employés obligés de travailler 6 jours sur 7. 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo