Chaque année, Halloween est l’occasion de se glacer le sang devant des séries horrifiques ou fantastiques de qualité. Voici donc 13 recommandations, pour conjurer le sort de votre soirée d’Halloween, à voir sur Netflix, Disney+, Prime Video ou encore Canal+.

Préparez vos meilleurs sortilèges, vos plus beaux chapeaux de sorcières et vos citrouilles les plus effrayantes : Halloween est enfin là. L’occasion de (re)découvrir des classiques des séries d’horreur ou d’avoir la chair de poule devant de nouvelles pépites fantastiques, disponibles sur les plateformes de SVOD.

Chair de Poule // Source : Disney+
Chair de Poule // Source : Disney+

Alors si vous avez déjà regardé toutes les saisons d’American Horror Story ou de Supernatural et que vous cherchez du sang neuf à vous mettre sous la dent, vous êtes au bon endroit. Voici donc 13 séries pour se mettre dans une ambiance halloweenesque, entre monstres, fantômes, bébés tueurs ou meurtres à résoudre. Tout un programme alléchant, à dévorer dans le noir complet, évidemment.

Et en bonus, vous pouvez également lire notre sélection de films, de livres, de jeux vidéo ou de jeux de société, à découvrir pile pour Halloween.

Quelles séries regarder en streaming pour Halloween ?

Chair de Poule (Disney+), le retour en enfance

Risque de cauchemars : 🎃

Pour tous les ados des années 1990, ce nom rappellera très probablement de vieux souvenirs d’enfance : Chair de Poule. Grands classiques de la littérature jeunesse, ces romans cultes ont connu une première adaptation en série en 1995, jusqu’à ce que Disney+ ne décide de lui donner une seconde vie, en 2023. Plus moderne, mais toujours redoutablement efficace, cette nouvelle variation réutilise ces fameux contes macabres, en les intégrant à une narration plus large. Cette fois, cinq adolescents sont donc confrontés à des phénomènes paranormaux et surtout à la présence terrifiante d’un vieux fantôme, bien décidé à leur faire du mal.

Chair de Poule, disponible sur Disney+, instaure une atmosphère fun et soignée : sans jamais se prendre au sérieux, elle parvient à déployer des effets spéciaux de bonne qualité et une narration plutôt effrayante. Sans pour autant provoquer des terreurs nocturnes, la série remplit totalement son objectif : nous offrir un récit d’horreur à hauteur d’adolescents, avec une touche réconfortante. Mais prenez garde : ce bon vieux pantin Slappy rôde tout de même, et pourrait bien vous rappeler de mauvais souvenirs…

The Haunting of Hill House (Netflix), la plus belle série d’horreur (on ose)

Risque de cauchemars : 🎃🎃🎃

Voici donc un classique de l’épouvante : les maisons hantées. La première série de Mike Flanagan, qui a ensuite imaginé Midnight Mass, The Midnight Club ou La Chute de la maison Usher, utilise avec malice ces bâtisses pour nous effrayer. Disons-le franchement : The Hauting of Hill House est l’une des plus belles séries d’horreur jamais produites (voire, la meilleure). Les dix épisodes se concentrent sur l’histoire de la famille Crain, alors qu’elle s’installe dans un ancien manoir en 1992. En 2018, après avoir vécu de tragiques évènements, les enfants et leur père reviennent sur leur expérience à Hill House.

Loin d’être une énième source de jump scares, The Haunting propose une utilisation intelligente des mécanismes de l’épouvante, pour mieux raconter nos maux intérieurs. Les thématiques du deuil et des maladies mentales sont d’ailleurs parfaitement abordées dans cette première et unique saison. Si vous voulez prolonger l’expérience, vous pouvez également jeter un œil à The Haunting of Bly Manor, sa suite moins réussie, mais tout de même incontournable. Quoi qu’il en soit, retenez un seul conseil pour ces deux séries : sortez les mouchoirs.

Servant (Apple TV+ et Canal+), le huis clos étrange

Risque de cauchemars : 🎃🎃

Si vous avez frissonné devant Signes, Sixième Sens, ou Le Village, vous devriez être ravis de retrouver son réalisateur, M. Night Shyamalan, dans cette série horrifique très réussie. Tout commence par une situation plutôt banale : Dorothy et Sean cherchent une nounou pour prendre soin de leur nouveau-né. C’est alors que Leanne, une jeune femme renfermée, fait son entrée dans leur vie, pour le meilleur, mais surtout pour le pire…

Avec son atmosphère de huis-clos étouffante, Servant, disponible sur Apple TV+, mais aussi sur Canal+, bouscule avec bonheur les codes de l’épouvante dans des épisodes de 30 minutes. Servie par un casting haut en couleurs, de Rupert Grint (Ron Weasley dans Harry Potter) à Toby Kebbell (Black Mirror) en passant par Lauren Ambrose (Six Feet Under), la série développe une intrigue étonnante, malgré une dernière saison en dessous des précédentes.

Calls (Canal+), la fiction sonore glaçante

Risque de cauchemars : 🎃🎃🎃

Amateurs de sensations fortes, vous êtes au bon endroit ! Créé par Timothée Hochet en 2017, cet OVNI sensoriel mérite largement le détour. Calls est une suite de messages vocaux, appels téléphoniques ou enregistrements personnels. Tous relatent des phénomènes inexpliqués, survenus au 21ᵉ siècle : un clown tueur, un avion en plein crash, une mystérieuse grotte sous-marine… Préparez-vous à frissonner en regardant Calls, dont la particularité est de tout miser sur le son. Seuls les noms des protagonistes, leurs propos et quelques couleurs s’affichent à l’écran, obligeant le spectateur à concentrer toute son attention sur l’écoute.

Vous reconnaîtrez notamment les voix de Kyan Khojandi (Bref) ou Ramzy Bedia (Le Flambeau), dans des récits terrifiants ou bouleversants. Cette curiosité en trois saisons a fait l’objet d’une adaptation américaine par Apple TV+, moins mémorable. Et pour d’autres frissons francophones, nous vous conseillons aussi l’excellente Les Revenants, également disponible sur Canal+.

The Baby (OCS), le conte horrifique perturbant

Risque de cauchemars : 🎃🎃

Vous êtes prévenus : The Baby n’est pas pour tout le monde. Mais si vous avez aimé l’atmosphère dérangeante de la série culte Utopia ou le ton décalé de Barry (également sur OCS), vous devriez être attiré par l’univers déjanté de cette création HBO. À 38 ans, Natasha n’en peut plus d’assister aux grossesses de toutes ses amies. Furieuse de ne plus pouvoir profiter de soirées tranquilles avec ses copines, bien trop occupées par les joies de la maternité, cette cheffe cuisinière décide de prendre l’air dans une petite maison au bord de la mer. C’est là qu’un adorable (ou pas) bébé va littéralement lui tomber dans les bras…

À partir de ce postulat loufoque, The Baby, disponible sur OCS, déroule un récit entre horreur et comédie. On ne sait jamais si l’on doit rire ou pleurer devant cette mini-série souvent malaisante et dérangeante. Le bébé, qui possède des pouvoirs inquiétants, est tout simplement sinistre. Mais derrière cette petite terreur, se cache surtout un propos intelligent et féministe sur les injonctions à la maternité ou les relations familiales. Habile.

The Afterparty (Apple TV+ et Canal+), le thriller décalé

Risque de cauchemars : 🎃

Une série policière pour Halloween, vraiment ? Oui, mais pas n’importe laquelle ! The Afterparty, disponible sur Apple TV+ mais aussi sur Canal+, se concentre sur un meurtre, lors d’une réunion d’anciens élèves. Que s’est-il passé pendant cette soirée habituellement joyeuse et bienveillante (non) ? La série se découpe deux saisons de huit épisodes, tous consacrés à un personnage, et donc un point de vue différent.

Mais The Afterparty apporte un petit twist à cette narration multiple : chaque chapitre adopte également l’aspect visuel et scénaristique d’un genre cinématographique. Histoire romantique, animation, thriller, comédie musicale… On ne s’ennuie pas devant cette série aux influences diverses et insolites, qui reprend avec malice les codes du septième art. Parce que les frissons d’Halloween peuvent aussi passer par des intrigues policières drôles et déconcertantes, The Afterparty séduira tous les cinéphiles en quête d’originalité.

Them (Prime Video), le coup de poing politique

Risque de cauchemars : 🎃🎃🎃🎃

Les séries anthologiques sont légion dans le domaine de l’horreur, permettant d’explorer tous les recoins de nos plus sombres cauchemars. Them (ou Eux) ne fait pas exception à la règle. Pour cette première saison de 10 épisodes, l’intrigue prend place aux États-Unis, au cœur des années 1950. Alfred et Lucky Emory, un couple d’afro-américains, s’installent avec leurs enfants dans un petit quartier résidentiel, entièrement habité par des blancs. Alors qu’ils doivent affronter l’hostilité de leurs voisins, la famille Emory doit également faire face à d’inquiétants phénomènes surnaturels…

Grandement comparée au travail de Jordan Peele au cinéma (Get Out, Us, Nope), cette anthologie ne prend aucune pincette pour dénoncer les discriminations systémiques dont sont toujours victimes les personnes racisées, encore aujourd’hui. Et le résultat est bluffant. Them est une expérience oppressante, où chaque détail a été pensé avec soin, de la mise en scène aux dialogues en passant par le merveilleux casting. Une véritable claque, qui vous hantera longtemps après son visionnage. Si vous aimez les récits d’horreur qui mettent en scène les travers de nos sociétés, Them, disponible sur Prime Video, est faite pour vous.

Death Note (ADN), la terreur philosophique

Risque de cauchemars : 🎃

Les fans du genre reconnaîtront ici l’un des piliers de l’animation japonaise : le chef-d’œuvre imaginé par les mangakas Tsugumi Ōba et Takeshi Obata a trouvé une nouvelle caisse de résonance avec cette adaptation très réussie, en 2006. Vous allez adorer détester les personnages de cette série culte, qui interroge le bien et le mal avec brio. Lorsque Light Yagami découvre par hasard un mystérieux cahier qui permet de commettre des meurtres, ce lycéen surdoué se met en tête d’exterminer les criminels, pour bâtir un nouveau monde parfait. Il devra faire face à l’énigmatique L, un brillant détective.

En opposant ces deux protagonistes aussi différents que semblables, Death Note déroule une narration aux accents philosophiques, autour de la justice et de la mort. Son scénario redoutable vous tiendra en haleine jusqu’au bout des 37 épisodes qui composent l’unique saison de la série. Gros bémol tout de même : les personnages féminins remplissent malheureusement toutes les cases des clichés sexistes. Mais avec son atmosphère gothique à souhait, cette série animée sera parfaite pour entamer des réflexions existentielles le soir d’Halloween.

Le Poltergeist d’Enfield (Apple TV+ et Canal+), la redoutable histoire vraie

Risque de cauchemars : 🎃🎃🎃🎃🎃

Pour se faire peur, quoi de plus efficace que d’aller puiser dans le réel, dans les faits divers qui ont réellement existé ? Le cinéma d’horreur l’a bien compris, et Le Poltergeist d’Enfield, disponible sur Apple TV+ ainsi que sur Canal+, suit la même voie. La série documentaire prend sa source dans l’histoire paranormale qui a terrifié le Royaume-Uni dans les années 1970, et particulièrement la famille Hodgson, tourmentée par un fantôme ayant élu domicile dans leur maison. Déjà raconté au cinéma dans Conjuring 2 : Le cas Enfield, cet effroyable récit trouve ici un écho tout sauf fictionnel.

Le Poltergeist d’Enfield met ainsi en scène les véritables enregistrements d’époque, réalisés par l’enquêteur du paranormal, Maurice Grosse, directement dans la maison hantée. On parle tout de même de plus de 250 heures d’archives audio. Autant vous dire que le visionnage du documentaire en 4 épisodes est véritablement terrifiant, offrant une reconstitution glaçante de cette histoire vraie, jusqu’à reproduire les pièces de la maison dans leurs moindres détails. Ce cas surnaturel, jamais résolu, prend ainsi un tournant terriblement horrifique, cherchant l’épouvante dans notre quotidien et notre passé. Préparez-vous à de véritables frissons, en vous posant cette question interdite : et si c’était vrai ?

Buffy contre les vampires (Disney+), l’évidence d’Halloween

Risque de cauchemars : 🎃🎃

Si vous avez grandi dans les années 1990, vous n’avez pas pu échapper à ce chef-d’œuvre de la pop culture qu’est Buffy. L’adolescente tueuse de vampires a marqué des générations de spectateurs, avec des personnages attachants, des méchants charismatiques et des épisodes spéciaux d’une originalité débordante. Halloween est donc évidemment la période parfaite pour vous replonger dans cet univers inoubliable, mené par une héroïne badass.

Si son créateur, Joss Whedon, a été accusé de comportements abusifs, cela n’enlève rien à la portée féministe de Buffy contre les vampires, qui casse de nombreux clichés sexistes. La série reste une référence du genre, plus de vingt ans après sa diffusion. Pour raviver vos souvenirs de la Trilogie du samedi (oui, le programme de M6), vous pouvez aussi retrouver les trois sorcières de Charmed, sur Prime Video, ou le duo mythique formé par Mulder et Scully dans X-Files, sur Disney+.

Sandman (Netflix), le conte lugubre

Risque de cauchemars : 🎃🎃

On vous le disait à sa sortie : Sandman, c’est un peu un rêve qui prend vie. Adaptée du roman graphique culte de Neil Gaiman, cette série Netflix a immédiatement conquis le public et la critique. Et pour cause : cette première saison répond à toutes les attentes possibles. On y suit le marchand de sable (Sandman, Morphée ou Rêve pour les intimes) qui fait son grand retour au royaume des songes, après avoir été enlevé pendant 106 ans. Mais pendant son absence, surprise : son univers s’est effondré. Sandman va alors devoir réhabiliter son royaume, tout en sauvant l’humanité de songes et cauchemars échappés dans la nature.

La série est épatante à plus d’un titre, de sa direction artistique poétique au choix de son casting, à commencer par le formidable Tom Sturridge (Good Morning England). Il faut dire que l’auteur original, Neil Gaiman, est largement impliqué dans la création de Sandman, comme c’est le cas également sur son autre œuvre, Good Omens, disponible sur Prime Video. Alors pour Halloween, vous devriez vraiment vous laisser tenter par l’atmosphère lugubre de ces 11 épisodes, qui mélangent épouvante, gore, mais également réflexions philosophiques.

What We Do in the Shadows (Canal+), le bal humoristique des vampires

Risque de cauchemars : 🎃

Avis aux amateurs de The Office, Parks and Recreation et autres faux documentaires : cette série du même genre devrait vous ensorceler. Adapté du film éponyme de Jemaine Clement (Legion) et Taika Waititi (le réalisateur de Thor : Ragnarok et Love and Thunder), ce récit fantastique suit le quotidien d’une colocation new-yorkaise. Sauf que ces Friends des temps modernes sont en réalité trois vampires âgés de plusieurs siècles et… un humain.

Nandor, Laszlo, Nadja et Guillermo sont les personnages totalement loufoques de What We Do in the Shadows, une comédie mordante remplie de confessions face caméra et de situations gênantes. Avec de courts épisodes, de 20-30 minutes, et des situations improbables, les 5 saisons de cette curiosité vampirique, disponible sur Canal+, devraient vous permettre de passer un Halloween haut en couleur.

Vampire Diaries (Netflix et Prime Video), la romance mordante

Risque de cauchemars : 🎃

On termine cette sélection avec l’une des séries pour ados les plus gnangnan mais surtout surprenantes des années 2000 : Vampire Diaries. Centrée autour du triangle amoureux formé par Elena, une lycéenne ordinaire, et les deux frères suceurs de sang Damon et Stefan, ce monument des séries fantastiques a surtout proposé un univers extrêmement riche pendant 8 saisons. Regarder Vampire Diaries, c’est assister à 15 twists par épisode, des doubles maléfiques, des défunts soudainement ressuscités, des loups garous, des sorcières, des histoires d’amour en pagaille ou encore des monologues façon leçons de vie.

Malgré tout, la série, disponible sur Netflix et sur Prime Video, a su dépasser ses enjeux romantiques pour nous tenir en haleine dans un festival de références surnaturelles, parfois un brin indigestes, on vous l’accorde. Mais un Halloween ne serait pas complet sans les aventures de ces adolescents surhumains, aux hormones en ébullition. Alors, plutôt team Delena ou Stelena ?

Source : Montage Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.