Retour d'un grand classique avec Orange is the New Black, diffusion exceptionnelle d'Okja, merveille de Cannes, et nouvelles productions maisons : l'été Netflix commence sur les chapeaux de roues.

Alors que la saison 5 de House of Cards est encore attendue pour le 30 mai, voilà déjà les prochains rendez-vous à ajouter à votre agenda estival. Netflix dévoile pour ce mois de juin une large sélection de nouveautés qui incluent des séries familières, des nouveautés et son très beau Okja dont la Croisette a tant parlé.

Les fans fidèles de Orange is the New Black seront également heureux de trouver, comme tous les ans, une nouvelle saison du show désormais culte. De nombreuses comédies recevront également de nouveaux épisodes comme la très old school The Ranch (ndlr : yay !).

Le premier mois de l’été sera également l’occasion de quelques voyages à travers El Chapo, Terrace House (hum)et le typique drama My Only Love Song aux racines coréennes solides. Pour les retardataires, vous pouvez retrouver nos sélections Netflix pour le mois de mai, et également pour avril. Ainsi que les programmes OCS et Amazon Prime Video.

Les séries

Orange is the New Black, saison 5 — 9 juin

Des treize nouveaux épisodes attendus par les fans, déjà dix sont disponibles en ligne, Netflix ayant subi les revers d’une attaque informatique d’ampleur. Toutefois, la version 720p des épisodes est loin de satisfaire tout le monde : heureusement, la sortie officielle du show désormais culte de Netflix est pour début juin. Alors pourquoi ne pas patienter pour avoir votre version 4K d’une des meilleures séries jamais réalisées par le géant du streaming ?

My Only Love Song, saison 1 — 9 juin

Internationalisation oblige, ce très bucolique drama coréen s’invite sur Netflix dès le début du mois prochain. Pur produit des studios du pays du matin calme My Only Love Song est canonique du genre romantique coréen. Un jeune star, snob et prétentieuse, s’enfuit d’un tournage et glisse dans la fantasy, remonte le temps et découvre… l’amour, le vrai. Le couple à l’écran est joué par deux starlettes déjà réunies en (faux) couple dans le très populaire We got married

The Ranch, partie 3 — 16 juin

The Ranch, la comédie country-plouc que le monde attendait offre sa troisième saison. Avec toujours autant de rires enregistrés (ndlr : c’est faux, c’est joué en public, ne médis pas Corentin), de décors en carton et de personnages aussi attachants qu’imbéciles, The Ranch garde sa fibre authentique, un brin cheap, et à l’écriture boulevardière.

Glow, saison 1 — 23 juin

Sur le ton de GirlbossOrange is the New Black ou encore Good Girls Revolt (Amazon), Glow est une nouvelle comédie féminine (et féministe) qui fait cette fois la part belle à des loseuses au grand cœur.

Reprenant les codes d’un show des années 1980, Glow propose de regarder du côté des laissées pour compte de Hollywood, des jeunes femmes qui à défaut de grands rôles et à défaut de physique scandaleusement parfait, se retrouvent à devenir comédiennes de catch. Décalée, enlevée et osée, la comédie ne révolutionne pas le genre mais promet une énergie communicative — avec comme argument une partie des plumes de Orange is the New Black.

Toi, moi et elle, saison 2 — 15 juin

Petite pépite qui nous vient d’Audience Network, petite chaîne câblée américaine You Me Her s’exporte désormais dans le monde entier sous l’égide de HBO Canada et Netflix. Première comédie romantique sur le polyamour, Toi, moi et elle n’est ni stupide, ni indélicate, au contraire, la première saison semblait éviter les sujets grotesques et faisait la part belle aux sentiments, aux rires et à une sincérité efficace.

El Chapo, saison 1 — 16 juin

El Chapo est assurément le plus grand narcotrafiquant de notre époque. Roi des cartels mexicains et de Guadalajara, le fascinant et dangereux parrain de la drogue a inspiré Univision et Netflix qui lui dédient une série biographique. Dans la veine de Narcos, mais avec une équipe purement latine, dont l’acteur mexicain Marco de la O — pur produit de la télé mexicaine — et les réalisateurs Jose Manuel Cravioto (Bound to Vengeance) et Ernesto Contreras (Paupières bleues).

Anecdote amusante : depuis sa cellule, Joaquín Archivaldo Guzmán Loera dit El Chapo, menace de porter plainte si Netflix ne lui reverse pas des droits sur la série. Aussi dangereux que mégalo, l’homme semble né pour inspirer les fictions et les fantasmes.

Queen of the South, saison 1 — 15 juin

Vous reprendriez bien un peu de cocaïne (ndlr : ne pas inciter à la consommation de drogues) ? Avec Queen of the South, drame de USA Networks, Netflix propose une série palpitante bien qu’un brin caricatural. Inspiré d’un best-seller, déjà adapté en novela, la série raconte comment la vénéneuse femme d’un chef de cartel va reprendre le business de ce dernier, d’une main de fer.

Gypsy, saison 1 — 30 juin

Promettant une série perverse, psychologique et excitante, Netflix veut faire rêver les fans de Fifty Shades avec son Gypsy. Naomi Watts y incarne une psychothérapeute sans scrupule, prête à manipuler et se jouer de ses patients pour assouvir certaines pulsions secrètes. Plus freudien que Sex and the CityGypsy n’est peut-être pas la série de l’été mais éveille notre curiosité.

Shadowhunters : The Mortal Instruments, saison 2 — 6 juin

Après sa trêve, le teenage drama diffusé en +24 sur Netflix revient dès le 6 juin. Anges bagarreurs et vampires belliqueux donnent rendez-vous aux ados dès le début du mois, pour un rythme d’un épisode par semaine, jusqu’au dénouement de la saison (ndlr : ça ne vaudra pas Riverdale)

Les Films

Okja — 28 juin

Présente-t-on encore Okja le dernier long-métrage du prolixe Joon-Ho ? Après l’excellent Snowpiercer, le cinéaste coréen retourne à ses métaphores fantastiques et politiques avec toujours cette passion renouvelée pour l’anticipation. Ici, une espèce de super cochons est découverte par l’industrie alimentaire. Rare et méconnue, cette race porcine ne cause aucun dommage environnemental. Le gros porc est donc la promesse d’un monde meilleur dans une économie toujours plus vorace.

Le drame de Joon-Ho se noue lorsque dix ans après cette découverte, le plus beau de ces super cochons est retrouvé par la firme et arraché à Mija, une jeune orpheline qui a vu grandir la bête et l’aime profondément. La jeune fille se lance alors dans une quête pour retrouver son Okja malgré le cynisme et l’indifférence que lui opposeront un système capitaliste.

Derrière le conte, comme avec Snowpiercer, la modernité n’est jamais loin. Plaidoyer contre la production intensive, mais aussi contre les pièges des travestissements de l’écologisme et contre un fascisme tissé dans les illusions de la communication abrutissante, Okja est un beau et grand rendez-vous avec le cinéma coréen. À voir sur le plus grand écran dont vous disposez, rien que pour les décors.

Lucid Dream — 2 juin

Projet de l’acteur Kim Jun-seong, Lucid Dreams est un drame de SF sur la quête d’un enfant disparu. Un père, proche du désespoir, se livre à des méthodes plus ou moins ésotériques en se lançant, dans un mélange de souvenirs et de rêves, à la recherche de son fils perdu. La nostalgie et le déni s’entremêlent, forment un couple cauchemardesque qui fait doucement glisser vers la déraison un père livré à la science hasardeuse des rêves.

Shimmer Lake — 9 juin

C’est désormais une tradition, chaque mois : Netflix dévoile un (ou de nombreux) thriller. Cette fois-ci, avec Shimmer Lake, le géant s’offre un projet qui creuse le genre très américain du smalltown crime. En suivant un sheriff (Benjamin Walker) dans son enquête, Oren Uziel, scénariste derrière le mauvais 22 Jump Street, remonte sur les traces du crime en mêlant les grands topos du genre.

You Get Me — 23 juin

Fruit du deal AwesomenessTV et Netlix — l’énorme réseau multimédia orienté teens de NBCUniversal et Verizon — You Get Me est une sirupeuse romance de lycées (un triangle amoureux pour être précis). Les millennials y retrouveront leur actrice Bella Thorne — nous n’avons aucun souvenir d’un bon rôle de sa part, mais la starlette a un public très fidèle.

Les documentaires

Counterpunch — 16 juin

La caméra expérimentée de Jay Bulger (le reportage Silk Road, c’est lui) se plonge sur les rings de boxe. Fasciné par la ténacité des jeunes champions, prêts à toutes les douleurs pour rentrer dans la légende, Bulger livre un très élégant documentaire sportif, jeune et moderne.

Nobody Speak : Trials of the free press — 23 juin

Nous vous en parlions déjà lors du Sundance, Netlix s’était emparé du documentaire exclusif sur le sulfureux procès Hulk Hogan contre Gawker. Procès symbolique d’un tournant de la presse américaine, et clou sur le cercueil d’un organe de presse, Nobody Speak s’annonce événementiel.

À lire sur Numerama : Sundance  : Netflix se paie le documentaire sur le combat juridique entre Hulk Hogan et Gawker

Pour les kids

World of Winx, saison 2 — 16 juin

Surfant sur le succès de son reboot des Winx, Netflix poursuit sa lancée et livre de nouvelles aventures des petites fées hyperactives et héroïques.

Little Witch Academia, saison 1 — 30 juin

Autre dessin animé, autre sorcière. Little Witch Academia est un court-métrage d’animation créé et réalisé par Yoh Yoshinari et écrit par Masahiko Otsuka. Grâce à un univers marquant, l’anime a gagné une notoriété autour du monde. Aujourd’hui la franchise est adaptée par Netflix en série et un jeu vidéo est également dans les cartons.

Partager sur les réseaux sociaux