Victime du « Joy-Con Drift » pour la troisième fois depuis 2017, j’ai envoyé à Nintendo mes manettes, en espérant qu’elles seraient réparées pour de bon cette fois-ci. En seulement quelques minutes de jeu, les bugs sont réapparus.

Plus de 5 ans après le lancement de la Switch, Nintendo ne semble pas avoir trouvé de solution au problème du « Joy-Con Drift ». Pire, on se demande même si l’entreprise japonaise a déjà tenté de rectifier ce problème. Le lancement des Switch Lite et Switch OLED, sans aucun correctif matériel, laisse supposer que Nintendo se moque totalement de ces problématiques… qui concernent pourtant plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs.

Pour rappel, le « Joy-Con Drift » est le surnom donné à un problème qui affecte les manettes Joy-Con. Il fait croire à votre console, à tort, que vous bougez le joystick dans une direction (ce qui peut, par exemple, vous faire foncer dans un mur). Parfois, il provoque aussi des déconnexions de la manette en pleine partie.

Une réparation des Joy-Con éphémère

Récemment, j’ai moi-même dû faire face au Joy-Con Drift.

Depuis plusieurs mois (sans doute dès la fin de l’année 2021), mes manettes avaient un comportement étrange. Avec le temps, elles sont devenues inutilisables. Dans les menus de la console, ma manette gauche faisait défiler la liste toute seule. Il était impossible de sélectionner un jeu du premier coup… Même chose dans une partie où, peu importe le titre choisi, mon personnage ou mon véhicule braquait à gauche. Ma manette droite subissait les mêmes problèmes (en moins fort), mais souffrait surtout de problèmes de déconnexion. Il me fallait être à moins de 1 mètre de la console pour la jumeler et, généralement, elle se déconnectait au bout de 5 minutes.

En mode manette aussi, les Joy-Con fonctionnent mal.  // Source : Nintendo
En mode manette aussi, les Joy-Con fonctionnent mal. // Source : Nintendo

Le 27 septembre, j’ai craqué. Puisqu’il m’était impossible de jouer à la Switch, j’ai ouvert une demande de réparation sur le site de Nintendo. L’entreprise a tout fait pour me dissuader (il est difficile d’arriver à la page de demande de réparation, Nintendo préfère vous conseiller de redémarrer la console), mais j’ai pu imprimer une étiquette de retour. Je sais que Nintendo a pour coutume de ne pas faire payer les réparations de Joy-Con, donc je me suis dit que je n’avais rien à perdre (à part du temps).

Le 15 octobre, après quasiment 3 semaines d’attente (ce qui peut sembler long), mes manettes sont revenues. Impatient de redécouvrir la Switch, je les ai connectées à ma console pour jouer. Miracle : les menus ne partaient plus dans tous les sens. Tout me laisser penser que mes Joy-Con étaient réparées.

Avec des amis, nous avons commencé à jouer à Mario Kart 8. J’ai facilement gagné la première course, puisque j’avais enfin des manettes fonctionnelles. En revanche, lors de la seconde, j’ai commencé à me poser des questions… J’ai eu l’impression de braquer à gauche à plusieurs reprises, ce qui m’a fait partir en hors-piste (et perdre !). À la troisième course, je n’avais plus aucun doute, le Joy-Con Drift était revenu. Impossible de rouler droit, ma manette était de nouveau inutilisable. Quelques minutes plus tard, ma manette droite s’est mise à se déconnecter… Insupportable.

Voici ma demande de réparation, désormais fermée. // Source : Numerama
Voici ma demande de réparation, désormais fermée. // Source : Numerama

La réparation de Nintendo, réelle puisqu’il y a bien eu du mieux au début, est complètement éphémère. La nature même des Joy-Con les condamne à de nouveau « drifter » au bout d’un certain temps, ce qui est extrêmement énervant. Pire, le SAV de Nintendo considère ma demande résolue. Impossible de rouvrir le dossier, il va falloir en créer un nouveau.

Le Joy-Con Drift, un scandale sous-estimé ?

Il y a un point que je n’ai pas évoqué dans la partie précédente : ce n’est pas ma première réparation chez Nintendo. En 2018 et en 2019, j’avais déjà renvoyé mes Joy-Con pour les mêmes problèmes. À chaque fois, ces problèmes sont revenus (mais moins rapidement que cette fois-ci). Les fois précédentes, j’avais cru bon de les ignorer, puisque je joue de toute façon plus à la PlayStation qu’à la Switch.

Que faire maintenant ? J’ai envie de tenter une nouvelle réparation, mais je suis convaincu que rien ne changera. Je peux toujours acheter une nouvelle paire de Joy-Con à 65 euros, mais ai-je vraiment envie d’investir autant dans des accessoires que je sais condamnés à se casser ? Le vrai problème avec les Joy-Con est l’insouciance de Nintendo. Une erreur en 2017 aurait été pardonnable si les Switch plus récentes utilisaient des manettes différentes. Puisque le Japonais n’effectue aucun changement, il donne l’impression qu’il se moque de ces problèmes (sans doute pour éviter de donner raison aux associations de consommateurs qui l’ont attaqué en justice). Ma Switch va de nouveau finir au placard, tout ça à cause d’une histoire de manettes…