La Nintendo Switch Lite est une très bonne console portable, plus accessible et moins fragile que sa grande sœur, hybride. Il faudra en revanche accepter de faire des concessions au niveau des finitions et de certaines touches. On imagine déjà le carton assuré à Noël...

Comme tous les dimanches, vous enfilez votre casque de vélo, calez votre skateboard sur votre dos et vous foncez retrouver vos amis sous un magnifique soleil californien pour jouer à la Nintendo Switch Lite avec vos amis. Ah ? Non ? C’est peut-être uniquement dans la vidéo de présentation de la firme japonaise diffusée le 10 juillet dernier, alors. En tout cas le message est clair : la nouvelle console de Nintendo vise un public mobile et jeune.

Du côté de la rédaction de Numerama, on a troqué les roulettes et le skatepark pour des lieux de test un peu plus classiques : le bureau, le canapé, le lit, le train, le parc… Bref, des journées classiques qui nous ont permis, en quelques jours de tests, de comprendre que l’intérêt de la Switch Lite se situait vraiment dans les déplacements.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

Plus petite, plus légère que la Switch classique, mais avec une définition d’écran similaire : la Lite séduira les joueurs et joueuses qui ont pour habitude d’emporter leur console dans un sac pour s’amuser n’importe où, sans craindre les chocs. Si on ne perd pas en qualité d’affichage (qui est juste plus petit), les finitions déçoivent quand même, notamment au niveau des touches sur le haut de l’appareil. Elles empêchent d’apprécier pleinement les jeux qui demandent de la précision.

Voici notre avis complet sur la Switch Lite, la nouvelle console de Nintendo disponible en France à partir de vendredi 20 septembre 2019, au prix de 199 euros, et en pré-commande sur Amazon dès maintenant.

Le look de la Switch Lite

La Switch Lite est clairement la version « mini » de sa grande sœur : comptez 3 cm de moins en longueur (20,8 cm) et 1 cm de moins en hauteur (9,1 cm). L’épaisseur reste la même (13,9 mm) et assure donc une prise en main relativement identique. Au niveau du poids, la différence est flagrante : elle ne pèse que 275 grammes, contre 398 grammes pour la classique (avec les Joy-Con). Pour celles et ceux qui trouvent que la Nintendo Switch classique est un peu trop lourde — au bout de quelques heures de jeu en mode portable, on peut sentir une tension dans les poignets —, prendre en main la Lite sera une vraie bonne surprise.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

Dans un sac à dos ou à main, on sent aussi un réel changement : y glisser la Switch Lite sera dix fois plus naturel et instinctif que lorsque l’on essaie de transporter la Classic, qui, avec ses Joy-Con détachables, a forcément plus de points de fragilité. Ici, le côté plastique très léger a finalement un côté rassurant : on se dit naturellement qu’elle absorbera mieux les chocs. Cela n’empêche pas de craquer pour quelques accessoires Switch Lite, notamment de protection.

Au niveau du touché, nous avons été agréablement surpris par combien le matériel plastique est finalement très doux sous la pulpe du doigt, le plastique légèrement rugueux donnant paradoxalement une sensation apaisante de solidité dans la plasticité. On est loin du dos mate beaucoup plus qualitatif de la Switch (également en plastique, ceci dit), mais la coque globale n’est pas du tout un problème. En plus, le jaune est beaucoup plus joli que l’on pensait (de prime abord, notre cœur allait quand même plutôt vers la version grise ou turquoise).

La qualité d’image est là

L’écran de la Lite est plus petit (5,5 pouces au lieu de 6,2 pouces) mais la définition est la même (1 280 x 720 pixels). Techniquement, donc, la résolution serait légèrement meilleure sur la Lite — car l’écran est plus petit pour une même définition — mais la différence est finalement assez minime. Le plus important à retenir, c’est qu’on ne perd pas en qualité d’image, et que l’écran légèrement plus petit n’empêche en rien d’apprécier les jeux, même les plus beaux (oui, Zelda : Breath of The Wild est toujours à couper le souffle). Vous serez toutefois contraints d’en gérer l’éclairage vous-mêmes (il n’y a pas de mise à jour automatique de la luminosité, vu qu’il n’y a pas les mêmes capteurs que sur la Switch). Mais ce n’est pas non plus la mer à boire.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

Des touches moins précises

Parlons maintenant des choses qui fâchent : les touches ne sont pas au niveau de ce que l’on espérait. D’une, le blanc a un côté salissant (on ne sait donc pas bien comment ils tiendront sur la longueur). Mais c’est surtout l’effet plastique qui déçoit : les touches  A B X Y de droite sont très saillantes, ce qui génère un bruit de cliquetis plus important que sur la Switch classique lorsqu’on les presse frénétiquement (soit : tout le temps). Ce rendu beaucoup moins doux au touché est accentué par des arrondis peu marqués et un dixième de millimètre de jeu entre le bouton et son encoche, ce qui fait que le passage d’un bouton a l’autre est moins fluide.

Toutefois, c’est surtout les touches sur le haut de la console qui nous ont posé un vrai problème : les boutons ZL (gauche, le plus en arrière) et ZR (droite, le plus en arrière) empêchent tout espoir de précision, et cela génère des frustrations en jeu. La touche ZR, qui est indispensable (c’est souvent celle qui permet de viser et de tirer, ou de faire des sauts), est très lourde : on le remarque d’ailleurs immédiatement au « clic », qui est beaucoup plus sourd que sur la Switch classique, où on le sent plus aigu et vif.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

L’effet plastique se fait ainsi sentir, et cette lourdeur nous a plusieurs fois menés à l’erreur : par exemple, alors que l’on était en train de viser un joueur au sniper (laisser appuyer ZL) dans une partie de Fortnite, notre doigt a régulièrement appuyé sans le vouloir sur ZR, enclenchant des tirs qui n’étaient pas bienvenus. Même problème lorsqu’il s’agit d’enchaîner les tirs : la réactivité du bouton est relativement faible, et on perd ainsi en précision ainsi qu’en confort de jeu.

Le gros changement sur la Switch Lite, c’est également sa croix directionnelle, qui vient remplacer les quatre boutons individuels qui ornent le Joy-Con gauche de la Switch classique. Si elle est peu utilisée dans les jeux récents, les aficionados de jeux en 2D apprécieront beaucoup les déplacements à la croix — on ne refera pas le débat croix directionnelle / joystick ici, mais les deux nous conviennent pour une console portable comme celle-ci.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

Vu qu’il n’y a pas de Joy-Con, il n’y a pas non plus les capteurs qui vont avec — et la Switch Lite ne vibre pas. Par conséquent, en termes de catalogue de jeux, vous n’aurez accès qu’aux productions Switch accessibles en mode portable, c’est-à-dire la majorité d’entre eux, à l’exception de ceux qui ont besoin de certaines fonctionnalités des Joy-Con pour fonctionner (par exemple, 1-2-Switch).

Nintendo sort d’ailleurs, en même temps que la Switch Lite, son Legend of Zelda : Link’s Awakening, et sortira pour fin 2019 son très attendu nouveau jeu Pokémon (version Épée ou Bouclier).

Quid de la batterie de la Switch Lite ?

La batterie annoncée est censée être bien meilleure que la première version de la Switch. Nintendo annonce par exemple que pour Zelda BoTW, on gagnerait une heure d’autonomie, pouvant donc pousser la console jusqu’à jouer 4 heures avec une seule charge. Dans la pratique, nous avons constaté que pour les aventures de Link, cela se rapprochait plutôt des 3h30, ce qui est quand même déjà un gain intéressant.

Pour ce qui est d’un jeu très gourmand comme Fortnite, qui se joue obligatoirement en étant connecté à internet, la batterie fond évidemment beaucoup plus rapidement : comptez deux heures en jouant sans s’arrêter, soit trente minutes de plus que sur une classique.

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

Le temps de recharge est en revanche assez similaire à la Switch classique : on gagne 15 % de batterie en 20 minutes, comptez 3 heures pour une charge complète. Le chargeur USB-C est fourni avec la console, et il est légèrement moins grand que celui de sa grande sœur (mais celui-ci fonctionnera aussi).

Il convient de noter que la Switch Lite commence à chauffer très rapidement quand on lance une partie : quelques minutes de Zelda, une dizaine de minutes de Super Mario Odyssey à peine, et le dos est déjà plus que tiède. On ne parle même pas des jeux en ligne qui demandent beaucoup d’énergie : on sent que la console ventile à fond pour gérer la surchauffe — ce système de refroidissement n’est toutefois pas plus bruyant que sur la Switch.

Toujours pas d’écouteurs bluetooth

La sortie son située sur le haut de l’appareil est similaire à celle de la Switch classique (les trous ont juste une forme différente), mais comme pour son ancêtre, la Lite ne permet toujours pas de connecter un casque ou des écouteurs Bluetooth, ce qui commence tout de même à devenir frustrant. Il faudra donc vous équiper de votre casque filaire à prise jack classique pour jouer tranquillement dans le métro.

Comme Nintendo l’annonce (et insiste beaucoup sur ce point pour éviter les déception), la Lite est vraiment une console portable qui n’a pas vocation à faire autre chose. Au départ, nous n’avions pas réussi à synchroniser nos Joy-Con avec la Switch Lite (on a testé, elle ne les détectait pas), mais nous avons finalement pu le faire le lendemain. Mais vu que la console n’a pas de petite cale pour la maintenir, on a vraiment du mal à y voir un intérêt.

À noter que l’option « contrôle avec les boutons de la console » (dans Paramètres > Manettes & Capteurs) est désactivée par défaut et il n’est pas possible de l’activer.

Capture d’écran de l’option « chercher des manettes » sur Switch Lite

C’est également cohérent avec le fait que la Switch Lite ne possède pas une petite béquille (qui, sur la Switch, permet de poser l’écran devant vous et de jouer avec des Joy-Con seuls où à plusieurs, à distance) pour faire tenir droit l’écran de la console. Du coup, la fente dédiée à l’ajout d’une carte microSD est apparente sur la Lite,  avec son propre cache à l’arrière, contrairement à la version classique où elle est cachée sous le petit stand.

Plutôt Switch ou Switch Lite ?

Alors, on sait ce que vous êtes en train de penser : n’était-il pas déjà possible de trimballer notre Nintendo Switch classique au bureau, dans notre canapé, au lit, dans le train, au parc ? Est-il vraiment nécessaire de passer à la Switch Lite ? La réponse est non. La nouvelle console Lite de Nintendo vise clairement un nouveau public (ou alors, les gens qui ont les moyens d’investir dans les deux consoles, pour le plaisir).

La Switch Lite de Nintendo // Source : Louise Audry pour Numerama

La Switch Lite est pour celles et ceux qui trouvent que la Switch est trop chère (compter 300 euros normalement, jusqu’à 250 euros, rarement, quand elle est en promotion) pour des fonctionnalités dont ils n’ont pas besoin, comme les Joy-Con détachables, le dock pour relier l’appareil à la télé du salon, etc. La Switch Lite vous permettra de profiter de tous les excellents jeux du catalogue en dépensant moins, et pour une expérience plus compacte, mais relativement similaire (à part pour les jeux de tir). Il faudra toutefois faire son deuil pour les touches ZL et ZR, qui imposent une vraie baisse qualitative.

Cet article a été mis à jour le 24 septembre avec une précision sur les Joy-Con que nous avons finalement réussi à synchroniser.

En bref

Console Nintendo Switch Lite

Note indicative : 4/5

À 199 euros, la Switch Lite de Nintendo va clairement devenir la meilleure console portable du marché, et pour cause : elle n'a quasiment pas de concurrent. Sa grande sœur, la classique, a certes de meilleures finitions et un écran plus grand, mais elle est bien plus lourde. La PSVita, quant à elle, a toujours manqué de jeux pour s'imposer.

En profitant du gros catalogue Switch (à part les jeux qui demandent l'utilisation des Joy-Con), la Switch Lite va séduire les joueurs et joueuses occasionnels qui recherchent de la diversité et qui bougent souvent. Un beau cadeau de Noël qui permettra sûrement de toucher une population plus jeune.

Top

  • Sa légèreté
  • Les mêmes performances que la Switch
  • Meilleure autonomie (légèrement)

Bof

  • Les touches ZL et ZR
  • Toujours pas d'écouteurs bluetooth
  • Pas de vibrations

Partager sur les réseaux sociaux