Nintendo a évoqué une nouvelle fois le phénomène du Joy-Con Drift, qui touche la Switch depuis son lancement. Pour le constructeur japonais, l'usure est un problème difficile à gérer.

Dans les bureaux de Nintendo, on imagine que le Joy-Con Drift est un sujet sensible. Le terme désigne le problème qui déclenche des actions non voulues sur les petites manettes de la Switch — le personnage bouge tout seul par exemple. Dans un billet «  Ask the Developer Vol. 2 », publié sur son site le 7 octobre, Nintendo a évoqué de manière transparente ce phénomène très pénalisant pour les joueuses et les joueurs. Le constructeur souligne que l’usure est un problème difficile à résoudre à 100 %. 

Ko Shiota, en charge de la division liée aux technologies, a partagé une métaphore intéressante  : « Les pneus d’une voiture s’usent quand la voiture roule, puisqu’ils sont en friction constante avec le sol. En gardant cette problématique en tête, on se demande toujours comment on pourrait améliorer la durabilité et, dans le même temps, maintenir le fonctionnement. C’est quelque chose que nous étudions en permanence. » 

Joy-Con // Source : Nintendo

Le Joy-Con sera-t-il résolu un jour ?

« Nous travaillons toujours sur des améliorations  », confie Toru Yamashita, qui s’occupe aussi du développement technologique au sein de Nintendo. Il poursuit : « Le degré d’usure dépend de facteurs comme la combinaison des matériaux et des formes, et nous faisons constamment des progrès en testant des combinaisons qui sont moins susceptibles de s’user. » Que le constructeur travaille sur la résolution de ce problème majeur est une bonne chose. Le fait qu’il ne soit toujours résolu — alors qu’il a été découvert il y a plusieurs années et que des actions collectives sont menées contre Nintendo — laisse cependant interrogateur. Nintendo parviendra-t-il un jour à stopper le Joy-Con Drift ?

Le constructeur pensait initialement que ses Joy-Con allaient tenir dans la durée, puisque leur stick avait résisté aux tests de durabilité précédemment appliqués au GamePad de la Wii U (la console sortie avant la Switch). Sauf que les Joy-Con sont des manettes plus abouties que le GamePad — elles sont bardées de technologies dans un format très, très petit. Nintendo a revu son contrôle qualité, ce qui a abouti à plusieurs évolutions. Hélas, elles restent insuffisantes pour définitivement résoudre le problème du Drift. On rappelle toutefois que les Joy-Con touchés sont désormais réparés gratuitement, même hors garantie.

La Switch OLED, qui est disponible à compter de ce vendredi 8 octobre, ne sera pas épargnée par le Joy-Con Drift. Elle bénéficie toutefois des dernières avancées pour l’éviter au maximum. Cela devrait donc retarder l’apparition du problème.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo