Dans les prochains mois, Apple pourrait investir le terrain de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée avec un casque rival de ceux d’Oculus et HTC. À quoi servira-t-il ? Numerama fait un point sur les rumeurs.

Ultra médiatisée au milieu des années 2010, la réalité virtuelle fait de nouveau parler d’elle depuis quelques mois. De nouveau à la mode grâce à Facebook et ses promesses de metaverse, elle pourrait, en 2022, profiter de l’effet Apple. En effet, quand la plus célèbre des marques californiennes investit un marché, c’est généralement l’industrie entière qui en profite.

Après des années de rumeurs, le produit que l’on appelle « Apple Glasses » et que l’on a longtemps pensé être des lunettes connectées s’apprête à voir le jour. D’ici la fin de l’année, ou en 2023 en cas de report, Apple devrait présenter un casque haut de gamme dédié à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons cet article explicatif.

À quoi servira le casque d’Apple ?

C’est finalement la question la plus importante : pourquoi Apple veut-il lancer un casque ? Si l’intérêt d’un iPhone ou d’une Apple Watch peut sembler évident, celui d’un produit « de niche » comme un casque de réalité virtuelle l’est moins. Commençons donc par un portrait-robot de l’objet, afin de vous aider à mieux l’imaginer.

Selon les rumeurs, la proposition d’Apple serait assez unique sur le marché. Dans les faits, son casque appartiendrait plus à la catégorie de la réalité virtuelle qu’à celle de la réalité augmentée. Il y aurait bel et bien un écran en face de chaque œil, ce qui veut dire que l’on ne pourra pas voir au travers. Cependant, et c’est là qu’Apple se distinguerait, son casque serait doté de 15 caméras selon l’analyste Ming-Chi Kuo. Huit d’entre elles seraient capables de répliquer l’environnement extérieur pour vous faire basculer dans une fausse réalité augmentée, où vous verriez le monde réel (une sorte de mode transparence, comme sur les AirPods). Les autres caméras traqueraient vos mouvements pour vous permettre d’interagir avec les applications avec vos mains. D’autres capteurs permettraient aussi de suivre votre regard, pour que le casque reproduise une vue humaine classique. Le tout nous semble extrêmement ambitieux.

Casque VR AR Apple brevet
Un des très nombreux brevets possédés par Apple sur les casques AR/VR. On voit ici le suivi des mains grâce aux caméras. // Source : Patently Apple

Sous un nouveau système d’exploitation spécialement conçu pour l’occasion (on parle de rOS, pour « reality OS »), le casque d’Apple devrait embarquer un App Store. Les développeurs pourraient donc créer des applications spécialement dédiées à cet appareil d’un nouveau genre. On imagine aussi qu’Apple donnera une place importante à ses services comme TV+, Fitness+ ou Arcade qui, en réalité virtuelle/augmentée, pourraient être encore meilleurs. Rappelons aussi qu’avec ARKit, Apple propose aux développeurs d’excellents outils dédiés à la réalité augmentée. Son avance en la matière est grande et, grâce à ce casque, pourrait permettre à Apple de proposer des expériences vraiment pionnières. Les quinze caméras du casque, si elles se confirment, ne seront sans doute pas là pour rien.

Un casque conçu pour le grand public ?

Historiquement, Apple a toujours été une marque grand public. Ce n’est pas dans ses habitudes de lancer des produits de niche. L’entreprise de Cupertino attend généralement qu’une technologie soit mature avant de s’y mettre, toujours dans l’objectif de dominer le marché.

Avec son casque, Apple pourrait changer de stratégie. Sur le papier, l’appareil ressemble plus à un kit de développement qu’à un produit grand public. Mark Gurman de Bloomberg indique d’ailleurs qu’en cas d’annonce cette année, il est fort probable que la WWDC 2023 (le salon d’Apple pour les développeurs) soit dédiée à la fabrication d’applications pour le casque. Apple pourrait très bien positionner ce produit comme un avant-goût du futur, en attendant de lancer des lunettes pour le grand public « plus tard dans la décennie », toujours selon Mark Gurman.

Cependant, notre théorie n’est pas plausible si l’on se fie aux objectifs supposés de ventes d’Apple. Bloomberg indique que la marque pense vendre entre 7 et 10 millions de casques la première année, ce qui correspondrait à une vente par Apple Store et par jour. Ces chiffres là, bien qu’inférieurs aux extraordinaires volumes de ventes des iPhone, ne sont pas ceux d’un produit réservé aux développeurs. Le casque VR devrait donc être vendu à tous.

arkit
Depuis 2017, ARKit permet aux développeurs d’utiliser la réalité augmentée facilement sur iOS et iPadOS. // Source : Apple

Un casque à quel prix ?

Aujourd’hui, on trouve de bons casques de réalité virtuelle sous les 500 euros (le Oculus Quest 2 en coûte 349). Nous ne vous surprendrons pas en vous indiquant qu’Apple devrait aller bien plus haut. Au vu du nombre de technologies sophistiquées probablement présentes dans ce casque, les prix devraient s’envoler.

L’analyste Ming-Chi Kuo parle d’un tarif autour des 1 000 dollars, Mark Gurman de Bloomberg mentionne lui le prix de 2 000 dollars. Le journaliste est souvent très bien informé sur Apple, ce qui nous laisse penser qu’il est le plus proche de la réalité. À 2000 dollars, on se demande une nouvelle fois comment Apple espère faire de son casque un produit grand public.

Quand Apple présentera-t-il son casque ?

Là encore, il nous est difficile de nous prononcer. Cela fait maintenant plusieurs années que l’on entend parler de ce casque, que certaines rumeurs envisageaient même lancé dès 2021. Dans un article sur Bloomberg, Mark Gurman indique que la décision finale n’a pas été prise. Initialement, Apple comptait présenter son casque en juin 2022 lors de la WWDC, dans un objectif de commercialisation à la fin de l’année. Des soucis techniques contrarieraient ses plans et pourraient contraindre la marque à repousser la commercialisation du produit en 2023. Dans cette hypothèse, on se demande si Apple maintiendrait l’annonce en juin.

Quelles caractéristiques ?

Deux processeurs haut de gamme seraient présents à l’intérieur du casque (et généreraient actuellement des problèmes de surchauffe selon Mark Gurmann). Une des puces utilisées par Apple pourrait être équivalente au M1 Pro des derniers MacBook Pro, ce qui laisse supposer que le casque sera incroyablement puissant. Pour le recharger, il faudrait utiliser un chargeur de 96W, ce qui suggère que l’autonomie de l’appareil ne sera pas incroyable. Le casque devrait néanmoins être indépendant : aucun boîtier supplémentaire ne serait nécessaire.

En face de chaque œil, il devrait y avoir un écran OLED de définition 4K. Le casque serait aussi doté d’un système sonore spatial très sophistiqué.

Quel nom ?

Là encore, nous irons vite. Si « Apple Glasses » a longtemps été suspecté, il est probable qu’Apple réserve ce nom à ses vraies lunettes dans quelques années. Il lui reste donc plusieurs noms comme « Apple VR », « Apple AR », « Apple Vision » ou « Apple Reality ». En attendant d’en savoir plus, la rédaction du Numerama continuera d’utiliser l’expression « le casque d’Apple ». Au moins, aucune chance de se tromper.

Pourquoi diable Apple se lance-t-il dans la réalité virtuelle ?

Cette question vient du cœur : nous ne comprenons sincèrement pas dans quelle direction va Apple. Très confiante sur l’intérêt de la réalité augmentée, la marque californienne répète sans cesse depuis des années qu’il s’agit du futur. Des lunettes capables d’ajouter des informations contextuelles à la réalité, comme une direction ou une notification, attisent notre curiosité, mais on ne peut pas dire la même chose d’un casque de réalité virtuelle.

À vrai dire, la réalité virtuelle n’a jamais réussi à quitter son statut de technologie de niche. Même avec 15 caméras dédiées à la réalité augmentée, nous ne nous imaginons pas nous isoler dans un monde virtuel le soir en rentrant à la maison. En attendant de découvrir la vision précise d’Apple, nous nous posons énormément de questions sur sa vision. Apple, habitué au quasi-sans-faute, s’apprête à prendre un risque immense en lançant un produit a priori destiné à une petite catégorie de la population. Espérons que les rumeurs se trompent et que le produit final soit un vrai game-changer.