Grâce à myCANAL, qui est déjà disponible sur visionOS, il est possible d’accéder à la télévision française depuis l’Apple Vision Pro. Mercredi soir, j’ai regardé l’intégralité de PSG-Brest avec le casque VR d’Apple, en me téléportant sur la Lune pour voir des étoiles derrière la pelouse virtuelle. Une expérience aussi troublante que prometteuse, qui doit encore être peaufinée.

Dans le futur, une partie de la population regardera-t-elle la télévision avec un Vision Pro sur la tête ? C’est en tout cas une des ambitions d’Apple, qui mise sur l’informatique spatiale pour remplacer les écrans physiques par des fenêtres virtuelles. Le Vision Pro repousse les bordures grâce à des projections flottantes qui peuvent être placées n’importe où dans une pièce. C’est ambitieux, mais aussi très excitant. Nos premiers tests de l’Apple Vision Pro ont en tout cas permis de constater que ce concept, même s’il peut déstabiliser au premier abord, fonctionne vraiment. Les écrans Micro-OLED du casque, avec des pixels invisibles de l’œil, contribuent à rendre l’expérience spectaculaire.

Le 7 février, le Paris Saint-Germain affrontait Brest dans le cadre de la Coupe de France. Pour tester le Vision Pro, j’ai eu l’idée de regarder le match en le portant sur ma tête.

Un écran géant et des possibilités infinies… mais une qualité de diffusion à revoir

Premier constat : ça marche. Grâce à myCANAL, disponible sur visionOS malgré l’indisponibilité de l’ordinateur spatial en France, il est possible de retrouver toutes les chaînes françaises dans le casque. PSG-Brest était diffusé sur France 3, j’ai donc pu facilement le projeter dans le Vision Pro.

Pour cette première expérience, j’ai décidé de voir les choses en grand. J’ai créé un gigantesque écran de 105 pouces positionné à une dizaine de mètres de distance de mon visage (rappel : tout est virtuel, il n’y a en réalité que quelques centimètres d’écart entre mes yeux et l’écran). Déplacer ou redimensionner une fenêtre est facile, il suffit de la regarder et de l’attraper avec son pouce et son index.

L'interface de myCANAL dans visionOS, avec du noir en arrière-plan faute de lumière.
L’interface de myCANAL dans visionOS, avec du noir en arrière-plan faute de lumière. // Source : Numerama

Comme j’étais dans le noir, le monde réel autour de l’écran virtuel apparaissait bruité. L’écart de qualité entre la fenêtre myCANAL et le reste n’était pas très beau, j’ai donc dû choisir un environnement pour remplacer l’arrière-plan.

Premier constat : Apple ne permet pas aux applications tierces d’utiliser le cinéma virtuel de l’application Apple TV, qui aurait pourtant été parfait pour regarder un match de foot (vivement une salle de cinéma dans myCANAL !). Il a donc fallu que je choisisse un paysage, comme le parc Yosemite ou Joshua Tree, pour remplacer le monde réel derrière mon match. J’ai choisi de me téléporter sur la Lune, de nuit, avec une magnifique vue sur la Voie lactée en arrière-plan. Plutôt cool, même si j’étais dans une pure réalité virtuelle. Faute de lumière, mes mains n’apparaissaient pas quand je les passais devant mes yeux.

105 pouces, c'est impressionnant (surtout en comparaison à l'écran LCD de 30 pouces dans la chambre où je me situais).
105 pouces, c’est impressionnant (surtout en comparaison à l’écran LCD de 30 pouces dans la chambre où je me situais). // Source : Numerama

Une fois installé, j’ai pu profiter du match. La taille de l’écran était incroyable, peut-être la plus grande ma vie, mais la qualité de diffusion de France 3 n’est franchement pas digne de 2024… Les joueurs semblaient pixelisés, tandis que la fréquence d’actualisation manquait de fluidité. Tout ça m’a amené à réduire la taille de l’écran à environ 75 pouces, pour améliorer la qualité globale. Ce problème n’existe pas avec les contenus 4K des services de streaming, j’ai donc hâte de tester la même chose avec PSG-Real Sociedad, qui sera diffusé en 4K sur Canal+. Bref, même avec les meilleurs écrans du monde (sans blague, le Vision Pro a peut-être les meilleurs écrans du monde), la qualité du contenu reste le plus important.

Je me suis endormi devant le match… puis réveillé sur la Lune

Fun fact : quelques minutes avant le premier but de Kylian Mbappé, le jetlag m’a rattrapé. Je me suis endormi pendant une dizaine de minutes, puis réveillé dans une position différente, avec seulement les étoiles et les rochers lunaires en face de mes yeux. Je ne comprends toujours pas comment les vifs écrans du Vision Pro ont fait pour ne pas m’éblouir, mais je me suis vraiment endormi. Je peux vous assurer que se réveiller sur la Lune, avec en fond sonore les commentaires de France 3, est très perturbant. Mais aussi très marrant.

Quelques secondes après mon réveil spatial, Danilo Pereira a marqué.

Grâce au Vision Pro, on peut créer une tablette virtuelle, au milieu du reste de l'environnement virtuel.
Grâce au Vision Pro, on peut créer une tablette virtuelle, au milieu du reste de l’environnement virtuel. // Source : Numerama

Après le match, l’obscurité n’a pas été simple à trouver

Durant la seconde mi-temps, j’étais plus en forme. J’ai pu profiter de l’écran géant du match, qui avait vraiment l’air d’être devant moi. À quelques occasions, j’ai aussi créé une fenêtre Twitter de la taille d’un iPad, pour regarder les réactions des gens sur PSG-Brest en temps réel (on peut toucher la fenêtre comme si elle était vraiment-là). J’ai aussi rapidement répondu à quelques messages, même si l’absence de Messenger sur visionOS me privait de certaines conversations de groupe. D’ailleurs, il est impossible de voir l’écran de son téléphone dans le noir en portant le casque. La qualité des caméras n’est pas assez bonne.

Après le match, j’ai retiré le casque et j’ai fermé les yeux. Pendant une trentaine de minutes, j’ai continué à voir de la lumière, comme si ma rétine avait été éblouie trop longtemps. Un effet secondaire que je n’avais pas anticipé, qui m’a rappelé que j’avais passé une heure et demie avec des écrans à trois centimètres de mes yeux. La limite du Vision Pro est peut-être là : peut-on vraiment tromper le cerveau avec une aussi grande qualité visuelle si longtemps ?


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.