De loin, on n'imaginerait pas que l'iPhone 13 Pro est un nouvel iPhone, tant il ressemble à son prédécesseur. Mais quand on entre dans le détail, on s'aperçoit très vite qu'il s'agit de l'un des smartphones les plus aboutis depuis quelques années. Mais est-ce l'iPhone qu'il vous faut ? C'est ce que l'on va tenter de déterminer dans ce test de l'iPhone 13 Pro.

Apple a lancé ses iPhone 13 durant son Keynote le 14 septembre 2021. Depuis l’iPhone 11, l’entreprise californienne a créé une gamme nommée « Pro », sorte de réceptacle de l’innovation haut de gamme de l’année. En 2020, nous pouvions affirmer que l’iPhone 12 était si excellent que la gamme Pro était vraiment réservée à une niche d’utilisatrices et d’utilisateurs très restreinte — il fallait d’ailleurs acquérir le modèle Max pour avoir le meilleur capteur photo, réduisant encore le nombre de personnes concernées par un si gros smartphone.

Avec les iPhone 13 Pro et 13 Pro Max, Apple aligne de vrais arguments différenciants par rapport à l’iPhone 12 Pro, au-delà d’un capteur photographique en plus. Alors, que fait cet iPhone de plus ou de mieux que son petit frère l’iPhone 13 et ses prédécesseurs ? C’est ce que l’on va voir dans ce test complet.

Nous avons testé un iPhone 13 Pro 512 Go Or. Il est commercialisé 1 509 €

La fiche technique l’iPhone 13 Pro

iPhone 13 Pro et iPhone 13 Pro Max // Source : Louise Audry pour Numerama

Les caractéristiques de l’iPhone 13 Pro : Apple A15 Bionic, ProMotion, etc.

On retiendra tout d’abord de la fiche technique de l’iPhone 13 Pro deux éléments essentiels :

  • Le processeur Apple A15 Bionic, un hexacœur capable d’opérer aussi bien à très haute fréquence que sur de petites fréquences pour préserver la batterie. On ne présente plus la maîtrise d’Apple sur le secteur et cette brute gravée en 5 nm coiffe au poteau tous ses concurrents (score de 1 740 en Single-Core sur Geekbench vs 968 pour le smartphone Android le plus puissant ; 4 751 en Multi-Core vs 3 241 côté Android). La puce maison permet aussi à Apple d’avoir une maîtrise complète du matériel et du logiciel et l’iPhone est un produit où l’on sent la collaboration entre ces deux compétences à chaque instant.
  • L’écran ProMotion de 10 Hz à 120 Hz, qui permet à l’iPhone 13 Pro d’offrir une sensation d’utilisation à la fluidité encore inégalée (difficile à montrer en photo ou en vidéo, car le rafraîchissement d’une dalle à 120 Hz ne se verrait pas forcément sur un écran à 30 ou 60 Hz). Mais les « 10 Hz » sont aussi importants que les 120, vu qu’ils permettent d’économiser de la batterie. L’iPhone 13 Pro a ainsi une batterie moins grosse que l’iPhone 13… mais plus d’autonomie théorique.

Les autres caractéristiques principales se trouvent ci-dessous (voir la gamme iPhone 13).

Caractéristique iPhone 13 Pro
Taille de l’écran 6,1 pouces (Max : 6,7 pouces)
Technologie de l’écran OLED HDR
Fréquence 10 à 120 Hz (ProMotion)
Processeur Apple A15 Bionic, 6 cœurs, 5 nm
GPU 5 cœurs
NPU 16 cœurs
Autonomie théorique (streaming) 20 heures (Max : 25 h)
Poids 203 g (Max : 238 g)
Objectifs Grand-angle, Très grand-angle (0,5x), Télé (3x)
Accessoires photo Flash, LiDAR
Déverrouillage biométrique FaceID
Résistance eau IP 68
Charge sans fil MagSafe
Charge rapide 20 W
Connecteur Lightning
Réseau 4G, 5G
Wi-Fi 6 (ax)

Le design de l’iPhone 13 Pro

iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama
iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

Côté design, l’iPhone 13 Pro se distingue de son petit frère l’iPhone 13 par un revêtement mêlant du verre « Ceramic Shield » et de l’acier inoxydable. Vendue en 4 coloris (graphite, or, argent, bleu alpin), la déclinaison Pro de l’année reprend trait pour trait celle de 2020, hommage aux iPhone 4 et 5. À un détail près : l’encoche en face avant a perdu en largeur, ce qui donne plus d’espace à la surface de l’écran. Apple n’a pas inclus d’autres icônes dans ces quelques millimètres en plus, mais a ajusté la position et la taille des icônes déjà présentes (ce qui va forcer certaines applications à proposer une mise à jour, vu que les nouvelles icônes, plus grosses et mieux centrées, dérivent parfois sur les boutons supérieurs des apps…).

On se retrouve néanmoins avec un iPhone raffiné, élégant et utilisant des matériaux nobles exclusivement. Notre usage de l’iPhone 12 Pro, dans les mêmes matériaux, nous fait confirmer que l’ensemble est solide : c’est une gamme qui résiste bien aux chutes et autres accidents de la vie, notamment avec une coque protectrice.

iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama
iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

Avec ses 14,6 cm de long et 7,5 cm de large sur 7,6 cm d’épaisseur, à peine au-dessus des 203 grammes, l’iPhone 13 Pro est extrêmement confortable en main. Cette année, Apple n’a pas répété l’erreur de l’année passée : l’iPhone 13 Pro Max n’a pas de caractéristique en plus et cela sera donc seulement une question de confort en main et à l’écran pour qui voudrait s’équiper. Tant mieux : les très grands smartphones ne sont pas toujours appréciables.

Comme chaque année chez Apple, c’est le module photo qui donne de l’embonpoint au dos de l’appareil. Mais avec ses 3 capteurs haut de gamme, son flash et son LiDAR, difficile de faire plus petit. Quand on voit ce que Google prépare pour son Pixel 6, on se dit qu’Apple a fait des choix raisonnables, pour rester compact tout en proposant des objectifs suffisamment gros pour capter plus de lumière — l’évolution principale de cette année 2021 sur la gamme Pro et qui a vraiment du sens, comme on va vite le voir.

On regrette — et on regrettera toujours — que l’iPhone n’ait pas de port USB-C. À mesure que la gamme Apple se plie au standard de l’industrie, on remarque de plus en plus cette verrue qui tire en arrière les capacités d’un des meilleurs outils mobiles du marché. On ne voit plus qu’un gain financier à l’utilisation du Lightning (Apple fait payer une licence), qui, peut-être, pourra être remplacé par l’utilisation généralisée de MagSafe, le connecteur sans fil. Jusqu’à voir un iPhone sans port du tout ? Un jour, peut-être.

L’iPhone 13 Pro et son écran ProMotion : qu’est-ce que ça change ?

L’écran 120 Hz de l’iPhone 13 Pro : un atout fluidité

« L’écran 120 Hz, c‘était là avant sur Android  » : oui, certes. Inspirez, soufflez. On se détend : l’iPhone n’a pas amené un taux de rafraîchissement de 120 Hz dans le monde, pas plus qu’il ne l’a fait dans la téléphonie, ni dans la gamme Apple : l’iPad Pro a déjà un écran 120 Hz depuis 2017. Cela étant posé, on peut passer à une vraie question : qu’est-ce que cela change ?

Pour quiconque a déjà utilisé un iPhone, le changement est perceptible dès les premières secondes. Apple n’a pas fait les erreurs de certains de ses concurrents en plaquant une dalle 120 Hz à la va-vite et en laissant l’OS et les applications se débrouiller. Tout est parfaitement intégré et le rafraîchissement de l’écran est vraiment ajusté à chaque fois que vous posez le doigt dessus. La fluidité est parfaite dans les menus, les apps et sur le web : on ne tombe plus sur du « déchirement de l’image » (tearing) ou du floutage des polices quand le scroll est trop rapide. La vraie maîtrise, c’est d’avoir un écran qui n’est pas tout le temps à 120 Hz, mais qui s’ajuste parfaitement à ce que vous faites. Les 120 Hz ne sont là que lorsque des défilements interviennent (scroll, etc.) ou qu’un jeu vidéo en tire parti.

iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

Autrement, l’écran ProMotion va osciller entre 10 Hz et 120 Hz, en décidant à chaque instant de ce qui est le mieux. Avez-vous besoin de 120 Hz si vous lisez un texte fixe à l’écran ? Non, en revanche, vous pouvez économiser de l’énergie : hop, on passe à 10 Hz. Dans les faits, cette gymnastique est absolument imperceptible pour l’utilisateur et c’est ce qui en fait sa beauté : iOS 15 est capable de trouver ce qui sera le mieux pour vous, en permanence.

Le framerate ajusté participe aux records d’autonomie

Le résultat est d’une part une sensation de fluidité décuplée dans tout ce que propose l’iPhone 13 Pro, mais également une autonomie hallucinante. Notre grosse journée de test photo a débuté par une charge de la batterie à 94 % vers 9h du matin. Après une journée complète mêlant messagerie, surf sur le web, 20 km de trajet en GPS, musique, des tas de photos et de vidéos (notamment en mode Cinématique), l’iPhone 13 Pro était à 54 % à 19h. 10 heures d’usage intensif n’ont donc pas entamé la moitié de sa batterie, ce qui est vraiment agréable. Après une soirée sur TikTok & co, nous nous sommes couchés à 22h30 avec 32 % de batterie. Un niveau de charge qui n’a baissé que très légèrement dans la nuit, montrant à quel point l’iPhone 13 Pro maîtrise sa veille.

La consommation d’énergie de l’iPhone 13 Pro : un nouveau record ? // Source : Numerama

Il est donc tout à fait possible, en surveillant un peu plus son usage, de tenir 2 jours pleins et une nuit avec une seule charge. L’iPhone 13 Pro Max, annoncé encore plus endurant par Apple, devrait être encore meilleur : de futurs tests le diront. Mais en tout cas, l’écran ProMotion n’y est pas pour rien. Et cette année, il est exclusif à la gamme Pro.

iOS 15 sur l’iPhone 13 Pro

On ne va pas refaire le détail de l’utilisation d’iOS sur un test d’iPhone. Il faudrait écrire des milliers de lignes en plus pour entrer dans les subtilités de ce système d’exploitation. Retenons tout de même deux choses fondamentales. D’une part, Apple a une tradition de suivi de ses appareils dans le temps. Si vous achetez un iPhone 13 ou 13 Pro aujourd’hui, vous aurez très probablement une compatibilité avec les nouveaux OS jusqu’à 5 ou 6 ans. Un engagement inégalé pour lutter contre l’obsolescence logicielle.

D’autre part, iOS est un système d’exploitation qui mise sur la sécurité. Par défaut, tout est chiffré, des messages aux fichiers. Vous avez donc un beau coffre-fort entre les mains et, contrairement à Google, Apple ne fait de business de la donnée : le géant de Cupertino a tout intérêt à ce que vous soyez seuls possesseurs de vos données personnelles.

News, tiroir d’applications et le Picture in Picture : quelques fonctions d’iOS // Source : Numerama

Ces deux grands axes ont fait le succès d’iOS, aux côtés d’un troisième axe qui se voit très bien dans iOS 15 : l’imbrication parfaite du logiciel et du matériel. Apple est en maîtrise de toute sa chaîne technologique, du processeur aux applications. Dès lors, le système d’exploitation est parfaitement calibré. Cela se traduit par de petits détails, allant des optimisations de la consommation du processeur Apple A15 Bionic à l’intégration dans l’univers Apple par des fonctionnalités exclusives (copier-coller d’un appareil à l’autre, AirDrop, déverrouillage de l’iPhone avec une Watch, etc.). Cet écosystème est très appréciable, même si on ne peut que reconnaître qu’Apple crée un environnement captif pour ses utilisatrices et utilisateurs. Oui, les appareils Apple fonctionnent mieux entre eux qu’avec des appareils Android ou Windows.

Cette année pourtant, parmi toutes les nouveautés, deux fonctionnalités d’iOS 15 méritent quelques mots.

La première, c’est la nouvelle caméra de l’iPhone qui est beaucoup plus intelligente qu’avant, notamment face à du texte. Elle permet de scanner n’importe quel texte dans votre environnement, de le sélectionner, de le copier/coller ou de le traduire. C’est un outil natif extrêmement puissant qui vous permettra de copier les clefs Wi-Fi des cafés, prendre en photo des slides de présentations et les coller dans un traitement de texte, ou traduire des menus et des panneaux à l’étranger. Elle fonctionne à la perfection et on sait déjà que ce n’est pas qu’un gadget, mais une fonctionnalité utilisable quotidiennement.

La caméra comme lecteur, étape par étape // Source : Numerama

La seconde, ce sont les modes de concentration d’iOS 15. Pour aller plus loin qu’un simple « Ne pas déranger » qui désactive les notifications, iOS 15 permet de créer des environnements adaptés à certaines activités ou à certains moments de la journée. Par exemple, on peut autoriser des applications professionnelles à envoyer des notifications en journée et des applications personnelles à nous déranger le soir. Cette fonctionnalité permet de mieux gérer sa dépendance aux écrans et participe à cette idée qu’il faut pouvoir déconnecter de certains pans des technologies, sans pour autant rejeter la technologie en masse : vous pouvez tout à fait avoir envie de prendre en photo vos lapins avec votre nouvel iPhone sans pour autant accepter une notification Slack.

Les objectifs de l’iPhone 13 Pro en photo

Par souci de vitesse de chargement, les photos d’illustration de ce test sont des JPG de 2 000 pixels de large, compressés à 85 %. L’iPhone 13 Pro prend généralement des clichés en 4 032 par 3 024 pixels, en HEIC.

iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

Shot on iPhone : la mention a tellement été vue qu’elle s’est intégrée à nos esprits — jusqu’à créer chez les machines à copier une volonté de watermarker chaque photo avec un crédit similaire. Mais il faut dire qu’Apple a de quoi faire des jaloux : chaque année, la concurrence se prend une claque technologique. Et ce n’est jamais parce qu’Apple déroule des chiffres abscons et des gadgets (le « plus grand zoom », « un nouveau super filtre »), mais bien parce que le logiciel et le matériel travaillent de concert pour accompagner les vrais besoins de l’utilisateur. Les appareils photo de l’iPhone sont utilisés parce qu’ils sont agréables à utiliser et en font toujours juste assez pour être au-delà de ce que proposent les autres. Le tout, avec un traitement de l’image souvent juste et élégant.

Cette année, l’iPhone 13 Pro vient avec des arguments supplémentaires par rapport à l’iPhone 13. Pour résumer, l’iPhone 13 n’a pas de zoom et ouvre moins que l’iPhone 13 Pro : chaque capteur est donc meilleur sur le plus onéreux de la gamme.

  • Téléobjectif : ouverture ƒ/2,8, double stabilisation
  • Grand-angle : ouverture ƒ/1,5, stabilisé par déplacement du capteur par des aimants (contre une ouverture ƒ/1,6 sur l’iPhone 13)
  • Ultra grand-angle : ouverture ƒ/1,8 et champ de vision de 120°, double stabilisation (contre une ouverture à ƒ/2,4 sur iPhone 13)

Le mode macro de l’iPhone 13 Pro : la nouveauté

Si on voulait plaisanter, la différence entre l’iPhone 13 et l’iPhone 13 Pro  pourrait se résumer à une comparaison entre ces deux photos :

iPhone 13 iPhone 13 Pro

Le mode Macro est en effet l’exemple même de la différence entre les gammes 13 et 13 Pro : sur les modèles les plus haut de gamme, le capteur bien mieux équipé permet de nouvelles choses. En pratique, l’iPhone 13 Pro peut aller très près en mode Macro. C’est ludique, agréable, impressionnant, facile à faire : bref, de l’iPhone dans le texte. On se plait à prendre tout ce qui nous entoure avec cette loupe sublime. Le résultat est propre, précis, détaillé.

Photo macro d’une fleur à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Du café au mode macro de l’iPhone 13 // Source : Numerama
Un HomePod au mode macro de l’iPhone 13 // Source : Numerama
Du sel au mode macro de l’iPhone 13 // Source : Numerama

Et comme souvent chez Apple, on se souvient de l’adage : « un bon appareil photo est un appareil photo qu’on a sur soi  » — et par extension, qu’on utilise. Côté mode Macro, l’usage est bluffant : l’iPhone passe seul du mode normal au mode ultra grand-angle pour faire une photo macro, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous. Apple précise qu’une mise à jour à l’automne permettra de désactiver ce switch automatique en photo et en vidéo (car oui, il est possible de faire des vidéos Macro).

Les trois objectifs de l’iPhone 13 Pro à l’essai

Et c’est un peu la même réflexion qui nous a accompagnés tout au long de ce test. L’iPhone 13 gagne l’objectif principal très haut de gamme de l’iPhone 12 Pro, ce qui sera déjà un bel ajout pour la gamme principale d’Apple, mais qu’est-ce qu’on s’amuse avec l’iPhone 13 Pro ! Le nouveau mode Macro est l’un des premiers exemples auxquels on pense, mais le téléobjectif 3x n’est pas à négliger non plus. Plus « zoomé » que sur les versions précédentes, il permet de faire d’excellentes compositions qui ne sont pas accessibles à l’iPhone 13.

Prenons par exemple le paysage industriel d’un port sur la Seine. Pour une même photographie, nous avons pris trois clichés. Les deux premiers sont réalisés avec l’iPhone 13 et le dernier avec l’iPhone 13 Pro.

La première photo est prise avec l’objectif principal de l’iPhone 13. C’est un excellent cliché qui respecte tout à la fois les couleurs, les formes, les matières et la profondeur de champ. Mais sa composition est quelconque, avec cet énorme panneau de signalétique de chantier.

Le port à l’iPhone 13 // Source : Numerama

L’ultra-grand angle de l’iPhone 13 est parfaitement inutile ici. Il ajoute de la déformation d’image sur les bords du cadre et la rambarde du pont. La perspective est écrasée.

Le port à l’iPhone 13 // Source : Numerama

L’iPhone 13 Pro, avec son zoom 3x, permet le cliché qui nous plait le plus : centrer l’entrepôt ancien en fond de photo et créer le cadre avec les éléments industriels du premier plan. C’est un cliché que l’iPhone 13 ne peut pas prendre et c’est pourtant celui qui nous permet d’avoir le rendu le plus adéquat pour notre intention. Je ne suis pas photographe et ne prétends pas l’être, mais les possibilités offertes par ce nouveau zoom sont vraiment plaisantes au quotidien pour un utilisateur lambda comme moi — elles seront donc probablement très puissantes pour des personnes plus capables.

Le port à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama

Sur les clichés les plus simples (donc hors mode macro, portrait, basse luminosité, etc.), difficile pourtant de faire la différence entre les objectifs grand-angle et ultra grand-angle de l’iPhone 13 et de l’iPhone 13 Pro. Ce n’est pas tant que le dernier n’est pas à la hauteur de ses prétentions — c’est plutôt que le premier est déjà excellent. Voyez plutôt :

iPhone 13 iPhone 13 Pro

iPhone 13 iPhone 13 Pro

En revanche, l’iPhone 13 Pro est définitivement l’iPhone de la polyvalence et le zoom 3x est un réel plaisir à utiliser au quotidien, permettant les compositions les plus graphiques.

Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo au zoom 3x de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo à l’ultra grand-angle de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo au zoom 3x de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo à l’ultra grand-angle de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le zoom 3x de l’iPhone Pro // Source : Numerama
Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le zoom 3x de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photo avec le capteur principal de l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama

À cela, on peut ajouter que l’évolution des objectifs de l’iPhone 13 Pro tient dans les moments plus difficiles à gérer pour un smartphone. Des photosites plus gros permettent de capter plus de lumière quand la pénombre guette ou en pleine nuit — le capteur grand-angle capte par exemple 49 % plus de lumière que le grand-angle de l’iPhone 12 Pro Max, qui était le meilleur dans cette catégorie en 2020.

L’iPhone 13 en studio (zoom 3x) // Source : Numerama
L’iPhone 13 en studio (ultra grand-angle) // Source : Numerama
L’iPhone 13 en studio (capteur principal) // Source : Numerama
L’iPhone 13 en studio (capteur principal) // Source : Numerama
L’iPhone 13 en studio (ultra grand-angle) // Source : Numerama
L’iPhone 13 en studio (zoom 3x) // Source : Numerama
Photos de nuit prises à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photos de nuit prises à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photos de nuit prises à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama
Photos de nuit prises à l’iPhone 13 Pro // Source : Numerama

Le mode Portrait de l’iPhone 13 Pro

Les portraits en selfie sont toujours aussi flatteurs

. Pris par la caméra avant TrueDepth de 12 Mpx, ces clichés popularisés par l’iPhone 8 Plus sont désormais maîtrisés à la perfection par Apple. La peau est un peu trop parfaite pour être vraie, mais le rendu du bokeh, progressif à partir de l’épaule et très doux sur l’arrière-plan, est très appréciable.

Le mode portrait de l’iPhone 13 Pro en selfie // Source : Numerama

Ce mode selfie a besoin d’un très bon éclairage du sujet pour fonctionner dans les meilleures conditions. Sinon, on peut très vite aller vers… la catastrophe. Nous sommes allés dans une pièce plongée dans le noir total, avec une ampoule Philips Hue à 50 % de luminosité, puis 30 %, diffusant un orange chaud. À 50 %, le mode Portrait en selfie s’en sort encore et arrive à capter un peu de lumière. À 30 %, vous ne serez plus qu’une bouillie de pixels.

50 % 30 %

De nuit ou dans la pénombre, faites-vous plutôt prendre en photo : le capteur principal avec ses gros photosites et sa stabilisation par aimant a par exemple un bien meilleur rendu, même à 30 % de luminosité avec notre petite ampoule Hue. Voyez plutôt.

Mode portrait de l’iPhone 13 avec la caméra arrière // Source : Numerama

Oui, cette photo a été prise dans les mêmes conditions lumineuses que celle-ci. Et en retournant l’appareil, on voit pourquoi ce mode portrait est si bon en basse luminosité : notre expérience en studio nous révèle mieux l’étendue de ses capacités.

Le mode Portrait en studio // Source : Numerama
Le mode Portrait en studio // Source : Numerama

Les styles photographiques

Laisser tout faire à son smartphone est une chose, pouvoir lui faire faire ce que l’on veut avec précision en est une autre. Tous les clichés de ce test ont été faits en mode automatique, mais cette année, Apple a prévu une option ajoutant plus de contrôle aux photos. Nommée « styles photographiques », elle s’approche d’un mode manuel que l’on aurait simplifié pour que tout le monde puisse se l’approprier.

Ces styles se choisissent directement dans l’application caméra et s’appliqueront à toutes les futures photos. C’est une sorte de préréglage de la colorimétrie et du contraste, représentés par deux paramètres : le ton et la température. Contraste Intense, Vif, Chaud et Froid sont les 4 préréglages par défaut. Vous pouvez les ajuster à votre guise. Le résultat peut s’admirer ci-dessous : on peut voir très facilement à quoi correspond chacun des styles.

Les styles photographiques // Source : Numerama

Ces styles complètent les filtres qui sont disponibles dans l’application Photos et les nombreux réglages que l’on peut faire en postproduction directement dans l’application dédiée de l’iPhone ou dans l’une des nombreuses applications tierces.

Le style Contraste intense est particulièrement efficace en duo avec le mode Nuit : il permet de faire ressortir les zones de clarté et de donner une ambiance vraiment nocturne aux clichés. Les gros objectifs de l’iPhone 13 Pro feront le reste pour compléter le travail.

L’iPhone 13 Pro en mode Nuit avec le style Contraste intense // Source : Numerama
L’iPhone 13 Pro en mode Nuit avec le style Contraste intense // Source : Numerama
L’iPhone 13 Pro en mode Nuit avec le style Contraste intense // Source : Numerama

Les caméras de l’iPhone 13 Pro en vidéo

iPhone 13 Pro // Source : Louise Audry pour Numerama

Cette mention est de tous les tests : l’iPhone est depuis longtemps le smartphone le plus complet pour faire de la vidéo. Que l’on utilise l’application officielle pour sa facilité ou des logiciels professionnels comme Filmic pour ses capacités, on reste toujours au-dessus de la concurrence. Ce n’est pas pour rien que l’iPhone est régulièrement invité sur les plateaux de tournage, où des réalisateurs vont lui trouver un confort d’usage par son format minuscule qu’aucune caméra ne reproduit, avec un fichier exploitable à la fin.

En 2021, l’iPhone 13 Pro amène deux nouveautés : le mode Cinématique qu’il partage avec l’iPhone 13, mais avec un niveau de zoom supplémentaire, et la capacité de filmer en ProRes, qui interviendra plus tard dans l’année avec une mise à jour logicielle.

Focus sur le mode Cinématique de l’iPhone 13 Pro

Le mode Cinématique de l’iPhone 13 Pro est à la vidéo ce que le mode Portrait est à la photo. La puissance de calcul des puces Apple A15 Bionic est mise à contribution, épaulée par les cœurs dédiés au machine learning, pour créer un rendu cinéma des vidéos. Cela se manifeste à l’écran par plusieurs caractéristiques : stabilisation dans les travellings, colorimétrie ajustée et surtout, un focus dynamique sur un élément de la scène qui va le mettre en évidence et créer un doux bokeh derrière lui.

Ce mode met à contribution toutes les parties de l’iPhone : les objectifs pour calculer la profondeur de champ (technique de la mesure stéréoscopique), l’interface utilisateur pour prendre en main le mode en temps réel et en postproduction et bien entendu, le processeur pour calculer toutes les « images de synthèse » qui vont créer cet « objet cinématographique ». Apple estime que le mode Cinématique fonctionne dans toutes les situations et qu’il est aussi efficace sur des humains que sur des animaux ou des objets. En pratique, on se retrouve avec un mode très fun à utiliser et pratique à éditer, mais on voit très bien qu’il manque encore beaucoup d’ajustements logiciels avant que cela fonctionne comme Apple l’imagine.

Scène avec des humains et des visages en mode Cinématique

Il s’agit clairement de la configuration où l’iPhone est le plus efficace. Avec l’expérience du mode Portrait, Apple est capable de reconnaître des visages et des mouvements sans trop de difficulté et les résultats, sans la moindre retouche, sont bluffants. Le mode permet de rendre épique la moindre scène de bureau et on imagine sans mal comment de jeunes réalisateurs et réalisatrices pourront faire parler leur créativité avec peu de contraintes.

Focus 1 Focus 2

On note en revanche que le découpage des formes n’est pas toujours naturel. Ci-dessous, le premier focus sur Marie Turcan, rédactrice en chef de Numerama, est parfait. Le bokeh est bien dessiné et épouse naturellement sa silhouette. En revanche, si l’on fait le focus en arrière-plan sur Simon, chef de projet pour Humanoid xp, Marie devient effectivement floue, mais le meuble immédiatement à sa gauche est… net ! Ce qui ne serait jamais arrivé avec un focus mécanique sur Simon. La mise au point sur Simon aurait dû « flouter » progressivement les meubles à gauche de Marie, selon leur distance par rapport à elle.

Focus 1 Focus 2

Scène avec des objets et des paysages en mode Cinématique

Là encore, le mode Cinématique permet de faire des configurations bluffantes. D’un plan serré sur le guidon du vélo, on passe sans transition à un panorama urbain impliquant plusieurs objets mouvants — voitures, piétons. La stabilisation donne un effet dramatique au plan. Et la reconnaissance des différents plans permet de faire un très beau focus, qui peut soit partir du sol, soit partir du guidon. Les deux options sont visuellement intéressantes.

Focus 1 Focus 2

Le téléobjectif de l’iPhone 13 Pro peut être utilisé pour le mode Cinématique, ce qui donne de nouvelles possibilités par rapport à l’iPhone 13. Et c’est franchement avec lui qu’on peut avoir des résultats encore plus bluffants à l’écran. Regardez dans la comparaison de focus ci-dessous à quel point l’iPhone 13 Pro ne se trompe pas : la partie du feuillage entre les manettes de vitesse et le guidon reste parfaitement floue, alors que l’objet au premier plan, le guidon, est net.

Focus 1 Focus 2

Scène avec des détails en mode Cinématique

Poussé dans ses retranchements, le logiciel d’Apple montre les mêmes faiblesses en mode Cinématique que le mode Portrait à son lancement. C’est-à-dire que les découpages de formes ultra-complexes seront hasardeux. On le voit très bien sur cette vidéo d’un bateau-mouche sur la Seine, où le mode Cinématique a du mal à flouter les herbes folles du port d’Ivry. Aucun focus ne limite la casse : quand le bateau est choisi, le découpage des herbes est moyen et quand les herbes sont choisies, le flou sur l’arrière-plan est médiocre.

Focus 1 Focus 2

Impossible non plus de faire comprendre au mode Cinématique qu’il n’y a que deux plans possibles sur cette scène impliquant un grillage : le grillage flou et l’arrière-plan net dans son intégralité, ou le grillage net et l’arrière-plan flou dans son intégralité. Le découpage proposé par l’iPhone 13 Pro semble être un découpage de zones horizontales, ce qui n’a pas vraiment de sens, puisque c’est la profondeur que l’on cherche à ajuster.

Focus 1 Focus 2

Selfie en mode Cinématique

Le mode Cinématique en mode selfie, anecdotique ? Sûrement pas !  Ce sera peut-être même l’un des arguments phares pour les influenceurs, journalistes et autres stars qui pratiquent le vlog. Dans son élément grâce à ses caractéristiques issues du mode Portrait, le mode Cinématique fonctionne remarquablement bien avec la caméra TrueDepth de 12 Mpx à l’avant de l’iPhone 13 Pro, en portrait ou en paysage.

Focus 1 Focus 2

Conclusion sur le mode Cinématique

Le mode Cinématique de l’iPhone 13 Pro est un outil créatif déjà intéressant à sa sortie. Le fait de pouvoir éditer en postproduction les « choix artistiques » du smartphone va permettre à de nombreuses personnes de créer des films d’une nouvelle manière. Reste que ses limites logicielles sont aujourd’hui encore nombreuses : dans plusieurs cas, le « bokeh » créé par la caméra n’est pas parfait. On se souviendra que le mode Portrait n’était pas parfait non plus à son arrivée, mais qu’il a fait des progrès massifs en seulement quelques mois, notamment pour reconnaître les chevelures complexes. Gageons que le mode Cinématique suivra le même chemin.

Le mode ProRes de l’iPhone 13 Pro : un enjeu à venir

Lors de l’annonce de l’iPhone 13 Pro, Apple a promis l’arrivée d’un mode « ProRes » pour ses iPhone les plus haut de gamme. Pour faire simple, le format ProRes est un format d’Apple utilisé par les professionnels du cinéma. C’est un encodage des fichiers qui permet de garder le maximum d’information à l’image et donc de jouer en postproduction avec tous les aspects de la vidéo. Il existe plusieurs variantes de ProRes, du « 422 » au ProRes Raw (qui n’est pas un fichier Raw au sens strict, puisqu’il possède une compression légère). ProRes supporte jusqu’à la 8K et chacune des déclinaisons a plusieurs sous-déclinaisons.

Apple limitera le ProRes au 1080p à 30 images par seconde pour les iPhone 13 Pro et Pro Max ayant 128 Go de stockage et au 4K à 30 images par seconde pour les iPhone 13 Pro et Pro Max avec 256 Go de stockage et plus.

Impossible de prendre en compte le format ProRes dans ce test, puisqu’il n’est pas disponible. Néanmoins, la pertinence de son usage va dépendre de plusieurs questions : le format proposé par Apple sera du ProRes 422 HQ « optimisé pour iPhone ». Cette dernière mention sera importante, car une heure de ProRes 422 HQ en 1080p à 30 images par seconde prend par exemple déjà 100 Go. Sans USB-C sur un iPhone 13 Pro, on ne peut pas enregistrer ces formats sur un disque dur externe en direct, ce qui allongera les délais de traitement sur un plateau (transférer le fichier, reprendre le tournage, etc.). Et l’on ne sait pas ce qu’Apple a fait comme concessions techniques, s’il y en a.

En clair, gardez à l’esprit que le format ProRes des iPhone 13 Pro n’aura d’intérêt que dans des cas professionnels très spécifiques, à la condition qu’un bon workflow soit trouvé par les équipes de tournage. Difficile, sans l’avoir testé, d’en faire un argument qui pèse dans la balance.

Prix et date de sortie de l’iPhone 13 Pro

L’iPhone 13 Pro est lancé le 24 septembre 2021 à partir de 1 159 €. Le modèle le plus onéreux, avec 1 To de stockage en version Max, coûte 1 839 €. Nous recommandons un modèle avec 256 Go de stockage (soit 1 259 € en version Pro et 1 379 € en version Pro Max). L’assurance complémentaire AppleCare+ a été revue en 2021 et pourra être utilisée sur ces modèles après les années normales de couverture.

En bref

iPhone 13 Pro

Note indicative : 5/5

L’iPhone 13 Pro est une évolution de la gamme iPhone bien plus radicale qu’elle ne paraît au premier regard. L’écran ProMotion de 10 à 120 Hz apporte un confort d’usage inégalé sur un smartphone Apple et repousse encore l’autonomie de l’iPhone. Le surpuissant processeur Apple A15 Bionic, parfaitement calibré pour exécuter chaque tâche sans dépenser trop d’énergie, vient terminer ce tableau.

Et à l’arrière, c’est un chantier colossal qu’Apple a mené sur son smartphone très haut de gamme. L’iPhone 13 Pro est équipé des meilleurs capteurs de la gamme et les différences sont saisissantes : le zoom 3x est un régal à l’usage et le mode Macro est extrêmement ludique. À l’aise dans toutes les situations, l’iPhone 13 Pro est indéniablement l’appareil de poche de référence le plus avancé du moment, sans compromis.

Côté vidéo, le mode Cinématique a des progrès à faire et nous n’avons pas encore vu le format ProRes en action, mais tous les ingrédients sont déjà là pour amener une nouvelle manière de créer. Et c’est bien tout le cocktail réussi de cet iPhone 13 Pro et de son grand frère le 13 Pro Max : savoir tout à la fois émerveiller les utilisateurs grand public et régaler certains professionnels avec ses options poussées.

Top

  • L'écran ProMotion
  • Le nouveau trio de caméras
  • L'autonomie

Bof

  • Pas d'USB-C
  • Les défauts de jeunesse du mode Cinématique

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo