L'iPhone 13 Pro peut filmer des vidéos en ProRes depuis la mise à jour vers iOS 15.1. Nous en avons profité pour décortiquer ce format avec des professionnels de l'image.

La mise à jour d’iOS 15.1, sortie fin octobre 2021, a activé deux fonctionnalités promises par Apple : SharePlay et le mode ProRes dans la caméra. Ce dernier ne parlera pas à grand monde, puisqu’il s’agit d’une technicité assez spécifique au monde de la vidéo professionnelle. Pour Apple, il s’agit d’offrir l’enregistrement en 4K à 30 images par seconde pour les modèles d’iPhone 13 Pro équipés de 256 Go de stockage et jusqu’au 1080p à 30 images par seconde pour les modèles ayant 128 Go de stockage — la limite se comprend aisément quand on voit la taille des fichiers.

Mais est-ce que cet ajout a un véritable intérêt pour l’utilisateur ou l’utilisatrice d’un iPhone ? C’est la question que tout le monde se pose et que nous avons posée à des professionnels de la vidéo et de l’étalonnage.

Le trio de caméras de l’iPhone 13 Pro sera-t-il de plus en plus utilisé par les pros ? // Source : Louise Audry pour Numerama

Le ProRes sur iPhone 13 Pro : qu’est-ce que c’est ?

L’iPhone 13 Pro est le dernier smartphone haut de gamme d’Apple. Le codec ProRes est une manière d’encoder une vidéo au format numérique, qui promet une perte minimale dans les informations que la caméra capture. Difficile de rester clair sans entrer dans des détails techniques trop avancés : retenez qu’un fichier vidéo, même en 4K à 60 images par seconde, est extrêmement compressé pour avoir une taille décente, ce qui est bien pour un usage grand public, mais ne convient pas aux professionnels de l’image qui se tournent vers des codecs « sans perte » capables de retenir le maximum d’informations.

Réservés aux plateaux de cinéma, de série TV ou de publicité, les codecs « sans perte » (RAW) ont la particularité de créer des fichiers extrêmement lourds (compter plusieurs Go par minute), mais qui offrent une grande latitude dans l’édition. Typiquement, un professionnel de l’étalonnage saura transformer le jour en nuit sur une vidéo, ou changer la couleur d’un bâtiment. Plus il y a d’information (couleur, luminosité, etc.), plus les fichiers sont modifiables. Apple est positionné sur ce secteur et, comme d’autres, offre ses propres codecs aux professionnels qui les utilisent traditionnellement sur des caméras. Le format ProRes n’est pas considéré « sans perte » (une version ProRes Raw existe par ailleurs), mais est un encodage suffisamment peu compressé pour être utilisé dans un cadre professionnel.

Porter le codec ProRes sur iPhone 13 Pro est donc un message envoyé aux professionnels de l’image : filmer à l’iPhone vous permet théoriquement de créer les mêmes fichiers que ceux que vous utilisez au quotidien avec du matériel dédié.

L’immeuble vert est rouge dans la vraie vie. Les informations de colorimétrie sont si nombreuses sur un fichier ProRes qu’elles peuvent être modifiées sans « glitch ». // Source : Anthony Wonner pour Numerama

Les films ProRes de l’iPhone 13 Pro sont-ils de vrais fichiers ProRes ?

Trop peu au fait des techniques vidéo pour faire la différence entre un fichier vidéo classique et un fichier ProRes, j’ai demandé à Anthony Wonner, vidéaste pour Frandroid, de faire des tests sur les fichiers enregistrés par un iPhone 13 Pro. Premier constat : Apple n’a pas menti sur la marchandise. Le fichier est bien encodé en ProRes 422, en tout point similaire à celui qu’on peut trouver sur des caméras professionnelles. L’iPhone 13 Pro, du moins sur cette partie, joue donc à armes égales avec les outils de capture les plus avancés.

Les informations contenues dans le fichier sont aussi bien plus nombreuses que sur un fichier 4K classique, pris avec le même iPhone. Quand on change la couleur d’un bâtiment en postproduction, on voit apparaître des artefacts sur la vidéo classique en 4K, qui disparaissent sur la version ProRes. Ce comportement est attendu d’un tel fichier — et la taille des vidéos atteste de la présence d’informations en plus. Le delta est d’ailleurs hallucinant : comme vous pouvez le voir sur la capture d’écran ci-dessous, le fichier ProRes de 11 secondes pèse 1,06 Go, contre 33,5 Mo pour le même fichier de la même séquence au format classique AAC.

Et oui, les deux sont en 4K.

La même vidéo de 11 secondes dans les deux formats // Source : Capture d’écran Numerama

Comment activer le mode ProRes sur l’iPhone 13 Pro

  • Allez dans Réglages
  • Allez dans Appareil Photo
  • Allez dans Formats
  • Scrollez jusqu’en bas et activez Apple ProRes dans la catégorie Capture vidéo
  • Dans l’application Appareil Photo, touchez le logo ProRes pour activer l’enregistrement en ProRes dans le format choisi, jusqu’à 4K 30 images par seconde
Le format ProRes est activé // Source : Capture d’écran Numerama

Est-ce que les fichiers ProRes pris par l’app Appareil photo sont utilisables par des professionnels ?

Si l’on a bien un fichier ProRes de la qualité qu’on attendrait, il n’est pourtant pas possible, à date, de dire qu’il s’agit d’un fichier vidéo qu’une équipe de tournage utiliserait. En cause, principalement, l’application Appareil photo de l’iPhone, qui ne possède pas de mode manuel. Étudiés par des étalonneurs et professionnels de la vidéo que nous avons contactés, les fichiers ProRes pris par l’iPhone ont immédiatement révélé leurs faiblesses : « Le codec est bien maîtrisé, on a beaucoup d’informations, mais on sent que c’est une image de smartphone  », résume Anthony Wonner. Dès lors, les réalisateurs qui utiliseront un iPhone sur un plateau devront le faire en connaissance de cause : ils chercheront à avoir un effet smartphone sur le plan, et non à reproduire à l’exact la qualité d’une caméra et d’un objectif. Pour ceux-là, le mode ProRes pourra clairement être utile.

En revanche, l’application Appareil photo a un défaut qui peut exaspérer : sans mode manuel ou professionnel, «  elle ajuste en permanence l’exposition, la balance des blancs et la teinte  ». C’est un avantage pour le grand public, puisque le travail est généralement bien fait : on se retrouve avec des films correctement exposés et satisfaisants au regard. Mais dans le cadre d’un plateau professionnel et du tournage d’un film, cela devient « un enfer à étalonner  », car il faut tout re-corriger derrière. Pour résumer, le logiciel d’Apple est adapté à un usage grand public et ajoute une option ProRes dédiée aux professionnels sans ajuster son fonctionnement. Pour donner une métaphore, cela reviendrait à mettre un moteur de Formule 1 dans une Tesla en Autopilote.

Cela dit, il faut noter qu’une solution existe : ne pas utiliser l’application Appareil photo. La référence, utilisée par les professionnels de l’image, se nomme FiLMiC Pro. Bien plus performante et personnalisable que l’application d’Apple, elle permet également de filmer au format ProRes sur iPhone 13 et iPhone 13 Pro. Sur cette application plutôt onéreuse si on lui ajoute des options (mais indolore dans le budget de n’importe quel film), il est possible de filmer en mode manuel et de régler des paramètres de la caméra qu’Apple ne laisse pas régler dans son app native. Dès lors, pour avoir des fichiers ProRes qui ne sont pas touchés par les algorithmes d’Apple dédiés au grand public, FiLMiC devient la seule option valable.

Le mode ProRes rappelle les limites du port Lightning

Reste un souci qu’aucune application ne pourra résoudre à date. Les iPhone 13 Pro n’ont qu’un connecteur : un port Lightning. Si l’on omet la nécessité d’avoir un câble en plus en permanence pour charger un iPhone, quand tout le reste de la gamme Apple est passé en USB-C, il faut reconnaître que le port Lightning ne nous gêne pas plus que ça pour un usage grand public. En revanche, quand Apple fournit des outils comme le mode ProRes aux professionnels, il devient un vrai problème.

Lors d’un tournage, la gestion du stockage des fichiers vidéos est primordiale. De nos jours, les appareils stockent directement les fichiers sur une carte SD ou sur des disques SSD. Cela permet aux opérateurs de ces engins de changer à la volée un disque ou une carte s’ils sont pleins. Le temps de l’opération se compte en seconde et le tournage peut alors reprendre. Avec un iPhone, rien de tout cela n’est possible : il faut brancher l’appareil à un ordinateur, lancer un transfert, attendre que le transfert soit terminé, supprimer les fichiers.

Aux dernières nouvelles, le connecteur Lightning des iPhone est basé sur de l’USB-2, ce qui signifie que sa vitesse de transfert ne dépasse pas les 60 Mo/s théoriques (plus faible en pratique). À titre de comparaison, l’USB-C 3.1 Gen2 peut aller jusqu’à 1,25 Go/s et l’USB-C Thunderbolt 3 des MacBook Pro ou des iPad Pro de 2021 peut aller jusqu’à 5 Go/s.  Côté AirDrop, le transfert sans fil de l’iPhone, il nous a fallu 29 secondes pour transférer notre fichier de 1 Go dans un environnement idéal, sans aucune perturbation, d’un iPhone 13 Pro à un MacBook Pro M1. Reste enfin l’option de créer un lien iCloud, qui permet d’envoyer des fichiers lourds, mais elle dépend d’un autre paramètre : avoir une bonne connexion Internet et un bon réseau Wi-Fi. Sur un plateau de cinéma, et encore plus dans un décor, c’est loin d’être courant.

Reste une solution overkill qui nous vient à l’esprit pour ne pas avoir à se prendre la tête avec des temps de pause trop longs sur un plateau : acheter plusieurs iPhone 13 Pro. Ainsi, quand le premier est en charge ou en cours de transfert, le deuxième peut prendre le relai côté tournage. À 1 279 € minimum pour un modèle 256 Go capable de tourner en 4K, la facture grimpe (mais est à relativiser par rapport à des caméras de tournage).

Le mode ProRes des iPhone 13 Pro : les points forts et les points faibles

En clair, le mode ProRes est un premier pas vers la mise à disposition d’outils vidéo qui parlent vraiment aux professionnels de l’image, sur un iPhone 13 Pro qui est déjà, d’après de nombreux tests, le meilleur smartphone du marché pour faire de la vidéo. Mais si le codec est respecté, Apple a encore du chemin à faire pour qu’il soit vraiment utilisable dans toutes les conditions de tournage.

Les avantages du format ProRes sur iPhone 13 Pro

  • Un vrai format ProRes qui contient beaucoup d’information
  • Rend accessible ce format professionnel à des petites équipes ou à des vidéastes travaillant seuls
  • Peut inviter ponctuellement un iPhone 13 Pro sur un studio de tournage et sortir des fichiers utilisés par des professionnels de l’image
  • Des applications professionnelles comme FiLMiC corrigent les soucis logiciels de l’application Appareil Photo

Les défauts du format ProRes sur iPhone 13 Pro

  • Le codec est bon, mais prendre des images d’une telle qualité révèle les limites matérielles des objectifs utilisés : les professionnels de l’image que nous avons interrogés voient qu’il s’agit d’un smartphone
  • L’application Appareil Photo par défaut corrige trop l’image pour qu’elle soit agréable à étalonner
  • L’absence de port USB-C sur les iPhone pose un vrai problème de transfert des fichiers de plusieurs Go, auquel Apple ne peut pas encore apporter de réponse

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo