Nintendo a officialisé la Switch OLED, un troisième modèle haut de gamme. Sa particularité ? Il ne sera pas plus puissant, contrairement à ce que les rumeurs insistantes à son sujet laissaient présager.

Ce mardi 6 juillet, Nintendo a pris tout le monde de court. Et plutôt deux fois qu’une : non seulement il a officialisé une nouvelle Switch sans présentation en grande pompe (un communiqué, un simple tweet et une courte vidéo YouTube ont suffi) mais, en prime, cette Switch n’a rien d’un modèle Pro. En effet, contrairement à ce que laissaient présager les rumeurs — très insistantes — à son sujet, cette Switch attendue pour octobre 2021 ne sera pas plus puissante que les autres. Tout comme elle ne proposera pas la technologie DLSS de Nvidia — un tour de passe-passe permettant d’améliorer les graphismes.

Si elle n’est pas plus puissante, la Switch OLED apportera quand même plusieurs options de confort appréciables, davantage pensées pour l’usage mobile. Au centre des nouveautés se trouve cet écran OLED d’une diagonale de 7 pouces (soit un peu plus que la Switch actuelle). Mais d’autres ajouts viendront combler celles et ceux qui adorent jouer en mode nomade, dans le sillage des meilleurs haut-parleurs et de cette béquille retravaillée (qui n’est plus tout à fait une béquille).

Nintendo Switch OLED // Source : Nintendo

La Switch OLED n’est pas une Switch Pro

Nintendo estime que sa gamme Switch n’a pas besoin d’une référence dotée d’un meilleur processeur, sans doute par peur de semer le trouble dans l’esprit des utilisateurs. Cela permet de balayer une crainte : avec une Switch plus puissante, il y a ce risque de voir arriver des jeux trop gourmands pour les versions existantes. Cette déclinaison OLED fera tourner The Legend of Zelda : Breath of the Wild 2, au même titre que la Switch normale et que la Switch Lite. Et elle n’offrira pas de meilleurs graphismes ou des performances à la hausse. Au sein de la communauté Switch, il n’y aura donc pas de scission et le futur catalogue n’exclura personne (à quelques exceptions près pour la Switch Lite).

Par conséquent, la Switch OLED s’adresse à celles et ceux qui souhaitent une expérience de jeu améliorée, mais pas foncièrement différente. La technologie OLED permet d’afficher de plus belles couleurs et des noirs plus profonds, tandis que les quelques centimètres de diagonale d’écran supplémentaires (7 pouces contre 6,2) apportent un surplus de confort pour les yeux. Nintendo met également en avant des haut-parleurs offrant un son de meilleure facture — une manière de se rapprocher (mais pas d’atteindre) la qualité proposée par les autres consoles, grâce au rendu audio 3D encore plus immersif. En termes d’autonomie, la Switch OLED ne fera pas mieux que la Switch (deuxième génération) : comptez 5h30 de balade dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild.

En plus de ces légers changements d’ordre technique (meilleur son et meilleur affichage), la Switch OLED troque la fragile béquille de la Switch (quasi inutilisable) pour un large support ajustable. Il couvre quasiment tout le dos de la console (tant mieux pour la solidité) et offre divers angles d’inclinaison. Cet appendice encouragera peut-être un peu plus les propriétaires à privilégier cet usage sur table.

Nintendo Switch OLED // Source : Nintendo

On terminera par évoquer deux autres changements très bienvenus. La capacité de stockage interne passe à 64 Go (contre 32 pour la Switch et la Switch Lite), ce qui permettra d’installer plus de jeux sans besoin d’investir dans une carte microSD additionnelle. En outre, pour l’usage salon, le dock est désormais équipé d’un port Ethernet, pour une connexion internet plus stable lors des parties en ligne. Là encore, c’est du 100 % confort.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo