Des séries mystérieuses, une couronne britannique, des insectes qui chantent les Beatles et des trolls : bienvenue dans le monde de Netflix de décembre 2017. Suivez le programme.

En décembre, le programme de Netflix fait la part belle aux productions européennes. Le vieux continent offre aux abonnés une deuxième saison de l’élégante The Crown, une première allemande avec la puissante Dark, mais aussi une production française. La première télé-réalité du géant américain dans l’Hexagone est dévoilée ce mois-ci, il s’agit de l’Ultimate Beastmaster France. 

En plus, les abonnés retrouveront la série inspirée du mumblecore Easy, une quatrième saison de la comédie The Ranch ainsi que l’attendu film original Bright avec Will Smith.

Pour rappel, en novembre, Netflix proposait Godless, une minisérie chapeautée par Steven Soderbergh, ou encore sa dernière production Marvel, The Punisher. 

Les séries

Dark — saison 1, 1er décembre

Découverte fin novembre à Berlin, Dark nous a séduit. La première série allemande de Netflix propose d’abord un univers visuel inspiré et référencé, mais aussi un ensemble de personnages travaillés. Le charme agit vite et le show, malgré ses ressemblances avec d’autres, trouve sa singularité. Un produit bien fini, bien mené, et qui invite à binger et réfléchir. Dans la veine des puzzle tv de Netflix, comme The OA ou Stranger ThingsDark a tout d’un nouveau classique.

Black Mirror — saison 4, 29 décembre

Vous avez raté l’annonce de la saison 4 de Black Mirror, le show techno-terrifiant de Charlie Brooker ? On vous le rappelle. De rien.

The Crown — saison 2, 8 décembre

La première saison de The Crown, coûteuse production anglaise (10 millions l’épisode), a laissé un excellent souvenir à la critique et au public. La qualité de la série, de sa réalisation, ne laisse pas indifférent. Loin des pages monarchies des magazines, The Crown donne à voir des tourments et de la dureté dans un monde en mouvement. Les décors, le casting et la réalisation forment un triptyque et en font l’une des plus belles séries anglaises de la décennie.

Se laissant parfois aller à une certaine emphase, jouant sur le rêve des royaux, The Crown gagne en intensité quand elle plonge dans la mélancolie de ses personnages. Notamment celle d’une Claire Foy, glaciale et seule dans un monde de symboles évanouis.

Easy, saison 2 — 1er décembre

Easy, la série d’anthologie de Joe Swanberg, figure de proue du mumblecore américain a pu, l’an passé, donner l’impression de passer sous les radars. Et pourtant, elle contenait en germe de nombreuses promesses pour ses téléspectateurs. Dans chacun des épisodes, à l’aide d’un beau casting, Swanberg explorait visuellement et narrativement des obsessions contemporaines. Le format laisse le réalisateur poursuivre des inventions comme il le ferait sur un cahier à spirales. C’est riche, intelligent et bien mené, et d’autant plus aventureux pour cette deuxième saison.

Manhunt : Unabomber, minisérie — 12 décembre

Dans la veine des série sur le profilage — on pense à Mindhunters — Manhunt offre une autre perspective sur cette forme de thriller psychologique. Toutefois, attention, ici nous sommes sur une production de la Discovery qui tente de redonner vie à des événements des années 1990. Ce n’est donc pas du même calibre que l’excellente série de Fincher, ni réalisé avec les mêmes moyens.

The Ranch, partie 4 — 15 décembre

The Ranch est une comédie Netflix qui a désormais deux années au compteur. Si elle s’adresse surtout à des téléspectateurs américains, accrocs aux sitcoms, elle offre aux Français une perspective rare sur l’Amérique blanche et son humour… problématique. Dans Vanity Fair (US), un critique s’interrogeait  : la première saison donnait à voir une Amérique absente des séries, mais désormais qu’elle est tous les matins à la télé depuis sa revanche Trump, veut-on encore voir ça ? Le show, conservateur, garderait pourtant un intérêt grâce à ces personnages. Mais le timing semble difficile : Masterson, acteur de la série, vient d’être viré après avoir été accusé de viols.

The Indian Detective, saison 1 — 19 décembre

Russel Peters a été récemment introduit parmi les 50 meilleurs humoristes de tous les temps selon Rolling Stone. Et la carrière de cet enfant d’immigré indien connaît un nouvel âge d’or sur les grands écrans. L’occasion était donc belle pour CTV, chaîne nationale du Canada, de proposer à cet enfant du pays une dramedy en quatre actes. L’humoriste s’y lancengrimé en détective, à la poursuite d’un complot en Inde…

La fête à la maison, saison 3 — 22 décembre

Fuller House, le revival de la série de la fin des années 1990, fait son retour avec de nouveaux épisodes.

Las Chicas del Cable, saison 2 — 25 décembre

Production espagnole, Las Chicas del Cable est une luxueuse telenovela sans grand intérêt à moins d’être fan de ce genre de narration. Plutôt très mauvaise, la série a malgré tout trouvé un public grâce à son triangle amoureux rocambolesque et son casting de stars de telenovela.

Travelers, saison 2 — 26 décembre

Travelers ou Les Voyageurs du Temps est une assez médiocre série réalisée par Showcase. Difficile d’y trouver de quoi se réjouir tant les signaux sont au rouge dès les premiers épisodes : casting raté et acteurs peu investis, réalisation carte postale, et concept ennuyant. L’écriture des personnages peut, peut-être, retenir notre attention, mais il y a, sur le même thème, tellement mieux à regarder que nous ne pouvons conseiller Travelers.

Les films

Bright — 22 décembre

Bright est probablement le premier blockbuster de Netflix. L’Américain n’a pas lésiné sur les moyens pour en faire un événement : Will Smith en tête d’affiche, effets spéciaux à volonté et David Ayer (Suicide Squad) à la réalisation. Un film comme on n’imaginait pas en voir sur un service Internet il y a une petite décennie. Est-il bon pour autant ? Réponse le 21 décembre pour la critique.

Casse-tête chinois — 4 décembre

Dernier épisode de la trilogie culte L’Auberge Espagnole de Klapisch, Casse-tête chinois n’a pas de charmes nouveaux. Au contraire, il est l’épisode de trop d’un format qui tourne au sitcom. Et pourtant, il reste important pour toute une génération qui a grandi dans l’ombre de cette fresque un rien bourgeoise.

Kick-Ass 2 — 21 décembre

Si le premier opus de Kick-Ass montrait que les comics de Mark Millar, depuis mis au service de Netflix, avaient une originalité prête à bousculer le monde des super-héros, le deuxième volet de cet anti-super-héros est passé inaperçu. Ce n’est pas plus mal considérant qu’en dehors de la recette du premier succès, il n’y a pas grand-chose à retenir de ce « 2 ». Toutefois, on peut ainsi se pencher sur les franchises MillarWorld dont on attend beaucoup pour l’avenir de Netflix.

El Camino Christmas — 8 décembre

El Camino Christmas est une comédie dramatique réalisée David E. Talbert, (Almost Christmas) avec Jessica Alba et Luke Grimes. Avant de se transformer en huis-clos comique autour d’une prise d’otage, le film commence avec Eric Roth qui voulait simplement retrouver la trace de son père.

Kung Fu Panda — 1er décembre

La prolifique franchise inspirée par le marché asiatique Kung Fu Panda de Dreamworks rejoint Netflix. Un long métrage pas nécessairement inventif, mais amusant et visuellement riche pour les plus petits. Rite initiatique mignon et petit voyage en Chine, Kung Fu Panda finit par être attachant.

The Lego Movie — 20 décembre

Que pouvait-on attendre du Lego Movie  ? Rien. Et pourtant, il fut une des meilleures surprises de l’animation en 2014. Drôle, impertinent et véritablement créatif, Lego Movie est à conseiller et à voir, même les plus grands pourront y trouveront à boire et à manger en matière de références et d’humour. Une vraie réussite.

Les documentaires

Ultimate Beastmaster France — 15 décembre

«  Athlètes, guerriers du week-end, junkies d’adrénaline et de courses d’obstacles sont appelés à s’inscrire… » Pour sa seconde édition, l’émission de téléréalité de Netflix qui met en concurrence des participants prêts à tout, a proposé à nos compatriotes de venir défier la bête face à des concurrents du monde entier. Pour sa deuxième saison, le show se dote d’une version française de ce divertissement un rien ridicule, mais populaire, qui pourrait entrer au panthéon des reality shows musclés. Entre Koh Lanta et Intervilles, la France avait déjà une belle tradition en la matière : voici UBM. (ndJulien : j’ai tout regardé et il n’y a que les champions d’escalade qui peuvent gagner).

Ultimate Beastmaster

Voyeur — 1er décembre

Voyeur est un beau documentaire, dont le montage consacre une histoire des plus originales : en 1980, Gay Talese, célèbre journaliste américain, reçoit une première lettre anonyme d’un tenancier de Motel qui espionne ses clients. Depuis des années, Gerald Foos observe les ébats sexuels de ses clients dans un motel du Colorado. Les deux hommes se poursuivront durant des années, Talese donnant de nombreuses suites à l’affaire jusqu’à l’écriture d’un livre. Le documentaire saisit cette histoire tout en mettant dos à dos un journaliste et un voyeur, finalement très similaires.

Wormwood — 15 décembre

À travers des témoignages et des reconstitutions, Wormwood d’Errol Morris explore un pan sombre de l’histoire de la CIA. En s’intéressant au projet de l’agence d’espionnage de contrôler les esprits, le réalisateur montre du doigt les dérives et les fascinantes techniques alors développées. L’usage des drogues, notamment du LSD, y est expliqué et l’on remonte ainsi à un temps où la CIA franchissait les barrières de la légalité, imaginant trouver dans les nouvelles sciences un pouvoir nouveau.

My Life directed by Nicolas Winding Refn — 1er décembre

A Bangkok, sur le tournage d’Only God Forgives, Nicolas Winding Refn est immortalisé dans son combat pour son film par sa femme, Liv Corfixen. Installée avec sa famille sur les lieux du tournage, l’épouse du réalisateur danois décide de s’occuper en capturant la vie des coulisses. Il en résulte un making of maximaliste, sincère et touchant. On y voit notamment Gosling faire le clown, NWR angoisser pour son budget et on palpe une mélancolie propre aux plateaux.

Pour les kids

Roi Julian, l’élu des Lémurs, saison 5 — 1er décembre

Roi Julian, héros issu de la franchise Madagascar, revient pour une nouvelle saison. Le très apprécié héros lémurien vient danser, chanter et rigoler pour le plaisir des petits.

Roi Julian, l’Elu des Lémurs

Chasseurs de trolls, partie 2 — 15 décembre

L’aventure animée de Guillermo Del Toro revient pour une seconde saison sur Netflix. Après la réussite d’une première saison auprès des jeunes gens et des adultes, le monde féérique des trolls continue d’émerveiller. Le trio formé dans la première saison va continuer sa quête, laissant Jimmy de nouveau porter son costume de chasseur de trolls. Belle et coûteuse réalisation animée, Chasseurs de Trolls mérite largement son succès.

Beat Bugs, saison 3 — 21 décembre

Notre série pour tout petit préférée, Beat Bugs et sa bande-son en forme d’hommage aux Beatles offre à ses fans une nouvelle tranche d’aventures mignonnes au pays des insectes.

Partager sur les réseaux sociaux