Il faudra revendiquer 13 Go de libre sur sa Switch pour accueillir LEGO City Undercover en version physique. Oui, oui, en version physique. La faute à un éditeur pingre.

Mise à jour du 29 mars 2017 : Dans un communiqué envoyé à Eurogamer, Warner Bros affirme que le jeu sera jouable sans télécharger la moindre donnée : « L’Information figurant sur le boîtier Switch de LEGO City Undercover est erronée. Les joueurs qui achèteront le jeu en version physique auront bien accès au jeu complet sans avoir besoin de télécharger de contenu additionnel. Aucune connexion Internet n’est requise pour jouer au jeu, la seule suggérée permet de télécharger l’habituel patch de mise à jour. »

On savait que les 32 Go embarqués par la Nintendo Switch, 25,9 Go en réalité, finiraient pas poser problème en préfigurant l’achat indispensable d’une carte mémoire additionnelle (format microSD). Et LEGO City Undercover, à paraître le 5 avril, en apporte une nouvelle preuve révélée par un membre des forums Reddit travaillant chez un revendeur.

Ainsi, le GTA-like basé sur les célèbres briques danoises réclamera « jusqu’à 13 Go d’espace » pour s’installer sur la console hybride de Nintendo. Soit un peu plus de la moitié de la mémoire interne. Au passage, il faudra se prémunir d’une connexion internet pour télécharger les fichiers qui ne sont pas sur la cartouche. Double peine.

Le problème des cartouches

Sur les forums, certains possesseurs de la Switch se plaignent et personne ne pourra vraiment leur en vouloir. Est-ce la faute de Nintendo ? Peut-être, car le constructeur aurait dû prévoir une mémoire interne plus importante. Mais c’est aussi à cause des éditeurs, qui tiennent à faire des économies en optant pour des cartouches de faible capacité, donc moins coûteuses, obligeant alors le joueur à télécharger puis installer ce qu’il manque.

Des recherches effectuées par nos confrères d’Eurogamer dévoilaient que les studios ont le choix entre des cartouches de 1, 2, 4, 8, 16 et 32 Go, le coût dépendant de la capacité mais aussi du volume de production. Le contre-exemple parfait à cette situation est RiME, sauf qu’il sera vendu plus cher sur Switch (44,99 €) que sur PS4 ou Xbox One (34,99 €). Une vraie tuile. En somme, si Warner Bros. avait tout mis dans une cartouche, la facture de LEGO City Undercover aurait sans doute été plus salée.

Les éditeurs font des économies sur des cartouches moins coûteuses à faible capacité

Bien évidemment, LEGO City Undercover pèsera encore plus lourd si on opte pour un achat sur l’eShop, sachant qu’il revendiquait 22,6 Go sur Wii U. Il n’est pas exclu qu’il ait gagné un peu d’embonpoint en version Switch. Et qu’il occupera, par extension, toute sa mémoire.

Partager sur les réseaux sociaux