La société du milliardaire britannique Richard Branson, Virgin, investit dans Hyperloop One. Les sommes n'ont pas été communiquées, mais l'entreprise s'est renommée en... Virgin Hyperloop One.

Si Richard Branson s’intéresse beaucoup à l’espace, le milliardaire britannique suit avec attention certaines initiatives très terrestres. La preuve : son groupe, Virgin, vient d’annoncer jeudi 12 octobre un investissement dans Hyperloop One, la compagnie fondée en 2014 par Shervin Pishevar à l’invitation d’Elon Musk, l’entrepreneur américain qui est à l’origine de tout le projet Hyperloop.

Si son montant n’a pas été communiqué, l’on devine que l’investissement consenti par Virgin dans Hyperloop One doit être très significatif puisque les deux parties se sont entendues pour renommer la société en… Virgin Hyperloop One (celle-ci s’était déjà rebaptisée en mai 2016, son ancien nom Hyperloop Technologies, étant trop proche d’une société rivale, Hyperloop Transportation Technologies).

Mais au fait, qu’est-ce que c’est l’Hyperloop ? Grossièrement, il s’agit de concevoir un réseau de transport à très grande vitesse. Des capsules pressurisées sont propulsées dans un tube sous vide, afin d’atteindre des vitesses très élevées, de l’ordre de 1 200 km/h, en supprimant les frottements causés par la présence d’air, qui provoquerait sinon une résistance sur la paroi.

En théorie, cela permettrait de boucler des trajets comme Paris – Amsterdam ou New York – Washington en une demi-heure au lieu de plusieurs heures de train ou de voiture. Mais pour l’instant, les prototypes de capsules, dont la capacité de transport envisagée se situe entre 20 et 40 personnes, ne sont capables que d’aller quatre fois moins vite, et encore, sur des sections courtes. Cela dit, on frôle la vitesse des TGV.

Une capsule imaginée par Hyperloop One.

Il n’en demeure pas moins que le projet séduit, malgré le chantier colossal que constitue un projet comme l’Hyperloop. Des projets sont à l’étude ou des discussions sont engagées en Slovaquie, en Russie , en Inde, au Royaume-Uni, dans les pays du Nord de l’Europe, entre la Corse et la Sardaigne ainsi qu’en République tchèque, au Mexique, au Canada et Abu Dhabi. Les lignes potentielles ne manquent pas.

Mi-septembre, Virgin Hyperloop One a même dévoilé les dix axes qui lui semblent les plus prometteurs.

Le service de train le plus révolutionnaire au monde

L’Hyperloop est « le service de train le plus révolutionnaire au monde » a commenté Virgin dans son communiqué. « C’est une nouvelle façon incroyablement innovatrice et excitante de déplacer les gens et les choses à la vitesse des compagnies aériennes, mais au sol », a ajouté le groupe. Mais pas d’emballement : nous n’en sommes qu’aux toutes premières étapes de l’aventure.

Beaucoup d’eau coulera sous les ponts avant que l’on ne puisse embarquer dans une telle capsule aussi facilement et aussi naturellement que l’on prend le TGV. Les divers projets en lice tablent pour une mise en service autour de 2020, ce dont on peut douter vu leur état de développement limité. Quand on sait qu’il a fallu 25 ans pour que la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique voit le jour, ça calme les ardeurs.

À lire sur Numerama : Constructeurs, calendrier, projets  : tout ce qu’il faut savoir sur l’Hyperloop

Partager sur les réseaux sociaux