La société Hyperloop Transportation Technologies annonce la signature d'un accord avec la Slovaquie pour avancer sur le projet d'un train Hyperloop en Europe centrale qui pourra relier à terme Vienne, Bratislava et Budapest.

L’Hyperloop, vous connaissez ? Il s’agit d’un projet de train à très, très grande vitesse circulant à toute allure dans un tube sous basse pression pour limiter les frictions de l’air. En théorie, il est possible d’atteindre une vitesse de 1100 km/h à l’intérieur, ce qui permet par exemple de faire un trajet Lille – Marseille en moins d’une heure, soit presque  deux fois moins de temps qu’un vol direct avec Air France.

Unknown-7
De nouvelles voies sont à prévoir.

Mais entre la théorie et la pratique, il y a un gouffre qu’il faut franchir. Normalement, la mise en chantier du premier Hyperloop doit démarrer cette année en Californie, si tout se passe pour le mieux : car comme tout projet très ambitieux, des difficultés inattendues peuvent se manifester. Ainsi, la piste d’essai pour mettre à l’épreuve le prototype ne sera pas prête dans les temps, selon des courriers internes.

Mais qu’importe. Les promesses aérodynamiques de l’Hyperloop sont telles que Shervin Pishevar, le fondateur d’une des sociétés qui planche actuellement sur ce projet, est sûr de la disponibilité prochaine de ce train nouvelle génération. Selon lui, les premiers appareils — en tout cas, au moins un — devraient entrer en circulation d’ici 2020. Reste à savoir où. Aux USA ? En Chine ? En Inde ?

Unknown-3
Les tubes de l’Hyperloop.

Et pourquoi pas en Europe ?

La société Hyperloop Transportation Technologies a en effet annoncé jeudi avoir signé un accord avec la Slovaquie pour envisager la construction d’un voie de transport pour Hyperloop qui pourrait à terme connecter trois capitales d’Europe centrale : Vienne (Autriche), Bratislava (Slovaquie) et Budapest (Hongrie). Longueur totale du trajet si celui-ci voit le jour ? Moins de 300 kilomètres.

Sur le modèle que la connexion Vienne-Bratislava-Budapest, on peut tout à fait imaginer d’autres lignes comme Lisbonne-Madrid, Paris-Bruxelles-Amsterdam, Tallinn-Riga-Vilnius ou encore Berlin-Prague-Vienne, de la même façon que certains axes de TGV permettent de rejoindre des villes étrangères.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés