Hyperloop One a commencé à discuter avec le gouvernement indien dans l'espoir d'installer son réseau de transport très rapide à mi-chemin entre le train et l'avion par suspension magnétique dans le pays.

Le gouvernement indien a entamé des discussions afin de potentiellement installer le réseau de transport très rapide à mi-chemin entre le train et l’avion conçu par la société californienne Hyperloop, une technologie née d’une idée d’Elon Musk.

Si les négociations arrivent à bon port, l’entreprise exploitera une partie des ressources locales, dont l’acier, pour construire son réseau futuriste. Rob Lloyd, le CEO de Hyperloop One, espère convaincre le gouvernement : « L’Inde est clairement une opportunité gigantesque pour le concept du Hyperloop.  Nous voulons nous accorder avec les investisseurs pour trouver la meilleure voie, pour nous pencher sur les systèmes d’ingénierie requis, afin de déterminer le financement du projet, et envisager un partenariat public-privé. »

L’Inde, un partenaire logique ?

Récemment, le premier ministre indien Narendra Modi a annoncé vouloir dépenser 59 milliards de dollars pour améliorer et moderniser les infrastructures et les transports du pays. Ce faisant, il espère attirer plus d’investissements dans le pays et pouvoir faire face à l’urbanisation galopante des grandes villes indiennes, toujours plus gourmande en réseaux de transports en commun.

Si Lloyd fait preuve d’un grand optimisme, plusieurs journalistes indiens se demandent plus raisonnablement quand la technologie d’Hyperloop One, qui a effectué son premier test l’année dernière, verra bien le jour dans leur pays et, si oui, quand.

Partager sur les réseaux sociaux