Pour la première fois depuis plus de deux ans, un géant de la tech a convié la presse du monde entier à une conférence. À quoi ressemblait la WWDC 2022 d’Apple ? Son « format hybride » peut-il devenir la norme ? Numerama était à Cupertino et vous raconte son expérience.

Après plus de deux ans sur Zoom, Teams, Meet ou Webex, un « retour à la normale » pointerait-il le bout de son nez ? La vie en société n’est plus trop paralysée par le Covid, comme en témoignent la fin du masque obligatoire ou le retour progressif du travail en présentiel, mais il reste toutefois plusieurs secteurs fortement impactés par la pandémie. Malgré quelques expérimentations (des salons automobiles ou le MWC de Barcelone par exemple), il est rare de voir de grandes entreprises se prêter au jeu des grands événements. Dans le monde des nouvelles technologies particulièrement, il ne se passe pas grand-chose. Les dernières conférences de Samsung, Google, Microsoft et Snap, pour n’en citer que quelques-uns, étaient complètement virtuelles. La plupart de ces groupes refusent aussi de participer aux salons, souvent par peur d’être associés à des foyers de contamination.

Pour toutes ces raisons, la conférence Apple de la WWDC 2022, qui a eu lieu le lundi 6 juin 2022, avait une saveur particulière. Pour la première fois depuis 2019, année de sa dernière vraie conférence, Apple a invité plusieurs centaines de médias, dont Numerama, dans son campus californien. À quoi ressemble un keynote post-Covid ? On vous dévoile les coulisses du « format hybride » fièrement mis en avant par Apple pour renouer avec l’humain sans oublier la pandémie.

Apple Park 02
Pour la première fois, des journalistes ont pu rentrer dans l’Apple Park. // Source : Numerama

Un format hybride presque comme avant

Avant toute chose, commençons par une précision importante sur l’angle de notre article. Nous ne disons pas que le Covid est fini, bien au contraire. Numerama alerte régulièrement sur le décalage entre les décisions politiques et le bon sens sanitaire. Personne ici n’a la naïveté de penser qu’un retour au monde d’avant est souhaitable.

Maintenant que vous avez lu cette indispensable précision, parlons de la WWDC. Qu’est-ce qu’Apple appelle « format hybride » ? Pour le comprendre, il faut avoir en tête ce que la marque fait depuis deux ans. Un peu à la manière des conférences Nintendo Direct, Apple a remplacé ses traditionnels keynotes par des vidéos ultra dynamiques. Elles se déroulent sur plusieurs lieux, font parler un plus grand nombre d’intervenants qu’auparavant et, généralement, profitent d’un incroyable travail de postproduction. En deux ans, Apple en a organisé 9. Ces formats sont plutôt appréciés même s’ils sont préenregistrés et se font sans la présence des médias. Cela prive les fans de la marque de prises en main rapides des nouveautés ou d’informations non dites pendant l’événement.

Tim:Craig 04
Tim Cook et Craig Federighi sont brièvement passés sur scène, avant de lancer la diffusion d’un keynote vidéo. // Source : Numerama

Avec son format hybride, Apple tente de fusionner le meilleur de ces deux mondes. Le 6 juin, il n’y a pas eu d’événement à l’ancienne, avec de vraies personnes sur scène. Apple a diffusé une vidéo de 1h49 parfaitement adaptée aux codes de ses précédents événements virtuels. En revanche, ce qui a changé est le retour du vrai monde. Des centaines de journalistes et d’invités (développeurs, consultants, influenceurs…) ont regardé le keynote ensemble, à l’Apple Park. Ils ont ensuite pu essayer les nouveautés en avant-première. Certaines discussions organisées entre les représentants de la marque et les journalistes ont eu lieu en vrai, d’autres virtuellement, afin de limiter les rencontres et de fluidifier l’organisation.

Ce format hybride est-il vraiment inédit ? Soyons honnêtes, la balance penchait plus du côté de l’événement normal que du virtuel. Quoi qu’il en soit, il est intéressant de voir une marque comme Apple retravailler le format qu’elle a tant contribué à créer.

MacBook Air M2 Une
Le MacBook Air M2 était à disposition des journalistes après le keynote. // Source : Numerama

Un événement en extérieur, une grande première

Pour s’assurer de ne pas transformer son campus en un gigantesque foyer de contamination, Apple ne s’est pas contenté de diffuser une vidéo. Plusieurs mesures assez intéressantes (dans le sens où nous ne serions pas étonnés de voir d’autres marques les reproduire) ont aussi permis à cette WWDC 2022 de ne ressembler à aucun autre événement high-tech.

Par exemple, Apple a délaissé sa traditionnelle salle du Steve Jobs Theater pour… son jardin. De mémoire récente, il ne nous semble pas qu’il y ait déjà eu un événement Apple en extérieur. La marque a installé plusieurs centaines de chaises longues pour ses développeurs, puis des centaines de chaises normales derrière (jusqu’à l’intérieur de son restaurant d’entreprise, qui a la possibilité de pouvoir s’ouvrir sur l’extérieur grâce à des vitres géantes et coulissantes). On peut y voir, au-delà d’un choix pur d’organisation, une envie de limiter les risques de propagation d’aérosols entre les invités.

Oui, il y avait de la crème solaire

Tim Cook et Craig Federighi sont passés saluer leurs invités, en personne, vers 9h50, puis la projection de l’événement a commencé sur un écran géant aux alentours des 10h (avec 4 à 5 minutes d’avance sur la diffusion sur Internet). Apple avait aussi préparé plusieurs écrans-relais avec du sous-titrage et une traduction en langue des signes. Bref, tout le monde était au même endroit, mais en extérieur. Une bonne mesure pour limiter les risques de contamination covid, moins pour les coups de soleil (heureusement, Apple a distribué de la crème).

Apple Park 05
C’est sur ces chaises, sur la terrasse du restaurant de l’Apple Park, que les journalistes étaient. // Source : Numerama

En décidant d’opter pour un événement virtuel, Apple a aussi pris l’initiative d’ouvrir pour la première fois son Apple Park à la presse. Numerama avait déjà pu se rendre au Steve Jobs Theater, situé juste à côté, mais jamais les médias n’avaient pu rentrer à l’intérieur de l’anneau. De quoi donner une dimension encore plus spectaculaire à ce premier keynote post-Covid. Les événements extérieurs peuvent-ils devenir la norme ? Où seront-ils exceptionnels ?

À la fin du keynote, les médias ont été invités à faire le tour de l’Apple Park (littéralement un tour, Apple a conçu un ascenseur qui tourne sur lui-même en descendant)pour se rendre au premier étage du Steve Jobs Theater, où ils ont pu essayer les nouveaux MacBook Air en avant-première. Le port du masque était bien entendu obligatoire, comme partout en intérieur avec Apple. D’ailleurs, pour anecdote, Apple a fourni à tous ses invités des « Apple Mask ». Les designers de la marque californienne ont en effet pris le temps de fabriquer leurs propres variants de ces protections pour le visage. Ah, les cultures d’entreprise !

Apple-WWDC22-hands-on-area-MacBook-Air-Steve-Jobs-Theater-Apple-Park-220606
Trouverez-vous le journaliste de Numerama sur cette photo ?(indice : il a un masque Apple) // Source : Apple

Les cadres d’Apple que nous avons pu croiser, comme Tim Cook ou Greg Jozwiak, ont aussi conservé leurs masques en permanence. Le message nous semble clair : Apple ne veut pas laisser penser qu’elle a oublié le covid, malgré cette grande fête. Les autres rencontres avec les responsables de la marque ont surtout eu lieu virtuellement, afin de limiter les interactions en intérieur. Au niveau de la communication, Apple a, comme d’habitude, tout bien maîtrisé.

Quel futur pour les « keynote » ?

Le 6 juin 2022 est-il un premier pas vers le retour des événements internationaux ? On a envie de dire que l’on espère que oui, tout en espérant paradoxalement que non. S’il nous semble important, en tant que journalistes, de pouvoir essayer des produits en avant-première tout en discutant avec les personnes qui les ont conçus, pour vous livrer ces informations, nous espérons que le Covid aura servi de leçon aux marques qui organisent des événements tous les mois. Le monde d’après peut renouer avec certaines des traditions du monde d’avant sans reproduire ses erreurs. C’est en tout cas ce que l’on souhaite.

Quoi qu’il en soit, nous avons en effet eu l’impression de participer au premier événement post-Covid à Cupertino. Le format virtuel de l’Apple Park est un premier pas enthousiasmant vers un monde moins dépendant de Zoom ou Microsoft Teams. Rien que pour ça, c’est une excellente nouvelle. 🍾