Faut-il laisser son smartphone se décharger complètement ? Est-il mauvais de laisser son smartphone branché trop longtemps ? Beaucoup de mythes entourent la recharge des smartphones. On fait le point.

La batterie de nos smartphones est l’un de ces composants les plus critiques. Malgré des avancées dans presque tous les domaines mobiles, les problématiques d’autonomie restent une des préoccupations majeures de n’importe quel propriétaire de smartphone.

La charge rapide, les batteries externes et tout un tas d’autres accessoires promettent pourtant de mettre fin à l’angoisse de la panne sèche. Mais toutes ces technologies de recharge sont-elles bonnes à prendre ? On fait le point sur la manière de bien recharger son smartphone.

Privilégier le chargeur de son téléphone

Aujourd’hui, la plupart de nos smartphones sont capables d’échanger intelligemment avec leur chargeur pour optimiser la phase de recharge. Mais tous les chargeurs de téléphones ne sont pas créé égaux. Certaines briques de charge et certains câbles mal construits peuvent endommager votre téléphone.

Idéalement, il faut utiliser le chargeur fourni avec votre téléphone si le constructeur en offre un. Ces accessoires sont testés par les constructeurs et répondent à des critères de compatibilité et de sécurité stricts. N’achetez donc pas n’importe quel chargeur pas cher sur le web et préférez les marques connues.

Chargeur-USB

Tous les chargeurs ne se valent pas,

Source : Photo Numerama

Du côté des briques de charges, la marque Anker propose de nombreux accessoires avec des prises USB-A ou USB-C. La marque Belkin jouit également d’une bonne réputation et commercialise des chargeurs capables de recharger deux appareils à la fois. Le fabricant commercialise aussi des chargeurs au nitrure de gallium autour de 40 €.

Le câble : un point à ne pas négliger

L’autre parti de l’équation après le chargeur, c’est évidemment le câble. Et là encore, il faut être un peu attentif à ce qu’on utilise. La charge rapide d’un smartphone ou même son fonctionnement efficace dépend de quelques critères.

Pour les iPhone : la certification MFI

Pour les appareils Apple, vous pouvez vous fier à la certification MFI qui assure une compatibilité optimale avec les appareils mobiles d’Apple. On trouve des modèles de ce type chez Anker (14 euros) ou AmazonBasics (12 euros).

Si vous ne savez pas si le câble que vous utilisez est certifié ou non, le constructeur détaille sur une page dédiée des indices qui peuvent vous aider à trier vos câbles. Le moyen le plus facile est de guetter la présence du petit logo ci-dessous.

MFI-Logo

Le logo qui assure la compatibilité MFi

Source : Apple

La problématique de l’USB-C

Du côté des smartphones Android, c’est aujourd’hui la recharge par USB-C qui s’est imposée. Malgré son surnom de chargeur « universel », tous les câbles et tous les chargeurs USB-C ne se valent pas.

Les câbles USB « standard » (USB-A) d’un côté et USB-C de l’autre peuvent notamment provoquer des problèmes puisque les deux standards ne négocient pas toujours la puissance de charge de la même manière. Résultat, l’USB-C peut demander plus de puissance que l’USB-A n’est capable de délivrer et vous pourriez abimer votre chargeur ou même votre mobile. Le problème peut se poser que vous soyez connecté à un chargeur mural, à une batterie externe ou au port USB de votre ordinateur.

Préférez toujours les câbles USB-C/USB-C de marques connues pour vos smartphones Android. Nous vous recommandons ceux commercialisés par Apple (30 euros) ou Belkin encore une fois (13 euros).

La charge rapide : OK pour une utilisation ponctuelle

Depuis des années maintenant, la plupart des constructeurs de smartphones proposent des accessoires de « charge rapide » capable de mettre un coup fouet à votre batterie en quelques minutes seulement. Si la technologie en elle-même n’est absolument pas dangereuse, il faut tout de même garder quelques points en tête pour bien l’utiliser.

Ces chargeurs rapides, qui sont capables de délivrer de 15 à 100 watts actuellement, ont été pensés pour de courtes sessions de charge. Leur but est d’envoyer un maximum de puissance très rapidement pour faire gonfler vos pourcentages en quelques minutes.

Si tout un tas de mécanismes ont été mis en place pour éviter que cette forte puissance endommage la batterie, la chaleur générée par ces chargeurs peut tout de même être nocive sur le long terme.

La chaleur, ennemi des batteries

Plus généralement, nos batteries Lithium-ion détestent les chaleurs extrêmes. Cela est dû à la structure même du composant. L’électrolyte, qui permet le transfert des ions nécessaire à la charge, peut s’abimer sous de trop fortes chaleurs et réduire la capacité de votre batterie.

Le mieux est donc d’utiliser des chargeurs rapides quand on a peu de temps devant soi et des chargeurs moins puissants durant les longues phases de recharge (la nuit par exemple). Au-delà de ces limites, vous ne risquez pas grand-chose avec des chargeurs rapides, vous pouvez tout à fait utiliser votre chargeur USB-C d’ordinateur pour votre téléphone, la puissance délivrée sera adaptée et ne grillera pas votre smartphone. La plupart des smartphones négocient la puissance de charge de manière dynamique pour éviter de griller la batterie. Certains téléphones, comme le Pixel 6 notamment, ont d’ailleurs une approche un peu trop conservatrice de la charge rapide.

Pour une charge rapide sereine, vous pouvez vous orienter vers les chargeurs certifiés QuickCharge de Qualcomm ou même monter jusqu’à 65 Watts de puissance avec un modèle Essentiel B à 39,99 euros.

0 ou 100 % de batterie : des extrêmes potentiellement nocifs

Comme nous l’avions déjà expliqué, l’état de charge idéal de votre smartphone se situe entre 20 % et 80 %. Aller en dessous ou au-delà peut légèrement endommager votre batterie. Cela est dû à l’augmentation de la résistance de la cellule qui survient lors de la décharge ou de la charge complète d’un mobile. Cela peut provoquer un échauffement nocif pour la batterie.

Il est toujours préférable de charger ponctuellement pendant la journée qu’une seule fois pendant la nuit pour éviter de soumettre la batterie à une chauffe trop importante, mais cela n’est pas forcément des plus pratiques. La plupart des smartphones sont en plus équipés de mécanismes de protection qui évitent la « surcharge » quand la batterie atteint les 100 %.

Le vieux mythe d’une batterie qui aurait besoin d’être déchargée entièrement pour être « calibrée » efficacement vient en fait d’une autre époque. Avant d’utiliser des batteries au Lithium, certains gadgets utilisaient des batteries au nickel-hydrure métallique qui avait besoin d’un cycle de charge et de décharge complet pour avoir une estimation précise de leurs capacités.

Laisser votre smartphone charger tranquille

Le dernier conseil à suivre pour éviter d’user votre batterie trop rapidement est d’éviter d’utiliser votre téléphone pendant qu’il charge. Si vous jouez ou que vous regardez une vidéo alors que votre smartphone est branché, vous risquez d’ajouter la chauffe du processeur à celle de la charge et de faire grimper la température de vos composants. Comme nous l’avons vu, la chaleur est l’ennemi des batteries.

Et la charge sans fil ?

Devenue plus répandue depuis qu’Apple a présenté son chargeur MagSafe en 2020, la charge sans fil ne dégrade pas la qualité de votre batterie. Un chargeur sans fil produira forcément un peu de chaleur, tout comme ses cousins filaires, mais ne risque pas d’endommager votre smartphone.

iPhone 12 3

L'iPhone 12

Source : Louise Audry pour Numerama

En revanche, à puissance équivalente, un chargeur sans-fil va consommer légèrement plus qu’un chargeur filaire. Cela est dû entre autres à la déperdition inhérente de la charge par induction qui établit un contact moins direct avec la batterie. La charge sera aussi moins rapide.

Si vous cherchez malgré tout un chargeur sans fil pour vous simplifier la vie, Belkin propose un modèle à 10 watts (vendu 17,50 euros) tandis qu’Anker commercialise le sien à 24 euros. Si vous avez un iPhone, le mieux sera probablement le chargeur MagSafe à 45 euros.