Peut-on résoudre le problème d'autonomie de nos smartphones grâce à une charge ultra rapide ? C'est ce que semble penser Xiaomi qui affirme pouvoir recharger entièrement un smartphone en 8 minutes. Alors, prouesse technologique ou danger électrique ?

Les smartphones continuent d’évoluer année après année, mais leurs batteries ne suivent pas le rythme. Face à l’éternel problème de l’autonomie toujours trop courte, Xiaomi a une solution : et si vous pouviez recharger votre téléphone de 0 à 100 % en 8 minutes seulement ?

Dans une courte vidéo postée sur Twitter le 31 mai 2021, le constructeur chinois a montré ses derniers exploits en termes de charge rapide : une charge à 200 watts capable de remplir une batterie de 4000 mA h en 7 minutes et 56 secondes très exactement. De quoi ranger les angoisses de la panne sèche au placard. Mais charger la batterie de son smartphone aussi rapidement est-il une si bonne idée ?

Une démo technique

Avant de rentrer dans les détails, précisons tout de même que l’exploit de Xiaomi n’est qu’une démo technique. Le téléphone employé pour la démonstration est bâti sur mesure, comme l’indique le constructeur. Le chargeur, également, n’est pas un accessoire que vous trouverez dans le commerce. Les chargeurs USB-C actuels sont de toute façon limités à 100 watts de puissance. De ce point de vue là, l’expérience de Xiaomi est similaire à celles que Meizu ou Oppo présentaient il y a quelques années. Un avant-goût du futur, qui ne devrait pas arriver tout de suite.

Mais pourquoi ces innovations tardent-elles à arriver exactement ? Parce que les batteries au lithium-ion qui équipent nos smartphones aujourd’hui sont des composants capricieux. Les piles de nos mobiles sont en effet sensibles à la chaleur. Les puissances de charge extrêmement élevées ont tendance à faire chauffer les smartphones, ce qui peut dégrader la batterie. C’est probablement pour favoriser le refroidissement que Xiaomi a utilisé un téléphone fait sur mesure pour sa démo.

Les batteries Lithium-ion évoluent peu, mais les systèmes de charge, oui // Source : CC Raimond Spekking

Les constructeurs sont donc très prudents avec ce genre d’innovations, préférant éviter un désastre façon Galaxy Note 7. Le problème de la phablette de Samsung tenait plus à un défaut de conception de la batterie qu’à un souci de chargeur, mais la blessure est encore vive dans l’industrie et personne ne veut prendre de risques.

La charge rapide n’est pas dangereuse

Cela veut-il dire pour autant que nous ne verrons jamais des chargeurs ultrarapides ? Pas nécessairement. Contrairement à un vieux mythe, la charge rapide n’abîme pas la batterie d’un smartphone si cela est intelligemment fait. Le mécanisme marche en réalité en deux temps. Durant la première phase, le chargeur envoie une énorme puissance que la batterie quasiment vide peut absorber sans effets négatifs. Ensuite vient une seconde phase où la puissance est modulée pour éviter d’abîmer le composant.

Une analogie assez répandue consiste à comparer la charge d’une batterie à la capacité d’absorption d’une éponge. Au début, une éponge sèche peut absorber beaucoup d’eau en peu de temps, c’est la phase de charge rapide d’une batterie. Mais, au fur et à mesure, l’éponge va se saturer en eau et déborder. C’est ce débordement potentiellement dangereux pour les batteries que la seconde phase de charge est censée éviter en réduisant la puissance (comme on peut d’ailleurs le voir sur le wattmètre dans la vidéo de Xiaomi). C’est pour cela que les 20 à 30 derniers pourcentages de votre charge sont souvent beaucoup plus longs.

Mais si tout se passe bien, le chargeur et le téléphone discutent intelligemment et la charge est délivrée efficacement, sans faire prendre de risques au téléphone. Et la charge ne pourra pas déborder non plus si vous laissez votre téléphone trop longtemps branché. Des protections sont prévues pour ce genre de cas.

La charge rapide faite intelligemment n’est donc a priori pas nocive pour votre batterie. Rien ne dit que la charge à 200 watts est pour demain, mais la démonstration est en tout cas saisissante.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo