Le Black Friday durait 4 jours en 2018, il semble en durer 10 en 2019. Est-ce que les bons plans sont de vrais bons plans ? Peut-on sereinement faire ses courses pour les fêtes de fin d'année en ce moment ? On essaie d'y voir plus clair.

À une époque pas si éloignée, le Black Friday était un événement américain que l’on regardait, médusés, depuis l’Europe. Ses foules violentes prêtes à en découdre pour avoir les quelques produits à prix bradé dans des magasins physiques nous étonnaient. Et puis par la magie du web, et particulièrement sous l’impulsion d’Amazon, le Black Friday est devenu réel en France. Le 29 novembre, à peu près tous les commerçants en ligne choisiront de brader des produits pour participer à l’événement.

Mais cette année, la situation se complique. Quiconque a navigué sur le web ces derniers jours n’a pas pu le manquer : ecommerçants et médias, petits et grands, généralistes et spécialistes, ont lancé l’offensive commerciale et marketing autour du Black Friday. À vrai dire, le mois de novembre a été presque complètement submergé par des périodes de soldes, du Double 11 d’AliExpress qui est devenu un prétexte pour un semaine de promos à la Black Week qui a commencé le 22 novembre et s’achèvera début décembre.

Est-il raisonnable de profiter de ces offres pour préparer ses cadeaux pour les fêtes d’année ? Ce petit guide vous permettra d’y voir plus clair.

Est-ce que les prix seront meilleurs le jour du Black Friday ?

C’est la question légitime que tout le monde se pose en voyant déferler les offres de la part de tous les e-commerçants, Amazon en tête qui a lancé un espace dédié, tout comme Fnac, Darty ou Rakuten. Est-ce que la Black Week est une sorte de préparation avec des tarifs moins avantageux et qu’il y aura de nouvelles démarques le jour du Black Friday ? D’après nos informations, la réponse est non.

Il faut déjà rappeler que le Black Friday ne s’inscrit pas dans une période de soldes au sens légal français et donc que la notion de démarques n’existe pas. De plus, le souci que les ecommerçants rencontrent habituellement est celui des stocks : les offres proposées ne doivent pas concerner que quelques acheteurs avant d’être épuisées. Cette année, il semblerait que les stocks aient été prévus pour faire comme si la Black Week était un long Black Friday : rien ne sert donc d’attendre le dernier jour. En revanche, le gros des offres sera dévoilé le 29 novembre. Elles dureront normalement tout le week-end.

Dès lors, si vous trouvez un produit qui vous intéresse avant le 29 novembre, vous pouvez passer à l’achat : il sera à un bon prix pour la période.

Détourner le Black Friday pour communiquer sur le Black Friday : ethical washing ? // Source : Capture d’écran BackMarket

Quels sont les commerçants qui proposent des opérations Black Friday ?

Il y a quelques années, nous aurions écrit Amazon. Cette année, on pourrait écrit « à peu près tout le web ». Même un BackMarket qui joue sur le côté « on ne fait pas le Black Friday » fait une opération de communication autour du Black Friday et participe donc à l’événement commercial en se positionnant sur le mot clef.

Pour les commerçants qui se spécialisent sur les produits tech, tous ont des programmes de fidélité qui permettent de bénéficier d’avantages côté livraison par exemple. La période de promotions qui s’ouvre en cette fin novembre est peut-être le bon moment pour les essayer.

Certaines promos sont de vrais bons plans // Source : FrAndroid pour le Prime Day

Comment ne pas acheter n’importe quoi au Black Friday

Céder à la tentation d’un achat compulsif est facile lors de cette période de promotions. La meilleure manière d’éviter de tomber dans une frénésie consumériste est de faire un état des lieux de ce dont vous avez besoinsoit pour vous, soit pour offrir. De nombreux objets seront vendus à bon prix dans les jours qui viennent et ce sera peut-être le moment d’économiser sur un objet que vous vouliez acheter quoi qu’il arrive.

Le meilleur conseil, après cette logique de liste, est de surveiller les prix : chaque année, l’UFC Que-Choisir relève des opérations prix barrés particulièrement problématiques et à la limite de l’entourloupe. Parfois, le prix de vente affiché en prix barré est loin d’être le prix de vente en temps normal, mais le prix d’un vieux produit à sa sortie. Bref, si l’on cherche à vous vendre un iPhone 5S en insinuant qu’il coûte 699 € habituellement, c’est un mensonge. Nos confrères de FrAndroid avaient fait un guide intéressant lors du Prime Day 2019 pour inspecter les offres les plus populaires : certaines étaient survalorisées par Amazon. En revanche, d’autres étaient effectivement de véritables bons plans.

Sur Numerama, nous nous attachons à faire des sélections éditorialisées, avec des objets choisis pour leur qualité, leur robustesse, leur confort et leur bon prix pendant la période de soldes. Nous n’avons pas d’intérêt à vous faire acheter n’importe quoi : l’une des composantes fortes de notre média est la recommandation et la pire des choses serait de flouer notre lectorat.

Numerama gagne-t-il de l’argent avec le Black Friday ?

Oui, comme tous les médias et par les mêmes mécaniques d’affiliation qui ont cours toute l’année. Nous respectons nos engagements auprès de nos lectrices et nos lecteurs en offrant du journalisme serviciel de qualité dans le monde de la tech et nous avons une liberté éditoriale totale sur nos guides d’achat et nos listes de cadeaux. Vous trouverez partout sur le web des listes à puces de bons plans sans aucune justification, conçues pour convertir du clic ou des guides prémâchés par les e-commerçants : cela ne nous intéresse pas (et vous non plus).

Nous avons une page permanente dédiée à l’affiliation qui explique en toute transparence sa place dans notre modèle d’affaires et comment la rédaction l’utilise.

Partager sur les réseaux sociaux