Cela faisait longtemps qu'Apple n'avait pas livré des ordinateurs portables aussi bien conçus et agréables à utiliser. Sur les traces de l'excellent MacBook Pro 16 pouces, le MacBook Air de 2020 est une réussite.

En 2013, j’ai acheté mon premier MacBook Air, un coup de cœur technologique absolu, entre le trackpad, le clavier, les nombreux ports et l’autonomie. Il fonctionne toujours à merveille après une remise à zéro récente — la seule en 7 ans. Et depuis cet achat, cet ordinateur est celui que j’ai le plus conseillé autour de moi : il n’a fait que des heureuses et des heureux. C’est celui aussi qui, longtemps après la sortie des nouveaux MacBook Pro, a équipé les journalistes de la rédaction de Numerama.

Car depuis l’apparition du clavier papillon, conseiller un Mac portable est un pari. Certes, il est difficile pour certains de se séparer de macOS, mais la fiabilité du clavier papillon n’était pas à la hauteur des prestations Apple. Avec le retour du Magic Keyboard sur la gamme Pro, l’espoir est arrivé et la machine présentée fin décembre par Cupertino est en tout point bluffante.

Le nouveau MacBook Air de 2020, que nous testons depuis une dizaine de jours, emprunte heureusement ce chemin. Et même plus : cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu entre les mains une tel objet que l’on peut recommander les yeux fermés.

Pour un demi-millimètre de moins

Un demi-millimètre : c’est l’embonpoint pris par le MacBook Air à son passage d’un clavier papillon à un clavier Magic Keyboard, relevé par iFixit. Que d’embarras pour un demi-millimètre. Ce gain d’épaisseur absolument imperceptible à l’usage permet de faire revenir dans le MacBook Air un clavier digne des usages bureautiques dans lequel l’ordinateur excelle. C’est bien simple : ce qui était l’une de nos principales critiques lors de notre test des MacBook Air Retina s’évapore.

Ici, le confort de frappe est difficilement égalé sur un laptop, avec une disposition du clavier par défaut idéale pour l’écriture en français, avec les majuscules accentuées et les caractères spéciaux à portée de raccourcis (ou d’appui long sur une touche). La course est bonne, les touches rebondissent bien et tombent sous nos doigts sans le moindre effort. On ne doit pas s’ajuster au clavier, c’est le clavier qui est ajusté à la frappe humaine — certains préféreront toujours le clac clac d’un clavier mécanique et ses rebonds longs, mais il est difficile de prendre en défaut l’outil proposé par Apple.

Le Magic Keyboard est de retour // Source : Julien Cadot pour Numerama
L’immense trackpad // Source : Julien Cadot pour Numerama

Le Magic Keyboard du MacBook Air de 2020 est aussi bien plus silencieux que le clavier papillon des générations précédentes, ce qui aura pour effet de baisser le volume dans un open space ou un amphithéâtre. On ne regrette pas une seconde ce que l’on a sous les doigts et les vieilles habitudes de positionnement des doigts reviennent vite, reléguant l’épisode clavier papillon au rang de parenthèse. Certes, ils se sont bonifiés avec le temps, mais ils n’ont jamais égalé le Magic Keyboard.

Et ce qui vaut pour le confort vaut aussi pour la solidité : le principal défaut du clavier papillon est un problème de fiabilité. Le Magic Keyboard du MacBook Air acheté en 2013 déjà évoqué, utilisé des centaines d’heures et maltraité, n’a jamais eu à être changé. Le clavier papillon du MacBook Pro de 2016 que nous utilisons à la rédaction a déjà fait 2 tours au SAV pour des touches cassées.

À gauche, un MacBook Air 2020. À droite, un MacBook Pro 2016 // Source : Julien Cadot pour Numerama

À cet excellent clavier, Apple associe le trackpad géant que l’industrie lui envie. La surface tactile hyper sensible accepte des gestes à deux, trois ou quatre doigts et maîtriser ces figures permet d’augmenter la vitesse d’exécution des tâches — toucher pour cliquer, ouvrir les doigts pour aller sur le bureau, glisser à quatre doigts pour le multitâches, pincer le trackpad pour les applications, glisser à deux doigts pour revenir en arrière… Pour les habituées et habitués à macOS, ces gestes sont une seconde nature et nous ne pouvons que recommander aux futurs possesseurs de se les approprier (Réglages / Trackpad).

Cette machine idéale pensée pour la productivité accomplit un sans-faute dans ses deux éléments les plus importants sur ce type de machine. Mais est-ce que le reste de la configuration suit ?

Le même, en mieux et moins cher

Divulgâchis : oui. La version du MacBook Air que nous testons n’est pas la moins chère, mais n’est pas une configuration qui serait trop facilement comparée avec un MacBook Pro. En Core i5 et avec 8 Go de RAM, la facture monte à 1 499 € sur l’Apple Store — la rentrée ou les fêtes auront sans nul doute de belles promotions sur cette machine. La version la plus abordable à 1 200 € pourrait être proposée autour de 1 000 € par des vendeurs qui voudraient faire un coup. Difficile de trouver un meilleur rapport qualité/prix à ce tarif-là, d’autant que des concurrents augmentent leurs tarifs cette année quand Apple est dans une logique de baisse du prix d’entrée.

Bureautique is awesome // Source : Julien Cadot pour Numerama

Avec cette configuration, nous n’avons jamais mis le MacBook Air 2020 en défaut, avec en permanence une dizaine d’applications ouvertes plus ou moins lourdes : navigateurs chargés en sites et web apps, éditeur de photos Affinity, Antidote, Apple Music, Slack, Messages, etc. Sur les logiciels de traitement d’image, la fluidité est parfaite. Même constat sur un Garage Band, version grand public et gratuite de l’éditeur musical Logic Pro : les sons s’enregistrent, se modifient et s’ajoutent sans que l’on perçoive de limite franche aux capacités du MBA.

La seule différence que nous constatons avec notre MacBook Pro de génération 2016, c’est le refroidissement. Lors d’un appel vidéo sur Slack par exemple, le MacBook Air se met vite à chauffer et les ventilateurs turbinent à pleine puissance. En ces temps de télétravail, l’expérience est quotidienne et on se dit que le processeur monte vite en chaleur dans un espace si réduit. La gestion de la chaleur est plus optimisée sur un MacBook Pro et il est rare que l’on entende le ventilateur dans des tâches quotidiennes. Mais c’est un phénomène rare : la plupart du temps, l’ordinateur ne fait aucun bruit.

Pour le télétravail, le MacBook Air 2020 a un coup d’avance

Si le télétravail est à la mode en 2020, bien s’équiper pour soi et pour les autres va devenir une nécessité. Le MacBook Air vole au-dessus de la mêlée sur deux des trois critères essentiels. L’écran tout d’abord est magnifique. Hérité des MacBook Pro, la dalle TrueTone IPS du MacBook Air 2020, définie en 2 560 x 1 600 pixels, est de toute beauté. Elle satisfait la rétine aussi bien pour les tâches courantes de bureautique (nous la laissons à 60 % de luminosité par temps clair, de jour) que pour les pauses multimédias.

Elle est associée au module à 3 micros hérité du MacBook Pro 16 pouces dans une version légèrement moins précise, composant ô combien négligé et qu’Apple met au centre de sa nouvelle offre. En pratique, cela servira aux musiciennes et aux musiciens pour enregistrer des pistes tout à fait convenables, mais on l’apprécie surtout pour un usage bien plus généraliste : la visioconférence. Un bon micro, cela change tout à une réunion à distance et Apple montre qu’il anticipe une tendance que beaucoup reproduiront derrière lui. La voix transmise est ultra-claire et précise, sans distorsion : de quoi reposer vos collègues qui n’auront pas à se concentrer pour déchiffrer votre discours. Le seul point en retrait est la webcam, 720p, qui aurait mérité mieux pour avoir l’outil de visio parfait.

Port jack et Touch ID // Source : Julien Cadot pour Numerama

Quant aux autres points décisifs avant l’achat d’un ordinateur portable, aucun ne s’est avéré bloquant : l’USB-C est aujourd’hui très diffusé et l’on ne peste plus à cause de la nouveauté, l’incompatibilité Wi-Fi 6 est étonnante, mais pas bloquante et l’autonomie est très bonne (7 heures en usage intensif, avec le chiffrement par défaut de tout le disque activé). La Touch Bar ne nous manque pas à l’usage et Touch ID joue en revanche pleinement son rôle, permettant de mieux sécuriser sa session avec un mot de passe robuste que l’on tapera moins souvent grâce à l’option biométrique.

Définitivement, on peine à reprocher quoi que ce soit à ce MacBook Air 2020, future star des étudiants et étudiantes et de nombreuses professions qui n’ont pas besoin de la puissance des MacBook Pro.

Le MacBook Air 2020 // Source : Julien Cadot pour Numerama

En bref

MacBook Air (2020)

Note indicative : 5/5

Cela fait plus de 5 ans que l’on cherche un MacBook que l’on pourrait conseiller les yeux fermés à toute personne n’ayant pas besoin de la puissance d’un MacBook Pro et n’étant pas plus cher que des références équivalentes sous Windows. En 2020, Apple répond à cette interrogation et cette nouvelle version du MacBook Air répond à toutes nos exigences.

Si l’on peut encore trouver lui quelques menus défauts, cet ordinateur portable s’impose comme une référence difficile à battre à ce prix, pour qui souhaite un appareil premium pour travailler, créer et se divertir dans les meilleures conditions.

Top

  • Le Magic Keyboard + trackpad
  • Polyvalence extrême
  • Excellent prix
  • Matériaux durables, finitions exemplaires

Bof

  • Webcam 720p
  • Pas de Wi-Fi 6

Crédit photo de la une : Julien Cadot pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo