Relancé par Apple en novembre 2023 après presque trois années sans renouvellement, l’iMac se paye désormais le luxe d’utiliser une puce M3, une des premières au monde à être gravée en 3 nm. Le reste n’évolue que très peu et donne fortement l’impression que l’iMac appartient plus au passé d’Apple qu’à son futur.

En 1998, l’iMac a relancé Apple. Un an après le retour de Steve Jobs, la marque californienne annonçait la première révolution d’une longue série. Avec son design coloré, son unité centrale intégrée à son grand écran et ses périphériques beaucoup plus sexy que ceux de l’univers Windows, l’iMac était l’ordinateur qu’il fallait avoir pour être dans l’air du temps. C’est son succès qui a permis la naissance de l’iPod et de l’iPhone quelques années plus tard.

En 2023, Apple relance l’iMac. Après avoir donné l’impression que l’ordinateur tout-en-un n’était plus sa priorité (son dernier renouvellement datait de mai 2021, alors que tous les autres ordinateurs d’Apple ont connu plusieurs rafraîchissements entre-temps), la marque californienne a mis à jour son iMac pour la première fois en 2 ans et 8 mois en novembre, à partir de 1 599 euros.

Au programme de ce rafraîchissement tant attendu : une nouvelle puce et un nouveau Wi-Fi. Vous espériez de nouvelles couleurs, un châssis noir, un format 32 pouces et un modèle Pro ? C’est raté. Après quasiment un mois avec un iMac M3 jaune sur notre bureau, l’heure du bilan est arrivé. L’iMac est un ordinateur incroyable, mais il est aussi un ordinateur devenu dispensable.

L’élégance incarnée, c’est l’iMac

Encore aujourd’hui, l’iMac a quelque chose de magique. À l’heure où tous les produits tech se ressemblent (il suffit de se rendre chez un vendeur de smartphones pour le constater), l’ordinateur tout-en-un d’Apple semble tout droit sorti de l’imagination d’un enfant.

Boîte jaune avec une poignée jaune, papier de protection avec un tag « hello » jaune (en hommage au « hello » du Macintosh de 1984 et au « hello again » de l’iMac de 1998), périphériques jaunes, câbles jaunes, autocollant jaune… Même le premier démarrage de l’appareil est jaune, avec des boutons virtuels de la couleur de l’ordinateur et un fond d’écran canari. À part Apple, existe-t-il une marque avec un aussi grand sens du détail ?

La boîte du MacBook Pro noir sidéral en haut, celle de l'iMac jaune en bas.
La boîte du MacBook Pro noir sidéral en haut, celle de l’iMac jaune en bas. // Source : Numerama

Sur un bureau, un iMac ne laisse personne indifférent. Il incarne l’élégance d’Apple avec son design minutieusement travaillé, son grand écran de 24 pouces de définition 4,5K et ses périphériques « Magic » colorés, qui sont impossibles à ne pas remarquer. À la maison ou au travail, l’iMac est plus proche de l’œuvre d’art que de l’ordinateur de bureau.

Et les performances dans tout ça ? La puce M3, comme la puce M1, est excellente. L’iMac M3 offre à son propriétaire une fluidité parfaite, peut gérer un écran externe sans problème (un Studio Display dans notre cas) et permet de réaliser n’importe quel type de tâche sans difficulté. L’ajout du Wi-Fi 6E est aussi bienvenue, si l’iMac n’est pas dans la même pièce que le routeur Internet (il y a un port Ethernet dans l’adaptateur secteur).

L'iMac M3 en jaune est vraiment somptueux.
L’iMac M3 en jaune est vraiment somptueux. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Pendant nos trois semaines avec l’iMac M3, nous avons écrit beaucoup d’articles, monté plusieurs vidéos avec Final Cut Pro et joué à quelques jeux (dont Lies of P) sans la moindre difficulté. Nous l’avons aussi utilisé pour regarder des vidéos et des épisodes de série, ce qui constitue une de ses plus grandes forces grâce à son somptueux écran Retina — même si le LCD a ses limites sur les contenus sombres (nous n’aurions pas été contre du mini-LED, comme sur les MacBook Pro). Il n’y a que lorsque l’on joue que l’iMac active ses ventilateurs, pour optimiser ses performances. Le son, avec ses haut-parleurs embarqués, est excellent.

Bref, l’iMac M3 est un super ordinateur. Il devrait absolument ravir toutes les personnes qui le désirent depuis des mois ou des années. Mais le problème est ailleurs.

L'iMac M3 // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Sur l’iMac M3 jaune, les boutons des applications sont jaunes. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

L’iMac est-il condamné au même destin que l’iPod ?

Le problème de l’iMac, c’est son époque. Pendant son règne au sommet du monde de l’informatique, l’iMac était ce qui se faisait de mieux sur le marché. Les ordinateurs portables manquaient souvent d’autonomie, de puissance et d’élégance, ce qui pouvait motiver de nombreuses personnes à opter pour le tout-en-un d’Apple à la maison ou au travail.

En 2023, les ordinateurs portables sont de vraies foudres de guerre. Les MacBook Air et MacBook Pro, grâce à leurs puces Apple Silicon, sont devenus extrêmement endurants, ne chauffent pas et sont plus puissants que de nombreux ordinateurs de bureau. Les écrans externes sont aussi devenus meilleurs et plus abordables, ce qui permet de brancher un MacBook à un moniteur pour l’utiliser à la maison. S’ajoute à ce constat l’émergence du télétravail, accélérée par la crise du Covid-19. Les avantages d’antan de l’iMac sont devenus ses contraintes : un ordinateur qui ne rentre pas dans un sac à dos n’est plus adapté au monde moderne.

Rien qu’au niveau du rapport qualité-prix, l’iMac a perdu de sa superbe. Un MacBook Air coûte moins cher et peut être transporté partout, avec une puce identique (le Air est aujourd’hui en M2, mais recevra le M3 en 2024). Du côté des ordinateurs de bureau, un Mac mini à 699 euros avec un écran 4K revient à beaucoup moins cher que les 1 599 euros réclamés par Apple pour un iMac… Comment peut-il trouver sa place dans toute cette équation, autrement que pour ses couleurs et son histoire incroyable ?

Les accessoires de l'iMac sont colorés et plutôt agréables à utiliser, mais ils se rechargent en Lightning. // Source : Thomas Ancelle / Numerama
Les accessoires de l’iMac sont colorés et plutôt agréables à utiliser. Ils embelissent l’ensemble. // Source : Thomas Ancelle / Numerama

Avec tous ces éléments en tête, on comprend mieux pourquoi Apple n’a pas renouvelé son iMac pendant si longtemps. Ses ventes sont sans doute devenues dérisoires, ce qui motive probablement la marque à ne plus en faire une priorité. Le fait que les accessoires de l’iMac se rechargent en Lightning plutôt qu’en USB-C va aussi dans ce sens : Apple accorde moins d’importance à son tout-en-un historique qu’à un iPhone. La marque a aussi récemment annoncé qu’elle ne comptait pas lancer de grand modèle 27 pouces, ce qui a mis fin aux espoirs de certains fans.

Les accessoires de l'iMac, comme la Magic Mouse, se rechargent toujours en Lightning (avec un câble coloré). C'est dommage à l'heure de l'USB-C.
Les accessoires de l’iMac, comme la Magic Mouse, se rechargent toujours en Lightning (avec un câble coloré). C’est dommage à l’heure de l’USB-C. // Source : Numerama

Se pose alors une question : l’iMac a-t-il encore une place chez Apple ? Les ordinateurs colorés font partie de l’univers de la marque, rien que pour leur côté cool, mais Apple a toujours eu pour réputation de regarder de l’avant. L’iPhone a tué l’iPod, le MacBook grignote les parts de marché de l’iMac… Le sens de l’histoire n’est-il pas de préparer sa retraite ?

Le verdict

Comment ne pas aimer l’iMac ? Dans un monde de l’informatique où tout se ressemble, l’ordinateur tout-en-un d’Apple impressionne avec son design coloré, son minimalisme poussé à l’extrême et son splendide écran 4,5K de 24 pouces. La puce Apple M3 est un monstre de puissance, ne chauffe jamais et permet de presque tout faire avec un iMac… Il est difficile d’être déçu par cet ordinateur.

Malgré cette appréciation positive, il serait malhonnête de ne pas remarquer que l’iMac n’est plus aussi sexy qu’il y a quelques années. À l’heure du télétravail et des puces Apple Silicon, ce sont les ordinateurs portables qui ont la cote, avec en option un moniteur externe pour l’utiliser sur un grand écran à la maison ou au bureau. Son rapport qualité-prix est aussi moins bon que dans le passé, surtout face à un Mac mini à 699 euros.

Y a-t-il encore une place pour l’iMac en 2023 ou en 2024 ? Les aficionados des couleurs vives sont sans doute ravis d’avoir une telle option, mais cet ordinateur si important dans l’histoire d’Apple n’est clairement plus essentiel dans sa gamme. Faut-il continuer de le mettre en avant, peut-être avec un modèle Pro plus grand et plus puissant ? Ou tout simplement admettre que le temps de sa révérence est venu ? Apple a encore quelques années pour trancher, mais le MacBook est clairement devenu sa priorité.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !