Depuis longtemps, Elon Musk dit qu’avoir banni Donald Trump de Twitter n’était « pas correct ». Il avait promis qu’un conseil éthique composé de personnalités de bords différents prendrait une décision réfléchie sur son éventuel retour. Une promesse non tenue, puisqu’Elon Musk a fait revenir Trump lui-même.

Des milliers de salariés sont partis de Twitter, mais Elon Musk trouve tout de même le temps de se pencher sur d’autres dossiers brûlants.

Le 18 novembre, Elon Musk a annoncé un changement de politique pour Twitter. Désormais, un tweet haineux ou mensonger ne sera plus supprimé, mais déréférencé (il n’apparaîtra plus sur la timeline, mais restera sur le compte de son utilisateur). Cette décision semble non conforme aux règles de modération européenne… mais c’est une autre histoire. Elon Musk en a profité pour annoncer le retour de personnalités bannies, mais pas Donald Trump. Pour un dossier aussi important, le milliardaire a préféré adopter une autre stratégie : un sondage Twitter. Non, vous ne rêvez pas, Elon Musk a demandé à ses fans de voter pour annuler une des décisions les plus réfléchies (et difficiles) de l’ancienne direction du réseau social.

Un sondage pour faire revenir Donald Trump, la promesse non tenue d’Elon Musk

Depuis le 27 octobre, Elon Musk est le patron de Twitter. À son arrivée, de nombreux commentateurs politiques se sont interrogés sur le sort de Donald Trump, banni depuis les événements du Capitole en janvier 2021 (mais plutôt proche idéologiquement d’Elon Musk, au moins sur certains points). Elon Musk avait rassuré en promettant qu’aucun compte banni ne serait rétabli sans concertation avancée. Le milliardaire voulait créer un « conseil éthique », avec des personnes de tous les bords politiques, en charge des questions sérieuses.

Trois semaines plus tard, Elon Musk n’a pas tenu sa promesse. Le conseil éthique n’existe pas et Elon Musk prend les décisions importantes lui-même. Même s’il se cache derrière un sondage avec 15 millions de participants (Elon Musk prétend que le peuple a décidé), sa décision n’a pas vraiment de légitimité, alors que celle de l’ancienne direction avait été le fruit d’une réflexion de 4 ans. Elon Musk ne peut ignorer que sa méthodologie de sondage ne vaut rien, puisqu’elle n’est représentative que des gens qui y ont participé. D’ailleurs, il a lui-même influencé le vote, en laissant entendre que la gauche avait créé des robots pour cliquer massivement sur « Non », pour faire comprendre à ses fans que le « Oui » devait gagner (sans supposer que l’inverse était aussi possible, après avoir passé des mois à dire que les utilisateurs de Twitter étaient faux). Mais Elon Musk semble se moquer de ces problématiques. Au contraire, il se dit fasciné par les sondages Twitter qui pourraient être un super exercice démocratique.

Donald Trump est de retour, mais le veut-il ?

À 1h53 du matin heure française le 20 novembre, Elon Musk annonçait la fin du sondage et le retour de Donald Trump. À 2h10 (l’heure où Numerama a recherché « realDonaldTrump » par curiosité), le compte banni était déjà en ligne (quelqu’un attendait donc le tweet d’Elon Musk pour appuyer sur un bouton, ce qui laisse supposer que la décision était prise bien avant le sondage). À sa réapparition, Donald Trump avait 0 abonné, mais ceux-ci sont revenus progressivement dans la nuit (son compte dépasse les 25 millions d’abonnés à 10h30). Tous les anciens tweets de l’ex-président américain sont là, y compris ceux mensongers et appelants à la violence.

Elon Musk a réactivé le compte de Donald Trump dans la nuit du 19 au 20 novembre. // Source : Capture Numerama
Elon Musk a réactivé le compte de Donald Trump dans la nuit du 19 au 20 novembre. // Source : Capture Numerama

Donald Trump va-t-il tweeter dans les prochaines heures ? Officiellement, l’ancien président dit que non (il a créé son propre réseau social et n’a pas d’intérêt à aider Elon Musk dans sa conquête du monde conservateur, d’autant plus que les deux hommes se sont insultés dans le courant de l’été). Cependant, Donald Trump est candidat à la présidentielle 2024. Se passer de Twitter n’aurait pour lui que peu d’intérêt. À terme, on ne voit pas trop comment il pourrait ignorer Twitter, après son retour héroïque sur la décision d’une personne. Musk fait du Trump, au service de Trump.