Après avoir séduit la « Trumpshère » en proposant de racheter Twitter au nom de la liberté d’expression, Elon Musk est désormais sa cible. L’ancien président américain l’accuse d’être un « bullshit artist » et se moque de Tesla et de SpaceX.

Dans l’affaire Twitter/Musk, il ne manquait plus que lui. Donald Trump, 45ème président américain et ex-utilisateur compulsif du réseau social (il en a été exclu en janvier 2021), a décidé de prendre pour cible le patron de Tesla et SpaceX, qui a signé un accord avec Twitter pour racheter l’entreprise mais ne souhaite plus l’honorer. Comment en est-on arrivé là ? Donald Trump et sa communauté reprochent à Elon Musk de ne pas tenir sa promesse, mais aussi d’avoir affirmé qu’il n’avait pas voté pour Trump.

« Comedian bullshit »

C’est lors d’un meeting en Alaska que les hostilités entre les deux hommes ont commencé. Donald Trump, sur scène, a présenté Elon Musk comme un de ses supporters, avant de dire qu’il savait depuis le début que le deal n’aboutirait pas (« qui vous l’a dit en premier ? Moi »). Trump prétend avoir étudié le contrat dans les détails, indique qu’il s’agit d’un « mauvais » deal et affirme avoir débusqué la fraude Musk plusieurs mois avant tout le monde. Pour lui, le milliardaire n’est qu’un « bullshit artist », que l’on pourrait tenter de traduire par un « comique à la con ».

Évidemment, l’affaire ne s’arrête pas là. D’abord parce que Donald Trump adore harceler ses cibles pendant plusieurs jours, ensuite parce qu’Elon Musk aime beaucoup trop la provocation pour ne pas répondre.

Sur Twitter, celui qui ne veut plus de Twitter a démenti les propos de Trump, affirmant ne pas avoir voté pour lui. Toujours dans une volonté de provoquer, Elon Musk a aussi décidé de soutenir Ron DeSantis, le gouverneur conservateur de Floride, vu par certains comme le principal concurrent de Trump en 2024. De quoi se mettre Trump à dos, et toute sa communauté. Là encore, Musk s’en amuse et les provoque à l’aide de mêmes. Il incite d’ailleurs Trump à aller bronzer au soleil, puisqu’il le pense trop vieux pour occuper des responsabilités.

Trump s’acharne sur Musk

Vous vous en doutez, ces attaques sont bien arrivées dans les oreilles de Donald Trump. Sur TRUTH Social, son réseau concurrent de Twitter, Trump s’est lancé dans une campagne d’acharnement contre Elon Musk. Il dit notamment qu’Elon Musk était prêt à « se mettre à genoux et à s’incliner » devant lui, réitère qu’il lui a dit avoir voté pour lui et tacle ses autres entreprises. Tesla en prend pour son grade : « ses voitures électriques qui ne roulent pas assez longtemps » et « ses voitures autonomes qui se crashent ». SpaceX aussi : « ses fusées qui ne vont nulle part ».

Trump Truth

Celles et ceux qui connaissent Trump le savent, il n’est pas facile à arrêter. D’autres publications publiées dans la foulée se moquent aussi de l’entrepreneur, comme une l’incitant à « se concentrer sur le bordel dans lequel il est, s’il ne veut pas payer 44 milliards pour quelque chose qui n’a peut-être aucune valeur ». Donald Trump y glisse un autre petit pic sur Tesla : « il y a aussi beaucoup de compétition sur les voitures électriques ! »

Elon et Donald, deux anciens copains

Pourtant, en avril 2022, Donald Trump encensait Elon Musk. Si l’ancien président et futur candidat à la Maison-Blanche disait ne pas vouloir revenir sur Twitter pour privilégier son propre réseau social TRUTH Social, il déclarait : « J’espère qu’Elon achètera Twitter parce qu’il y apportera des améliorations et que c’est un homme bien ». Tout cela n’était pas vraiment surprenant, on sait que les pensées des deux hommes se rejoignent sur de nombreux aspects. Durant le mandat de Trump, il avait d’ailleurs été reproché à Musk d’être trop proche du président américain. Musk défend aussi des idéologies semblables à celles de Donald Trump, comme la liberté d’expression absolue. Il critique aussi souvent la pensée démocrate qu’il assimile à de l’extrême gauche, comme Donald Trump.

Cette cour d’école entre deux personnalités impossibles à arrêter est finalement assez triste, pour ne pas dire ridicule. Si Trump est effectivement candidat en 2024, il est probable que Musk devienne une de ses cibles récurrentes. On peut d’ailleurs se demander qui la sphère conservatrice choisira entre ses deux vedettes milliardaires.