Elles sont prisées par les collectionneurs et les férus d’espace. Mais qu’est-ce qu’une météorite exactement ? Quelle différence entre météorite, météore, météoroïde et bolide ?

50 tonnes de matériaux rocheux venant de l’espace tombent chaque jour à la surface de notre planète. Ce sont ce qu’on appelle des météorites. La majorité d’entre elles proviennent d’une zone située entre Mars et Jupiter dans le système solaire : la ceinture principale d’astéroïdes.

Même si ces objets sont très éloignés les uns des autres dans cette ceinture (ils sont séparés par des milliers de kilomètres), il arrive que des collisions se produisent. Ces chocs peuvent fragmenter les astéroïdes. Les morceaux continuent de voyager dans l’espace et leur course peut se terminer lorsqu’ils sont attirés par la gravité d’une planète. S’ils parviennent jusqu’à sa surface, sans se consumer entièrement dans l’atmosphère, ils prennent alors le nom de météorites.

Météore, bolide, météoroïde, météorite : quelle différence ?

Le terme météorite est parfois confondu avec d’autres. Il s’agit du même type d’objet, mais nommé différemment selon le lieu où il se trouve :

  • Un météore (ou une étoile filante) est un phénomène lumineux provoqué par la chute d’un corps solide provenant de l’espace, dans l’atmosphère terrestre.
  • Un bolide est un météore particulièrement brillant, qui a l’aspect d’une boule de feu.
  • Un météoroïde est une « roche spatiale » : un corps solide en déplacement dans l’espace, allant de la taille d’un grain de poussière à un petit astéroïde. Si un météoroïde pénètre dans l’atmosphère de notre planète (ou d’autres planètes), il provoque un météore. Les plus massifs peuvent survivre à l’entrée dans l’atmosphère et devenir une météorite.
  • Une météorite désigne donc un fragment d’un météoroïde, tombé sur Terre.
météorite chondrite
Météorite chondrite tombée en Libye. // Source : Flickr/CC/Jan Helebrant (photo recadrée).

Sur Terre, on a découvert plusieurs milliers de météorites. Les scientifiques peuvent les utiliser pour en savoir plus sur l’histoire du système solaire. Il a été possible d’identifier la provenance de certaines, dont on sait qu’elle sont issues de la Lune ou de Mars — pour une dizaine de spécimens.

Quant aux météorites provenant de fragments d’astéroïdes, on les classe en deux groupes :

  • Les météorites primitives, ou non différenciées : elles viennent d’astéroïdes qui n’ont jamais eu une température assez élevée pour faire fondre les roches. Désignées sous le nom de chondrites, elles gardent en elles la mémoire des prémisses du système solaire. Les chondrites sont formées de petites billes agrégées, les chondres. 80 % des chondrites sont dites « ordinaires », c’est-à-dire composées d’olivine, de fer, de nickel, etc. L’autre groupe principal est celui des chondrites carbonées.
  • Les météorites différenciées : elles sont issues d’astéroïdes qui ont eu une température assez élevée pour entrainer un processus de différenciation, soit de séparation en diverses couches (comme la Terre, qui est un corps différencié avec une croûte, un manteau et un noyau). On y trouve des météorites ferreuses (morceaux de noyaux d’astéroïdes), des achondrites (surface d’astéroïde) et des lithosidérites (mixtes, contenant du fer et des silicates).

L’essentiel des météorites tombées sur Terre se présente sous la forme de poussières dont le diamètre est inférieur à 1 millimètre : on parle alors de micrométéorites. En plus de ces poussières, de très grosses météorites tombent aussi sur Terre ; le choc peut même créer des cratères d’impact.