Une météorite a été ramassée : c’est en Antarctique que ses découvreurs l’ont trouvée. La roche céleste est particulièrement massive : 7,5 kg, soit l’une des météorites les plus lourdes dénichées sur le continent austral.

L’Antarctique est un immense réservoir de météorites. Néanmoins, repérer les milliers de météorites enfouies sous les glaces est complexe. Une découverte de taille vient cependant d’avoir lieu sur le continent austral : une météorite de 7,5 kg, soit « l’une des plus lourdes découvertes sur ce continent », a annoncé l’Agence spatiale européenne (ESA) le 21 février 2023.

Le début d’année est favorable aux chasseurs de météorites. En France, un morceau d’un astéroïde a été retrouvé quelques jours après la chute de l’objet dans l’atmosphère terrestre. C’est assez rare : peu de chutes et de trouvailles de météorites ont été recensées en France, au fil des siècles. Découvrir une météorite est donc excitant, même s’il faut garder en tête quelques règles à respecter — et se demander si une météorite que vous ramassez vous appartient bien.

Des chasseurs de météorites guidés par des satellites

C’est une équipe de scientifiques belges qui s’est lancée dans une expédition à la recherche de cette roche extraterrestre. Ils ne l’ont pas fait sans guide : les recherches se sont fondées sur les données de Sentinel-2, des satellites d’observation de la Terre de l’ESA, utilisés dans le cadre du programme Copernicus. Coordonné par la Commission européenne et l’ESA, ce programme repose sur une large infrastructure, dont 6 groupes de satellites.

Grâce aux données, les scientifiques ont mis la main sur cinq météorites, dont la roche impressionnante de 7,5 kg. Les météorites sont désormais analysées à l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique.

Découverte de la météorite en Antarctique. // Source : ESA, Maria Valdes (photo recadrée)
Découverte de la météorite en Antarctique. // Source : ESA, Maria Valdes (photo recadrée)

Malgré ses conditions de vie difficiles, l’Antarctique est « l’un des meilleurs endroits au monde pour rechercher des roches spatiales », souligne l’ESA. Il y a deux raisons à cela, ajoute l’agence spatiale. D’abord, les météorites sont peu altérées, grâce à l’environnement sec du continent austral. De plus, il est plus facile de dégoter des météorites sur un fond brillant et glacé — que parmi un tas d’autres roches, par exemple.

La glace bleue de l’Antarctique, nid à météorites

L’Antarctique est aussi connu pour ses zones de glace bleue : dans ces endroits, la neige est chassée par le vent, laissant apparaître la glace dense dans une couleur bleue. Ces zones de glace bleue sont généralement proches de zones montagneuses (les montagnes faisant obstacle au mouvement de l’air et de la glace). Ces régions de glace bleue sont de véritables nids à météorites, qui y sont tombées directement ou y ont été transportées par l’écoulement glaciaire.

45 000 météorites ont été retrouvées en Antarctique au 20e siècle. « Seule une centaine d’entre elles avaient un poids égal ou supérieur à celui de la roche de 7,6 kg, ce qui en fait l’un des spécimens célestes les plus lourds jamais découverts sur le continent », note l’ESA.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !