L’hypothèse de chutes de météorites est parfois un peu trop vite avancée quand on ignore comment expliquer certains événements. Mais, les véritables risques de mourir à cause d’une météorite sont faibles.

💡 La réponse en une phrase : les risques de mourir à cause d’une chute de météorite sont quasi-nuls.

Une météorite a-t-elle vraiment traversé la carrosserie d’une voiture stationnée à Strasbourg le lundi 20 novembre 2023 ? Cette explication venue du ciel semble peu probable. Un gravillon retrouvé sur place est actuellement analysé, mais les experts de Vigie-Ciel, un programme de sciences participatives du Muséum national d’histoire naturelle, soulignent déjà qu’il n’y est probablement pour rien. Non seulement son aspect n’a rien de celui d’une météorite, mais en plus sa taille semble trop petite pour provoquer ce trou de 50 cm de diamètre constaté sur la Clio.

On peut cependant se poser des questions à l’aune de cet événement, par exemple : si je ramasse une météorite, est-elle à moi ? Ou, plus inquiétant, mais pas moins intéressant : quelles sont les probabilités de mourir à cause d’une chute de météorite ? Rassurez-vous, il faudrait vraiment être terriblement malchanceux pour que cela vous arrive.

Plus de chance d’être frappé par une tornade que d’être heurté par une météorite

« C’est un fait, il n’existe aucune trace, à l’époque moderne, d’une personne tuée par une météorite », affirme ainsi la Nasa. « Aucun être humain n’a été tué par une météorite ou par les effets de son impact durant les 1 000 dernières années », ajoute l’agence spatiale. En février 2016, des médias locaux indiens avaient certes rapporté le décès d’un homme, alors attribué à une chute de météorite. Or, la Nasa estimait que la piste de la météorite tueuse n’était pas convaincante, en raison de plusieurs indices troublants.

« Si on parle de mourir directement d’une chute de météorite (c’est-à-dire que l’impact de la météorite se fasse sur le corps et entraîne la mort à plus ou moins long terme), c’est quasi-nul : on ne l’a jamais vu, en tout cas, et on n’a pas assez de recul pour en tirer des statistiques », confirme à Numerama Karl Antier, membre du projet Vigie-Ciel.

« Vous avez plus de chances d’être frappé par une tornade, un éclair et un ouragan en même temps » que d’être heurté par une météorite, répondait de son côté l’ancien professeur d’astronomie Michael Reynolds, du Florida State College de Jacksonville, auprès de National Geographic. Le média cite aussi les travaux de Stephen Nelson, professeur de géologie à l’université Tulane. En 2014, il avait estimé que la probabilité de mourir d’un impact local de météorite au cours de sa vie était d’une sur 1,6 million.

Et les risques de mourir des conséquences d’un impact de météorite ?

La situation diffère un peu si l’on considère plutôt les effets secondaires d’un impact de météorite, poursuit Karl Antier. « [Le superbolide de] Tcheliabinsk [en 2013] a fait des blessés, mais pas de victimes. [L’événement de la] Toungouska [en 1908] n’a pas tué d’humains, mais des animaux et des arbres. Et de mémoire d’homme, personne n’est mort d’une chute de météorite. Donc on pourrait dire que les probabilités sont quasi-nulles. »

Les dinosaures s'étaient-ils posés cette question ? // Source : Canva
Les dinosaures s’étaient-ils posés cette question ? // Source : Canva

Stephen Nelson avait aussi fait des estimations pour déterminer le risque de mourir à la suite de l’impact global d’un astéroïde ou d’une comète, à l’échelle mondiale : 1 sur 75 000. Cela peut paraître beaucoup, mais il ne faut pas oublier un détail. « Si on prend les 100 derniers millions d’années, il y a eu un événement il y a 65 millions d’années qui fait considérablement grimper les probabilités de mourir d’un impact d’astéroïde… », explique Karl Antier à Numerama. Il fait évidemment référence à l’extinction des dinosaures, attribuée à une météorite (et peut-être également au volcanisme).

Le risque d’être tué par une météorite est donc extrêmement faible. Il faut savoir qu’il augmente avec la taille de l’objet, aussi les astronomes tentent de détecter le plus grand nombre possible d’objets potentiellement dangereux proches de la Terre. « Aucun objet de grande taille n’est susceptible de heurter la Terre au cours des prochaines centaines d’années, selon la Nasa. […] Il est trop tard pour les dinosaures, mais aujourd’hui les astronomes mènent des recherches de plus en plus poussées pour identifier tous les objets de grande taille qui représentent un danger d’impact pour la Terre. »


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !