Tous les projets de SpaceX n'en sont pas au même point de développement. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne les vaisseaux spatiaux fabriqués par l'entreprise américaine. Où en est-on en 2019 ?

Il est parfois difficile de s’y retrouver dans les nombreux projets que pilote SpaceX. L’entreprise américaine fondée par Elon Musk a annoncé beaucoup de choses ces dernières années, en particulier du côté des véhicules spatiaux : une nouvelle version de la fusée Falcon 9, la présentation du lanceur Falcon Heavy et la préparation d’une capsule Dragon adaptée aux humains. Numerama fait le point.

Les projets spatiaux de SpaceX // Source : Infographie Claire Braikeh pour Numerama

Falcon 9

C’est le fleuron de SpaceX. Son lanceur intermédiaire enchaîne depuis des années les missions consistant à mettre en orbite des satellites pour des opérateurs privés ou publics, américains ou non. Ce lanceur est réutilisable : SpaceX est en effet capable de rapatrier le premier étage sur terre comme sur mer. L’entreprise cherche aussi à récupérer les deux morceaux de la coiffe, mais elle n’y est pas encore parvenue.

La société avait aussi le projet de récupérer le deuxième étage du Falcon 9, mais l’idée est mise de côté. Il aurait fallu installer un bouclier thermique gonflable pour encaisser la rentrée atmosphérique, qui se fait à très grande vitesse, ce qui provoque une très forte élévation des températures à la surface. Il aurait fallu aussi pouvoir réceptionner en douceur l’étage sur terre.

La fusée Falcon 9, fer de lance des ambitions de SpaceX. // Source : SpaceX

Actuellement, la version employée par SpaceX est la « Full Thrust » (dite Falcon 9 v1.2 FT, ou « block 5 »). Elle a été utilisée pour la première fois en mai 2018 et comporte une multitude d’améliorations techniques. Avec elle, SpaceX compte se servir de chaque exemplaire une dizaine de fois avant de faire passer au lanceur un contrôle technique approfondi. Seules quelques vérifications sont effectuées entre deux vols.

Puisqu’il n’est plus dans les projets de SpaceX d’améliorer le deuxième étage du Falcon 9 pour en améliorer le potentiel de réutilisation, le développement d’une nouvelle mouture du Falcon 9 n’est pas au programme (le premier étage a été amélioré récemment et peut servir potentiellement une centaine de fois). De toute façon, SpaceX entend à terme remplacer cette fusée.

Dragon

Depuis la signature d’un accord avec la NASA en 2008, SpaceX s’occupe de ravitailler la Station spatiale internationale en alternance avec d’autres prestataires. Ces missions ont commencé en 2012 et ont presque toutes été un succès. Seule la mission CRS-7 — qui était donc la septième planifiée — a raté, à cause d’une explosion du deuxième étage d’une fusée Falcon 9 avait explosé après deux minutes de vol.

Jusqu’à présent, ces missions non habitées : le cargo n’accueille que du ravitaillement, du matériel et des instruments scientifiques. Cependant, SpaceX travaille pour élaborer une déclinaison de Dragon, nommée Dragon v2, qui peut accueillir un équipage. L’appareil pourra ainsi servir pour acheminer et rapatrier des spationautes de la Terre vers l’ISS et inversement.

Vu l’extrême sensibilité de ce type de mission — il y aura des humains à bord –, SpaceX doit remplir un cahier des charges extrêmement dense établi par la NASA. Un premier vol test est planifié pour le 17 janvier 2019. Plusieurs autres devront servir à qualifier définitivement SpaceX. Les premières rotations opérationnelles devraient survenir à partir de 2020, s’il n’y a pas de faux pas d’ici là.

Dragon
Le cargo Dragon qui sera testé lors du vol d’essai. // Source : SpaceX

Falcon Heavy

Début 2018, un chapitre important de l’histoire du Falcon Heavy a été écrit : le 6 février, la fusée lourde de SpaceX a effectué son vol inaugural en décollant de Floride. Aucun satellite n’a été mis en orbite à cette occasion. À la place, l’entreprise a retenu une charge utile très inhabituelle : une voiture de sport construite par Tesla. À son bord, figure un mannequin qui a reçu le sobriquet de Starman.

Depuis, SpaceX n’a plus donné la moindre nouvelle du Falcon Heavy. Des missions sont pourtant prévues, à une date incertaine : au moins cinq vols commerciaux sont annoncés, selon le manifeste de lancement de l’entreprise. Tous doivent partir du centre spatial Kennedy, basé en Floride. Ces cinq vols consistent à mettre sur orbite des satellites et des charges utiles, y compris pour l’armée américaine.

Dans la mesure où la société a l’intention de faire appel à un autre lanceur lourd, appelé Starship (ex-Big Falcon Rocket ou BFR), l’avenir du Falcon Heavy, dont des pièces sont réutilisables, à commencer par les boosters d’appoint, est bouché. Certains vols pourraient quand même avoir lieu avec cette fusée au moins jusqu’en 2022, mais le but à terme est de passer sur une nouvelle génération de lanceur

falcon-heavy-spacex
Le Falcon Heavy sur son pas de tir. // Source : SpaceX

Super Heavy & Starship

Oubliez la Big Falcon Rocket (ou BFR) : le lanceur a une nouvelle identité. Le premier étage où est placé le booster a été renommé en Super Heavy, tandis que le vaisseau spatial et l’étage supérieur s’appellent Starship. Pour le reste, rien ne change véritablement : l’engin doit pouvoir être réutilisé et servir non seulement aux missions classiques de SpaceX, ainsi qu’à la conquête du Système solaire.

La BFR a été dévoilée en septembre 2017, mais elle reste à construire. Certes, le chantier avance : en avril dernier 2018, une photo  du moule principal de cette fusée a été dévoilée. Les vols d’essai sont attendus pour cette année et les premières missions commerciales devraient avoir lieu en 2020. C’est cet engin qui servira à transporter un équipage faire une petite balade autour de la Lune.

Ce lanceur sera l’alpha et l’oméga des projets spatiaux de SpaceX. Comme l’expliquait en mai 2018 Elon Musk, le fondateur de l’entreprise, l’objectif est que cette fusée relève toute la gamme Falcon, que ce soit la jeune Falcon Heavy ou la très expérimentée Falcon 9. La mise en orbite de satellites passera donc par le couple Super Heavy + Starship, idem pour les missions vers l’ISS, la Lune et Mars.

Le futur rêvé de SpaceX. // Source : SpaceX

Partager sur les réseaux sociaux