SpaceX propose un mini-jeu de simulation spatiale : vous incarnez un astronaute contrôlant la capsule Crew Dragon et vous devez l'amarrer manuellement à la Station spatiale internationale (ISS). Moins simple qu'il n'y paraît.

Thomas Pesquet est à bord de la Station spatiale internationale (ISS) depuis le 24 avril. Le décollage de la fusée Falcon 9, en Floride, s’est très bien passé, tout comme l’amarrage de la capsule Crew Dragon. Il s’agit de la deuxième mission habitée opérée par SpaceX, après le vol d’essai Demo 2, l’an dernier, qui visait à qualifier l’entreprise américaine pour le transport d’astronautes.

L’équipage Crew 2 qui est arrivé fin avril à bord de l’ISS n’a pas eu grand-chose à faire le 24 avril, au moment du rendez-vous entre l’ISS et la capsule. Tout est automatisé — c’est ainsi que SpaceX opère d’ailleurs ses opérations de ravitaillement de l’ISS : comme il n’y a aucun astronaute, c’est à l’ordinateur de bord de se débrouiller. Le vaisseau spatial s’amarre et se désamarre de la station sans assistance humaine.

Évidemment, même si tout est supervisé par l’ordinateur de bord, les équipes présentes au centre de suivi des opérations surveillent comme le lait sur le feu tout ce qui se passe à 400 kilomètres d’altitude, pour parer toute éventualité. C’est la même chose pour l’équipage d’ailleurs : il peut prendre le contrôle manuel en cas de besoin. Lors du vol, il y a d’ailleurs un rôle de commandant de bord et un autre de pilote.

SpaceX ISS Docking Simulator
Notre première tentative a failli réussir. Failli.

Un jeu qui demande doigté et maîtrise

Vous pensez que c’est un jeu d’enfant ? Pour vous challenger, SpaceX a mis en ligne un jeu sur son site web qui vous propose de simuler l’amarrage manuel de la capsule à l’ISS. Afin de pousser le réalisme, l’entreprise américaine a reproduit l’interface visuelle que voient les astronautes lors de la manœuvre, et chaque impulsion donnée à l’engin entraîne une inertie qu’il faudra en permanence atténuer.

Pour réussir, vous devrez aligner correctement le Crew Dragon avec l’ISS. Pour cela, tous les voyants doivent être verts, avec le moins d’écart possible. Des contrôles sont là pour freiner ou accélérer le vaisseau, l’orienter dans diverses directions, le décaler horizontalement ou verticalement ou changer le niveau de précision des mouvements.

SpaceX prévient : « le mouvement dans l’espace est lent et nécessite de la patience et de la précision ». Une mise en garde utile : on a vite tendance à appuyer déraisonnablement sur les contrôles du Crew Dragon pour rejoindre rapidement l’ISS. Cet empressement jouera contre vous et vous serez très vite désaligné par rapport à la cible. Aurez-vous les qualités citées par SpaceX pour éviter de vous écraser piteusement contre l’ISS ?

(mise à jour de l’article avec la mission Crew 2)

Article publié initialement le 17 mai 2020 et mis à jour le 01 mai 2021

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo