SpaceX a dévoilé le nom de son premier touriste qui fera le tour de la Lune en 2023. Il s'agit d'un milliardaire japonais, Yusaku Maezawa. Il ne fera pas le voyage seul : huit artistes l'accompagneront.

Il n’est ni astronaute, ni pilote de l’air, ni même titulaire d’un diplôme scientifique particulier. C’est pourtant Yusaku Maezawa que SpaceX a choisi pour être le premier touriste à faire le tour de la Lune. Il faut dire que le Japonais de 42 ans est riche. Très riche : sa fortune s’élève 2,9 milliards de dollars, selon Forbes, qu’il a bâtie grâce à son site de vente en ligne spécialisé dans les vêtements, Zozotown.

Combien a-t-il payé pour avoir le droit de monter à bord de la fusée qui l’emmènera à proximité du satellite terrestre ? Nul ne le sait, car ni Elon Musk — le fondateur de SpaceX — ni le futur voyage spatial n’ont souhaité le dévoiler. Mais sans doute la note s’élève-t-elle à quelques dizaines, voire centaines de millions de dollars, estime le New York Times. Surtout que l’homme ne partira pas seul.

Des artistes l’accompagneront

Il emmènera avec lui huit artistes et personnalités du monde de la culture. Un voyage que Yusaku Maezawa leur offre — on ne connaît pas encore leur identité ni les critères de sélection — mais qui ne sera pas vraiment des vacances. En effet, une fois de retour sur Terre, il leur faudra «  créer quelque chose. Leurs chefs-d’œuvre inspireront tous les rêveurs qui sommeillent en nous  », a-t-il déclaré.

Car à côté de ses activités d’entrepreneur, Yusaku Maezawa est aussi collectionneur d’art. Sur son site web, il explique vouloir notamment emmener avec lui un peintre, un cinéaste et un artiste de mode. D’autres pictogrammes semblent également montrer un musicien, une danseuse, un photographe, un cuisinier et un architecte. Qu’adviendra-t-il ensuite des œuvres créées ? Cela reste aussi à déterminer.

Vol en 2023

Sur le voyage lui-même, la perspective d’un vol en 2019 est désormais écartée. Il faut dire que le lanceur Big Falcon Rocket, qui emmènera tout ce beau petit monde, est encore à ce jour en cours de fabrication. Il faut d’abord l’achever mais aussi mener une intense campagne de test afin de s’assurer de son bon fonctionnement et de la viabilité d’un vol habité. Un incident ferait mauvais effet.

Il est maintenant question de 2023. À ce sujet, le New York Times rappelle non sans malice que « les prévisions d’Elon Musk concernant les échéanciers de SpaceX se sont généralement révélées beaucoup trop optimistes ». Cela s’est vu pour le lanceur Falcon Heavy, qui devait voler au départ en 2013 mais ne s’est arraché de la gravité terrestre que cinq ans plus tard.

Quant au voyage lui-même, il devrait durer quatre à cinq jours et le survol de la Lune devrait se faire à quelques 200 kilomètres d’altitude.

Partager sur les réseaux sociaux