Ce n'est pas parce qu'Epic a gagné une partie de son procès contre Apple que le jeu Fortnite va immédiatement revenir sur l'App Store.

Epic Games a gagné une partie de son procès contre Apple, mais cela ne signifie pas que Fortnite sera immédiatement de retour sur l’App Store. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’éditeur de jeux vidéo ne l’a pas emporté sur tous les fronts, malgré une première victoire le 10 septembre 2021 : le fait qu’Apple ne pourra plus forcer l’utilisation de son système d’achat in-app intégré à son App Store.

« Fortnite reviendra sur l’App Store d’iOS quand, et seulement quand, Epic pourra proposer des paiements in-app qui soient aussi compétitifs que les paiements in-app d’Apple, ce qui permettra aux consommateurs de faire des économies », a tweeté Tim Sweeney, le patron d’Epic Games. En résumé : Fortnite dans l’App Store, ce n’est pas pour tout de suite.

Un tweet du patron d’Epic Games le 10 septembre 2021 // Source : Twitter/TimSweeneyEpic

Le nerf de la guerre : les paiements dans les applications

De quoi parle-t-on exactement ? Apple dispose d’un système de paiement intégré dans toutes les applications présentes dans son magasin en ligne : il lui permet de prélever une commission (entre 15 % et 30 %) sur chaque transaction qui a lieu dans l’application, à partir du moment où elle a été téléchargée depuis son App Store. Par exemple, si vous avez téléchargé Candy Crush sur votre iPhone via l’App Store, et que vous achetez pour 10 euros de bonus dans l’application, Candy Crush recevra 7 euros, et Apple 3 euros.

Epic Games, éditeur de jeux vidéo extrêmement puissant (qui a créé le célèbre jeu de construction et de survie Fortnite), a décidé de partir en guerre contre ce qu’il considérait comme une injustice, provoquant un des plus gros procès de la Silicon Valley depuis une décennie. Car concrètement, les pratiques d’Apple n’ont pas seulement des conséquences sur Epic, mais sur toutes les apps qui passent par le store d’Apple, et qui doivent céder une partie de leurs revenus en échange.

En cela, la récente décision de la juge américaine est un gros bouleversement : elle a tranché qu’Apple ne pourrait plus imposer uniquement son système de paiement in-app. Sur le papier, Epic Games devrait être satisfait, mais dans les faits, le studio de jeux vidéo a tout de même perdu beaucoup d’argent, et Apple n’a au fond que des petites concessions à faire, qu’il avait déjà largement entamées.

La firme à la pomme avait par exemple, fin août 2021, commencé à lâcher du lest pour satisfaire les développeurs et développeuses, après avoir au préalable également diminué sa commission de 30 % à 15 % pour les petits développeurs. Le 2 septembre, soit quelques jours avant le verdict, Apple avait même accepté que des apps comme Netflix ou Spotify (dites « de lecture ») puissent rediriger leurs utilisateurs et utilisatrices hors de l’app iOS.

Fortnite et l’App Store, une histoire qui dure

Tout avait commencé par une (grosse) provocation d’Epic Games en août 2020, lorsque l’éditeur de jeux vidéo avait décidé d’ajouter de force un système de paiement « in app », à lui, dans son application Fortnite. L’objectif : montrer aux utilisateurs et utilisatrices qu’ils paieraient supposément leurs achats virtuels 30 % moins cher si Epic n’était pas obligé de passer par le processus d’Apple. Cette charge audacieuse relevait autant d’une remise en question intéressante des pratiques du constructeur de smartphones que d’un gros coup de communication — car Epic Games aurait eu tout à fait les moyens de verser cette commission à Apple.

L’exemple donné par Epic Games d’un futur paiement dans l’app iOS Fortnite // Source : Epic Games

Trois jours plus tard, Apple avait banni Epic Games de son App Store, où l’application Fortnite n’est plus jamais revenue. Depuis, les deux géants se menaient une guerre par voie juridique interposée, qui a pris fin (en partie, car Epic a fait appel) le 10 septembre 2021, lorsque la juge a décidé qu’Apple devait faire des concessions, mais sans pour autant donner totalement gain de cause à Epic.

Ce dernier a d’ailleurs été condamné à payer des millions de dollars de dommages, pour avoir contourné le système de paiement d’Apple alors que c’était contraire aux règles qu’il avait acceptées à la base. C’est pour cette raison qu’Apple n’a d’ailleurs pas été obligé à réintégrer Fortnite à son App Store : la juge a estimé que les conditions de leur contrat original étaient claires, qu’Epic les a enfreints en connaissance de cause, et donc qu’Apple avait le droit de virer le jeu de son magasin virtuel.

Pourquoi Epic ne remet-il pas Fortnite sur l’App Store ?

D’après Tim Sweeney, toutes les conditions ne sont pas requises pour que son jeu revienne sur l’App Store. Il convient de rappeler que Fortnite est un jeu gratuit, mais qui rapporte énormément d’argent grâce aux achats cosmétiques (des skins, des danses) que font les joueurs et joueuses pour personnaliser leurs avatars, bien que cela ne leur donne aucun avantage compétitif dans les parties. Entre 2018 et 2020, les dépenses sur iOS ont compté pour 8 % des revenus totaux d’Epic Games, ce qui n’est pas gigantesque par rapport à la part des consoles, mais tout de même important, car on parle ici de millions de dollars.

Concrètement, la juge a demandé qu’Apple permette aux applications de renvoyer vers des systèmes de paiement extérieurs, donc que les utilisateurs aient la possibilité de payer ailleurs que via le système de l’App Store. Par exemple, cela signifie qu’il serait possible de cliquer sur un lien dans l’app Fortnite qui emmènerait en dehors de l’app pour régler une transaction — celle-ci ne serait alors pas soumise aux 30 % de commission d’Apple, et l’achat serait donc techniquement moins cher, si l’éditeur décide de répercuter cette baisse.

Cependant, le CEO d’Epic Games pense que le fait de sortir de l’application en cliquant sur un bouton (ou un lien) est un geste lourd de sens pour les mobinautes, et qu’Apple gardera un avantage en leur permettant de payer directement dans l’application en un clic. Reste à voir s’il cédera, comme ce fut le cas avec le Google Play Store l’an passé, où Fortnite est bien disponible, malgré la commission de 30 % que prélève Google.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo