Apple a supprimé le compte développeur d'Epic Games, car il ne suivait pas les règles de l'App Store. Un privilège que le studio s'est donné en lançant une croisade commerciale contre l'entreprise de Cupertino et qui est jugé par Apple « injuste pour les développeurs qui respectent les règles ».

La menace a été mise à exécution. Le 28 août 2020, Apple a fermé le compte développeur d’Epic Games, studio derrière Fortnite et l’Unreal Engine. L’entreprise de Cupertino a commenté : «  Nous sommes très déçus d’avoir été contraints de supprimer le compte d’Epic Games sur l’App Store. Nous avons travaillé avec le développeur pendant des années, sur leurs lancements et leurs sorties. Le tribunal a recommandé à Epic de suivre les lignes directrices de l’App Store pour que l’affaire se poursuive sereinement, dès lignes directrices qu’ils ont suivies ces dix dernières années avant de créer cette situation. Epic a refusé. »

Apple poursuit en affirmant que le développeur n’a pas cessé de soumettre des versions de Fortnite qui allaient à l’encontre des règles de l’App Store. Un passe droit qui aurait été « injuste » à l’égard des autres développeurs qui respectent les règles, affirme le communiqué. Et, dans une dernière tirade, Apple ne ferme pas la porte à une collaboration future : «  Nous espérons pouvoir travailler de nouveau ensemble à l’avenir, même si ce n’est malheureusement pas possible aujourd’hui  ».

Cette décision est la réponse à une campagne de communication en jeu et sur les réseaux sociaux, au cours de laquelle Epic souhaitait mettre en avant la « taxe Apple ». Cette commission prélevée par Apple au titre d’éditeur de l’App Store et pratiquée par la plupart des entreprises qui proposent une place de marché en ligne et été jugée injuste par Epic Games. C’est notamment le chiffre de 30 %, classique dans l’industrie, qui est pointé du doigt comme trop élevé. Epic Games, sur son propre marché d’applications, prélève 12 % des ventes des développeurs. Apple n’applique une réduction de cette commission que lorsqu’un service par abonnement entraîne une fidélisation de l’utilisateur, passant alors à 15 %. D’autres types de transactions, comme les biens physiques, ne sont pas taxés — avec Fortnite, basé sur les micro transactions cosmétiques, Epic Games a donc précisément créé un modèle d’affaires qui n’entre que dans la catégorie la plus taxée.

La guerre des Tim // Source : Epic Game

Qu’est-ce que cela implique pour Fortnite ?

Depuis la sortie de la saison 4 de Fortnite plus tôt dans la semaine, les joueurs sur iOS n’étaient déjà plus sur le même jeu. Epic Games avait divisé son titre en deux versions : la première, sur iOS est restée à la saison 3 et bloque la progression des joueurs. L’autre, disponible partout où un téléchargement du lanceur Epic peut être accompli, est passée à la saison 4. Mais cette nouvelle sanction d’Apple réduit encore les possibilités des joueurs sur iOS : s’ils n’ont pas téléchargé Fortnite sur leur appareil, il n’est plus possible de le télécharger de nouveau comme c’était le cas au lancement de l’affaire.

Cela signifie que plus personne ne peut faire de nouvelle installation de Fortnite sur iOS, quel que soit l’appareil utilisé. Les versions déjà téléchargées continuent cependant de fonctionner.

Tim Sweeney, fondateur d’Epic Games, a assuré de son côté que trois versions de Fortnite avaient été soumises à Apple dans la semaine qui s’est écoulée. Et même s’il conteste la décision, le CEO confirme qu’Epic n’a pas retiré la fonctionnalité de paiement tiers au cœur de la polémique.

Crédit photo de la une : Epic Games

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo