Microsoft sortira en fin d'année la Xbox Series X, une console surpuissante qui prendra la suite de la Xbox One. On connaît ses caractéristiques, son design et une partie du catalogue de jeux. Faisons le point.

Microsoft a pris tout le monde de court quand Phil Spencer est apparu à la cérémonie des The Game Awards 2019 — les Oscars du jeu vidéo — pour officialiser la Xbox Series X (ex-Project Scarlett). Elle fera entrer la firme de Redmond dans la nouvelle génération pour lutter contre la PlayStation 5. Quelques semaines plus tard, à l’occasion d’un article publié sur le site officiel le 24 février, Phil Spencer a repris la parole pour dévoiler les caractéristiques techniques de la machine d’une puissance de 12 teraflops.

Dès lors, on se pose plusieurs questions sur cette Xbox Series X, dont le nom évoque la commercialisation de plusieurs modèles (dont un moins cher qui pourrait être appelé Xbox Series S). Quel design ? Quelle manette ? Quelle puissance ? Quel catalogue ? Quel prix ? On a déjà quelques réponses à ces interrogations clés, sachant que Microsoft a prévu un rendez-vous vidéo mensuel baptisé Xbox 20/20, dont la première édition — centrée sur les jeux — s’est tenue le 7 mai. Le 23 juillet, on a découvert des jeux exclusifs grâce à une nouvelle présentation.

Xbox Series X // Source : Microsoft

Une tour de PC

Microsoft n’a pas toujours été à la fête en matière de design. La toute première Xbox était beaucoup trop massive, la Xbox 360 était mal conçue tandis que la Xbox One a tout simplement été détestée. Mais la firme de Redmond a fait preuve de bon goût depuis, en témoignent la Xbox One S et, surtout, la Xbox One X, étonnante de compacité et de silence au vu de la puissance embarquée. Pour la Xbox Series X, Microsoft a fait un choix très étonnant : elle ressemble à une petite tour de PC pouvant être placée à la verticale comme à l’horizontale.

À la verticale, la hauteur dépasse à peine l’équivalent de trois manettes à en juger par les images, pour une largeur contenue. Bref, si cette forme ne paraît pas pratique à caser sur un meuble TV, les mensurations s’avèrent suffisamment petites pour pouvoir lui trouver une place malgré tout. La console conserve un lecteur de disque et ce petit logo lumineux très joli.

Xbox Series X // Source : Microsoft

En réalité, Microsoft a fait ce choix pour une raison claire : la dissipation thermique (note : l’air chaud monte) et le bruit. La multinationale ne veut pas d’une console bruyante et/ou qui surchauffe. Pour une montée en puissance maximale, opter pour un design plus PC que console paraît indispensable. D’ailleurs, certains ont déjà remarqué que la Xbox Series X ressemble au boîtier SilverStone Fortress FT03.

Au niveau des dimensions, cela donne 15,1 x 15,1 x 30,1 centimètres pour un poids de 4,45 kilogrammes (contre 3,69 pour la Xbox One X). Quant à la connectique, on retrouve : un port HDMI 2.1, trois ports USB 3.2, un port Ethernet et un slot pour augmenter la capacité de stockage. Sur ce point, Microsoft s’est associé à Seagate pour concevoir de grosses cartes mémoires propriétaires d’un To. De base, la Xbox Series X aura un SSD d’un To.

Un pad dans la continuité

Bien avant l’officialisation de la Xbox Series X, Microsoft avait annoncé la rétrocompatibilité des accessoires Xbox One. Logique puisqu’il faut vendre l’excellente manette Xbox Elite Series 2 facturée 180 euros et lancée en novembre dernier. Néanmoins, la future console sera livrée avec un pad légèrement revu. De loin, il ressemble à celui de la Xbox One. Mais on peut remarquer quelques évolutions.

« Sa taille et sa forme ont été repensées pour s’accommoder à une frange plus large de joueurs », explique Phil Spencer sur le site officiel. Il faudra mettre les deux manettes côte à côte pour réellement s’en rendre compte. Du reste, le pad de la Xbox Series X, baptisé Xbox Wireless Controller, inclut un nouveau bouton facilitant le partage de captures d’écran (comme sur la DualShock 4 de Sony), une croix directionnelle inspirée de la Elite Series 2 et un grip sur les gâchettes. Elle sera compatible avec la Xbox One et Windows 10. 

Manette de la Xbox Series X

Puissance équivalente à deux Xbox One X

Microsoft aime les consoles puissantes et la Xbox Series X ne déroge pas à la règle. Avec sa puce maison basée sur les architectures AMD Zen 2 et RDNA 2 (encore inédite), l’engin offrira une puissance graphique deux fois supérieure à celle de la Xbox One X — soit l’équivalent de 12 teraflops (c’est plus qu’une Nvidia RTX 2080) — et un CPU quatre fois plus performant. Le constructeur vise une résolution 4K et un framerate à 60 fps, mais évoque la 8K et les 120 fps (un rêve ?).

Xbox Series X // Source : Microsoft

La Xbox Series X sera par ailleurs compatible avec les technologies suivantes :

  • Variable Fresh Rate (VRR) pour améliorer la netteté des mouvements en ajustant constamment la fréquence d’actualisation des images envoyées par la source vers l’écran ;
  • Variable Rate Shading (VRS) ou une technologie brevetée qui permet aux développeurs d’améliorer le framerate en jouant sur la résolution d’une partie de l’image (« Cette technologie offre un framerate plus stable et une meilleure définition, avec zéro impact sur la qualité d’image finale ») ;
  • Xbox Velocity Architecture ou architecture optimisée pour un accès rapide au contenu des jeux (les studios pourront charger jusqu’à 100 Go de contenu) ;
  • Auto Low Latency Mode (ALLM) qui permet à un téléviseur compatible de basculer automatiquement en Mode Jeu ;
  • Dynamic Latency Input (DLI) pour une meilleure latence ;
  • Ray tracing pour des effets lumineux et des reflets plus réalistes ;
  • Compatibilité avec un framerate jusqu’à 120 fps (ce sera le cas pour Ori and the Will of the Wisps) ;
  • Upscaling des jeux en HDR (même les plus anciens).

Phil Spencer évoque une intégration dans le cloud, encore floue à l’heure où nous écrivons ces lignes. Mais on sait depuis le 16 juillet que le Xbox Game Pass et Project xCloud vont fusionner pour donner naissance à un Netflix du jeu vidéo. La Xbox Series X en profitera avec plusieurs jeux disponibles dans l’abonnement le jour de leur sortie (exemple : S.T.A.L.K.E.R. 2).

Microsoft souhaite également que l’on joue plus vite, avec moins d’attente au programme. La Xbox Series X aura un SSD pour des temps de chargement réduits au maximum (notamment pour les voyages rapides dans les jeux en monde ouvert). La console introduira par ailleurs la fonctionnalité Quick Resume, qui permettra de mettre en pause plusieurs jeux en même temps et de pouvoir les reprendre à l’envi, presque instantanément.

Les jeux

Bien évidemment, une console, si puissante soit-elle, n’est rien sans un catalogue de jeux de qualité. Sur ce point, on navigue un peu moins dans le flou depuis le Xbox Inside du 7 mai, pendant lequel on a découvert une dizaine de jeux à paraître sur la console — parmi lesquels Assassin’s Creed Valhalla. La Xbox Series X a été annoncée aux côtés d’une seule exclusivité : Senua’s Saga : Hellblade II, développé par Ninja Theory (studio qui appartient à Microsoft). Il y aura aussi Halo Infinite. À noter que Microsoft pourrait récupérer tous les studios de Warner Bros., ce qui lui offrirait une sacrée force de frappe dans sa lutte contre Sony.

Lors de son Xbox Games Showcase du 23 juillet, Microsoft a montré les exclusivités suivantes :

  • Halo Infinite (343 Industries)
  • State of Decay 3 (Undead Labs)
  • Forza Motorsport (Turn 10 Studios)
  • Avowed (Obsidian)
  • As Dusk Falls (INTERIOR/NIGHT)
  • Crossfire X (Smilegate Entertainment)
  • Fable (Playground Games)
  • Senua’s Saga : Hellblade II (Ninja Theory)

La Xbox Series X bénéficiera aussi d’exclusivités temporaires :

  • S.T.A.L.K.E.R. 2 (GSC Gameworld)
  • Warhammer 40.000 : Darktide (Fatshark)
  • The Medium (Bloober Team)
  • Tetris Effect Connected (Enhance)
  • The Gunk (Thunderful Publishing)

En prime, la Xbox Series X sera capable de faire tourner la quasi totalité du catalogue disponible sur Xbox One, ce qui vaut pour les vieux titres Xbox et Xbox 360, ainsi que le Game Pass. Comme le rappelle Phil Spencer, ce sont des milliers de jeux étalés sur trois générations qui seront réunis sur une seule et même console. On pourra même miser sur des améliorations visuelles pour certain d’entre eux. «  Tous les jeux Xbox One ne nécessitant pas Kinect pour fonctionner seront jouables sur Xbox Series X, dès le lancement de la console. Et grâce à la puissance sans précédent de la Xbox Series X, la plupart de vos jeux préférés se chargeront plus rapidement, seront plus beaux et bénéficieront de meilleures performances », annonce Phil Spencer le 16 juillet. 

Il y a en tout cas la volonté d’assurer une transition douce. « Avec nos jeux First Party, à commencer par Halo Infinite en 2020, nous nous engageons à assurer la cross-generation, avec partage des Succès et des sauvegardes entre les différents appareils », promet Phil Spencer. Une promesse qui a pris du plomb dans l’aile après le Xbox Games Showcase. En prime, il ne faudra pas racheter les jeux exclusifs, qui tourneront alors sur toute la gamme de consoles. « Nous promettons d’utiliser la technologie Smart Delivery pour tous nos jeux, y compris Halo Infinite, pour nous assurer que vous n’achèterez les jeux qu’une seule fois et que vous bénéficierez de la meilleure version possible en fonction de la plateforme sur laquelle vous jouez », explique Phil Spencer. Smart Delivery est mis à disposition des développeurs, qui pourront choisir de l’appliquer à leurs jeux qui sortiront sur Xbox One puis Xbox Series X — ou de vous faire payer plusieurs fois.

On peut déjà dresser une liste des premiers jeux optimisés Xbox Series X :

  • Assassin’s Creed Valhalla (Ubisoft)
  • Bright Memory Infinite (Playism)
  • Call of the Sea (Raw Fury)
  • Chorus (Deep Silver)
  • Cyberpunk 2077 (CD Projekt Red)
  • Destiny 2 (Bungie)
  • DiRT 5 (Codemasters)
  • Far Cry 6 (Ubisoft)
  • FIFA 21 (EA)
  • Forza Horizon 4 (Microsoft)
  • Gears 5 (Microsoft)
  • Gears Tactics (Microsoft)
  • Halo Infinite (Microsoft)
  • Madden NFL 21 (EA)
  • Marvel’s Avengers (Square Enix)
  • Metal : Hellslinger (Funcom)
  • Ori and the Will of the Wisps (Microsoft)
  • Rainbow Six Siege (Ubisoft)
  • Scarlet Nexus (Bandai Namco Entertainment)
  • Scorn (ebb)
  • Sea of Thieves (Microsoft)
  • Second Extinction (Systemic Reaction)
  • The Ascent (Neon Giant / Curve Digital)
  • Vampire : The Masquerade – Bloodlines 2 (Paradox Interactive)
  • Watch Dogs Legion (Ubisoft)
  • Yakuza : Like a Dragon (Sega)

C’est combien ?

Il est encore trop tôt pour parler du prix de la Xbox Series X. Mais on peut spéculer : elle ne devrait pas dépasser les 500 euros, soit le tarif de la Xbox One X. La disponibilité, en revanche, a été annoncée à fin 2020. La pandémie de coronavirus ne devrait pas avoir d’impact sur le planning — a promis Phil Spencer.

Du côté des jeux, on pourrait passer de 70 à 75 euros, comme le prouve l’exemple NBA 2K21. Dans un premier temps, Ubisoft n’augmentera pas ses prix.

Article publié initialement le 13 décembre 2019

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo