Microsoft a suscité de l'intérêt, un peu, mais aucune hype à l'occasion de son Xbox Inside consacré à la présentation des premières phases de gameplay de la Xbox Series X. L'exercice était trop périlleux.

Microsoft a eu l’audace de se mouiller mais on a désormais le sentiment que le géant américain s’est surtout brûlé. Le 7 mai, à l’occasion d’un Xbox Inside long de 47 minutes, il présentait les premières images de gameplay de la Xbox Series X. Il s’agissait d’un rendez-vous attendu et périlleux. Au moins la firme de Redmond dispose d’une esquisse de catalogue à attacher à la Xbox Series X quand, en face, il n’y a rien à se mettre sous la dent — ou presque.

À l’arrivée, ce Xbox Inside n’aura pas créé l’engouement escompté. Mais, en y réfléchissant, Microsoft pouvait difficilement réussir cette conférence qui en appellera d’autres, dans les mois à venir, jusqu’au lancement de la Xbox Series X. On savait dès le départ qu’il n’y aurait aucune exclusivité (il faudra patienter jusque juillet). À ce souci de fond s’est ajoutée une forme discutable.

Pour la Xbox Series X, la hype attendra

Les chiffres sont là : on a vu une dizaine de jeux durant cet Xbox Inside, dont l’immense majorité était ce que Microsoft appelle des ‘world premiere’. En termes de rythme, ce choix d’empiler les nouveautés n’est pas pertinent puisque l’on voit beaucoup mais que l’on ne retient rien. On a à peine pu profiter de quelques explications sur une poignée de titres, mais sans qu’il n’y en ait aucun qui sorte vraiment du lot. Pourtant, l’intrigant Bright Memory : Infinite avait donné des premières notes encourageantes jusqu’à aboutir à une mélodie finale à l’arrière goût d’inachevé.

C’est d’autant plus vrai que Microsoft s’est perdu dans la communication sur les arguments liés à la marque Xbox. Un coup, le jeu appartenait au Xbox Game Pass. Un coup, il était compatible avec la fonctionnalité Smart Delivery (qui promet la meilleure expérience, qu’importe la génération sur laquelle on joue). C’est peut-être la seule information pertinente à retenir de cet Xbox Inside : la transition en douceur sera assurée avec 9 jeux supplémentaires compatibles (y compris Assassin’s Creed Valhalla).

Il a aussi fallu deviner les promesses graphiques, aussi bien en termes de définition et de framerate. On a pu profiter de quelques effets visuels très impressionnants (les bourrasques de Bright Memory : Infinite) — sans avoir l’impression d’avoir pris une baffe. Sur ce point, on ne peut pas en vouloir à Microsoft. Comment vanter les mérites d’une console supposée surpuissante quand le flux vidéo ne le permet pas vraiment ? Ou, pire, quand les utilisateurs regardent la vidéo sur Facebook ou Twitter, en 720p ? La multinationale n’a pas été aidée non plus par le confinement, qui a éparpillé les intervenants. Le Xbox Inside est, habituellement, un rendez-vous de rassemblement.

Assassin’s Creed Valhalla // Source : Ubisoft

Petit détail amusant, pendant une bonne partie de la diffusion, un bandeau défilant rappelait que du gameplay d’Assassin’s Creed Valhalla allait être partagé. Comme si le blockbuster d’Ubisoft pouvait s’improviser Messie d’un événement décevant. Hélas, ce n’était pas le cas : on aurait aimé voir du vrai gameplay, quitte à avoir l’illusion que quelqu’un jouait pendant quelques minutes. Mais il a fallu se contenter d’une bande-annonce avec le moteur du jeu, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

Finalement, on pourra affirmer que la Xbox Series X dispose de jeux mais que Microsoft n’a pas su bien les mettre en avant pour des raisons qui lui incombent (trop de jeux expédiés) et d’autres qui ne sont pas de son fait (les nombreuses contraintes techniques). Dommage.

Partager sur les réseaux sociaux