Microsoft s'est offert la maison-mère de l’éditeur de jeux vidéo Bethesda, qui possède plusieurs studios de renom et licences phares. Cette acquisition suscite plusieurs questions.

À la veille de l’ouverture des précommandes de la Xbox Series S et de la Xbox Series X, le 21 septembre 2020, Microsoft a lâché une bombe. Alors que personne ne s’y attendait, la firme de Redmond a décidé de racheter ZeniMax Media, maison-mère de l’éditeur de jeux vidéo Bethesda Softworks (Doom, Wolfenstein, Fallout, The Elder Scrolls…).

L’impact de cette acquisition ne sera apprécié que dans plusieurs années, une fois que Microsoft aura bien intégré tous les atouts qu’il récupère d’un seul coup. En attendant, le rapprochement entre les deux acteurs majeurs de l’industrie pose plusieurs questions, notamment du côté du caractère exclusif des prochaines productions imaginées par les studios de Bethesda. On fait le point.

Microsoft rachète Bethesda // Source : Xbox

Combien a coûté le rachat ?

7,5 milliards de dollars. C’est dire combien cette transaction est immense dans le paysage vidéoludique, appuyée par son caractère inattendu. Pour cette somme, Microsoft récupère plusieurs studios, des milliers de talents et des marques fortes — qu’elles aient besoin d’être relancées ou non.

Pour mieux se rendre compte de l’ampleur de la transaction, il faut rappeler que :

Qu’est-ce que ça change pour Microsoft ?

Ces dernières années, Microsoft a fait l’acquisition de nombreux studios de développement pour consolider sa position d’éditeur de jeux vidéo — sous le label Xbox Game Studios. Ils étaient quinze avant le rachat de Bethesda, ils sont désormais… vingt-trois ! Ils sont rattachés à des licences fortes, parmi lesquelles Doom, Quake, Wolfenstein, The Elder Scrolls ou encore Fallout.

En signant un chèque de 7,5 milliards de dollars, Microsoft récupère :

  • Bethesda Game Studios (Fallout, The Elder Scrolls, Starfield) ;
  • id Software (Quake, Doom, Rage) ;
  • ZeniMax Online Studios (The Elder Scrolls Online) ;
  • Arkane (Prey, Dishonored, Deathloop) ;
  • MachineGames (Wolfenstein) ;
  • Tango Gameworks (The Evil Within, Ghostwire : Tokyo) ;
  • Alpha Dog (jeux mobiles) ;
  • Roundhouse Studios (ex-Human Head, fondé fin 2019).

« Avec l’acquisition de Bethesda, nous doublons notre capacité pour les contenus gaming, métaphoriquement et littéralement », résume Satya Nadella dans les colonnes de Bloomberg. 

Les jeux Bethesda vont-ils devenir exclusifs ?

La logique voudrait que toutes les licences détenues par Bethesda deviennent exclusives à l’écosystème Microsoft (consoles Xbox, PC sous Windows 10 et mobile sous Android). D’autant que la firme manque d’exclusivités de poids pour lutter face à celles de Sony. Si elle est respectée, les joueurs PS5 seraient par exemple privés du prochain The Elder Scrolls.

Mais Microsoft n’est pas un constructeur très fermé et il n’hésitera pas à proposer les jeux de Bethesda sur un maximum de plateformes par pur souci de rentabilité. Après tout, Minecraft n’est pas uniquement disponible sur Xbox One et Windows 10 et, encore récemment, Microsoft a lancé Ori and the Will of the Wisps sur Nintendo Switch.

Dans un entretien accordé à Bloomberg, Phil Spencer, patron de la branche Xbox, a entrouvert la porte : « Nous regarderons les autres consoles au cas par cas. » Cela signifie que la priorité sera donnée aux joueurs Xbox et PC mais que des portages ne sont pas à exclure — que ce soit le jour de la sortie ou un peu plus tard.

En charge de Bethesda Game Studios, Todd Howard partage cette ouverture. Sur le blog officiel, il a rappelé une anecdote liée à l’arrivée du RPG Morrowind sur la toute première Xbox, à l’époque où son entreprise n’y voyait qu’une saga 100 % axée PC. Au début, il n’y croyait pas puis il s’est dit : « Pourquoi est-ce que la place de l’écran ou le type de manette devraient être importants ? Les gens ne sont pas tous sur un même pied d’égalité, et nous pouvons leur apporter [des jeux]. » 

Que deviennent les exclusivités temporaires PS5 ?

Avant l’officialisation du rachat de Bethesda par Microsoft, Sony a annoncé deux exclusivités temporaires pour la PS5 : Ghostwire : Tokyo et Deathloop, respectivement développés par Tango Gameworks et Arkane. Seront-elles finalement honorées ? Oui, a promis Phil Spencer. Et cela constitue une bizarrerie puisque Microsoft va éditer deux jeux qui ne seront pas disponibles tout de suite sur ses propres produits.

Qui est le plus grand gagnant du deal ?

Le Xbox Game Pass est assurément le grand gagnant de ce rapprochement qui fera date. Dans son communiqué, Phil Spencer n’a pas manqué de mettre en avant le service par abonnement. Il explique : «  Nous ajouterons les franchises iconiques de Bethesda au Xbox Game Pass pour console et PC. Mais l’une des choses qui m’excitent le plus est de jeter un oeil au programme de sortie sur PC et sur consoles Xbox que nous réservent les futurs jeux de Bethesda. » Pour rendre son Xbox Game Pass toujours plus attractif, Microsoft a besoin de grosses productions proposées régulièrement. Les studios de Bethesda vont lui en apporter sur un plateau, pour le plus grand bonheur des 15 millions d’abonnés.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo