Le phénomène des Animojis est en marche depuis le lancement de l'iPhone X. Alors que les premiers adeptes s'amusent avec des karaokés rigolos, les développeurs cherchent des solutions pour rendre la fonctionnalité plus simple et intuitive. Sans doute en vain vu la politique d'Apple en la matière.

Il était couru d’avance que les Animojis allaient devenir un phénomène — temporaire seulement ? — après le lancement de l’iPhone X.

Tout juste sorti, le smartphone a accouché d’un buzz sur les réseaux sociaux, où les premiers acheteurs s’amusent à faire du karaoké avec des animaux utilisant leurs propres animations faciales (via FaceID).

Mais force est de reconnaître que la fonctionnalité a ses limites, à commencer par un clip maximum autorisé de 10 secondes seulement Des barrières que certains développeurs essaient de faire voler en éclat en utilisant l’API privée d’Apple.

Libérez les Animojis

Le dénommé Simon B. Støvring a donc voulu améliorer l’utilisation des Animojis, notamment pour faciliter leur extraction. Apple limite leur exposition à iMessage et force à faire appel au système D pour les partager sur un autre moyen de communication (exemple : la capture vidéo du centre de contrôle puis le recours un logiciel de montage).

Pour s’affranchir de ces contraintes loin d’être ergonomiques, l’intéressé a donné naissance à une application baptisée SBSAnimoji (disponible via un compte développeur). En plus de doubler le temps des clips (20 secondes), elle facilite le partage des Animoji.

Hélas, il est peu probable que SBSAnimoji ou qu’un substitut ne fasse son apparition sur l’App Store, à moins qu’Apple autorise l’accès à l’API dédié aux Animoji à des tiers. Néanmoins, peut-être que ce genre d’initiative donnera finalement des idées à la firme de Cupertino.

Par chance, le succès naissant des emoji animés aidera aussi à leur développement au-delà de iMessage, où ils doivent se sentir bien à l’étroit maintenant qu’ils sont plébiscités.

Partager sur les réseaux sociaux