Indiana Jones, Alien, Doctor Who, l'eSport, les extraterrestres, Star Trek, Game of Thrones, Dragon Ball, Sherlock, les vampires... Véritable invitation au voyage, le guide touristique Planète Geek recense 500 lieux emblématiques de la pop culture, répartis aux quatre coins du globe, de l'adresse la plus célèbre à l'expérience la plus inattendue.

Si certains lieux bien réels qui servent de décors à Star Wars — comme la ville d’Ajim, en Tunisie, utilisée pour filmer Mos Eisley — sont aujourd’hui connus du plus grand nombre, on sait moins que Kashyyyk, le berceau forestier des Wookiees, peut lui aussi être exploré en Chine, dans la région de Guilin. Ou encore que la partie extérieure du palais de la Reine Amidala aperçu sur Naboo est en accès libre à Séville, en Espagne.

Et qui connaît l’existence du Dôgo Onsen Honkan, le plus vieil établissement thermal du Japon, qui a servi de modèle à celui du Voyage de Chihiro ?

C’est justement pour compiler toutes ces informations pratiques que Morgane Tual, Joffrey Ricome, Damien Leloup et William Audureau, de l’équipe Pixels du Monde, ont décidé de se prêter à un long travail de recherche et à une mise en commun de leur connaissances « geek ». Ils ont en tiré un guide touristique unique en son genre : Planète Geek (Lonely Planet, 21 €), une bible de 300 pages parue ce jeudi 5 octobre, qui référence 500 endroits plus ou moins connus de la pop culture.

« Faire un pas de côté ou un voyage dédié »

L’idée, collective, est née d’un constat résumé par Morgane Tual : « En tant que geeks, on s’est dit que, lorsqu’on voyage, il existe plein de lieux qu’on aimerait voir sans forcément en connaître l’existence. […] Il m’est arrivé de découvrir que j’étais passée à 3 kilomètres, lors d’un voyage aux États-Unis, d’un lieu que j’aurais adoré visiter mais qui n’était pas dans un guide de voyage traditionnel. On aimerait savoir que ce lieu existe pour faire un pas de côté ou au contraire un gros détour, voire un voyage dédié pour aller voir l’élément d’une culture qui, parfois, est partagée par le plus grand nombre, et parfois reste au contraire très confidentielle. »

Dans Planète Geek, on trouve ainsi des catégories dédiées aux grands noms du cinéma, de la télévision, de la BD et du jeu vidéo — Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, Alien, Batman, Astérix, les films d’Hayao Miyazaki, Retour vers le Futur, Doctor Who, Dragon Ball… — mais aussi des thématiques plus transversales, telles que le monde des gadgets électroniques, l’univers steampunk, l’histoire de l’informatique, d’Internet et des télécoms, les musées du jeu vidéo…

« L’idée était de faire un pas de côté, d’aller voir des choses qui sont un peu différentes, décalées et peuvent plaire aux geeks » précise Morgane Tual. Et sans forcément aller à l’autre bout du monde : de nombreuses destinations se trouvent en France, comme la reine Alien au musée Miniature et Cinéma de Lyon, ou encore le château d’Ocarina of Time à Vitré, en Bretagne.

La grande variété de thèmes et de lieux retenus dans le guide est représentative des intérêts de cette « très grande galaxie » difficilement définissable puisque ses intérêts varient énormément d’une personne à l’autre, comme les auteurs ont pu eux-mêmes le constater pendant la rédaction du guide : «  On ne trouve pas deux geeks pareils. Certaines thématiques du livre me laissent insensible alors qu’elles passionnent mes camarades, mais au final, on est tous d’accord sur le fait que tout ça correspond à une certaine culture geek ! »

Un guide qui ne s’adresse pas uniquement aux geeks

Pour réaliser cet ouvrage — dont seulement 5 thèmes initiaux ont dû être laissés de côté à regret –, le quatuor a donc réalisé un important travail de recherche et de documentation, puisant autant dans les guides existants de Lonely Planet que dans les sites officiels des endroits évoqués. Sans oublier les précieux documents fournis par des fans, et le recoupage nécessaire à chaque fois. « On a aussi parfois fait appel aux équipes qui sont allées sur place pour réaliser les films, les jeux vidéo ou les dessins animés dont on parle, comme un scénariste d’Uncharted » souligne Morgane Tual.

Les informations recueillies antérieurement dans leur propre travail de journaliste ont aussi pu leur servir sur certains éléments très spécifiques, à l’instar de l’asile polonais abandonné de Zofiowka, dans la banlieue de Varsovie, qui avait déjà fait l’objet d’un reportage de William Audureau, parti sur la piste d’une vidéo horrifique virale.

S’il s’adresse d’abord à un public spécifique, Planète Geek vise aussi à faire découvrir certaines œuvres emblématiques de la pop culture à des lecteurs qui n’entrent pas dans la « galaxie geek », ce dont se réjouit Morgane Tual : « Parler des inventeurs de la tech, de la conquête de l’espace, ce n’est pas seulement s’adresser aux geeks. Le guide […] est aussi une porte d’entrée vers une culture populaire, plus large. Ça permet de découvrir d’autres endroits, d’autres types de culture. Plusieurs personnes qui ne sont pas du tout geek m’ont dit qu’elles aimaient bien le livre car il leur permet de découvrir certains lieux autrement. »

D’autant qu’on se surprend à le feuilleter pour le simple plaisir de découvrir des anecdotes de tournage, de création ou des détails qu’on ignorait sur certaines œuvres. Morgane Tual conseille pour sa part d’y recueillir les informations nécessaires au moment de préparer son futur parcours plutôt que d’emmener avec soi ce volumineux ouvrage, histoire de gagner de l’espace dans ses valises.

« La maison de Walter White est occupée »

La journaliste suggère aussi de prendre en compte le degré d’accessibilité variable des endroits évoqués : « Certaines forêts où ont été tournées des films comme Star Wars sont faciles d’accès, on peut y retrouver l’ambiance du film. Mais on trouve parfois des lieux plus compliqués, comme la maison emblématique du héros de Breaking Bad [Walter White], qui est occupée par des habitants. Elle n’est donc pas visitable parce qu’on se voit mal les déranger, même s’ils sont bien conscients de tout cet intérêt autour de leur maison ! »

De la même manière, certaines adresses méconnues sont parfois totalement immunisées contre le tourisme de masse, là où d’autres font l’objet d’un véritable défilé de fans bien informés. À l’instar des lieux de tournage de Game of Thrones, en Croatie, qui font aujourd’hui l’objet d’une véritable industrie.

Combien de temps faudrait-il pour visiter l’intégralité des 500 lieux listés dans le guide ? Morgane Tual juge la tâche impossible : «  En toute une vie, je n’aurai pas le temps d’aller voir tous les lieux répertoriés dans le guide ! » Raison de plus pour commencer à planifier ses voyages dès maintenant.

Partager sur les réseaux sociaux