Qualcomm lance une nouvelle action judiciaire contre Apple, cette fois au prétexte que la firme de Cupertino aurait communiqué à Intel -- qui produit des produits entrant en concurrence avec les siens -- des informations techniques sensibles, alors qu'un contrat passé entre les deux groupes l'interdit.

Nouveau chapitre dans la guerre judiciaire qui empoisonne les relations entre Apple et Qualcomm. Cette fois, rapporte Bloomberg, l’équipementier américain poursuit le géant de l’électronique grand public devant les tribunaux au motif qu’il aurait livré à Intel — qui fabrique des composants concurrençant ceux vendus par Qualcomm — des informations techniques capitales.

Cette plainte, la énième entre les deux entreprises, affirme que la firme de Cupertino a enfreint un contrat qui régit l’utilisation d’un logiciel requis pour faire fonctionner les puces avec les autres éléments des smartphones et les faire communiquer avec les réseaux de télécommunication. L’objectif aurait été d’aider Intel à améliorer ses produits en tenant compte du savoir-faire de Qualcomm.

CC Jiahui Huang

Une hypothèse plausible

Est-ce que c’est vrai ? Ce sera à la justice de le dire, dès qu’elle possédera toutes les pièces utiles pour résoudre ce confit. En tout cas, cela reste tout à fait possible. Apple fait aujourd’hui appel à Qualcomm et Intel pour équiper ses terminaux. Or, la marque à la pomme chercherait à se passer de l’équipementier pour faire appel à un concurrent, comme Intel, du fait de la dégradation rapide de leurs relations.

Sauf que la gamme de produits proposée par Intel est moins performante que celle de Qualcomm. L’écart en réception 4G serait de 30 % dans certaines circonstances, ce qui n’est pas du tout anodin. Pour une société qui fait de l’excellence le centre de son discours commercial, ça fait tache. Apple aurait donc délibérément bridé la capacité des puces de Qualcomm pour qu’aucune différence ne soit perceptible.

CC Kārlis Dambrāns

Il n’est pas dit que le partage supposé de certains éléments industriels confidentiels qui appartiennent à Qualcomm visait à résoudre ce problème en particulier, mais ce serait de toute évidence pour ce genre de raison qu’Apple aurait soufflé quelques indications techniques à Intel, afin de préparer l’après-Qualcomm sans perdre une certaine exigence de qualité.

Cette plainte est la dernière manifestation d’une querelle dont l’ampleur a rapidement dégénéré.

Apparue en début d’année au sujet des montants inappropriés que Qualcomm réclamerait pour l’utilisation de sa propriété industrielle — le groupe possède des brevets clés pour l’industrie –, l’affaire a donné lieu à des plaintes dans le monde entier, avec des tentatives d’interdiction commerciale visant l’iPhone et des allégations visant Qualcomm sur des pratiques monopolistiques et d’exclusion de la concurrence.

Partager sur les réseaux sociaux