Intel et Samsung se mêlent du procès opposant Apple et Qualcomm. Les deux sociétés ont fait parvenir leurs remarques à la justice américaine pour soutenir la position de la firme de Cupertino. Une intervention loin d'être désintéressée.

Dans le bras de fer entre Apple et Qualcomm, Intel et Samsung viennent de choisir leur camp. Les deux entreprises ont fait parvenir à la justice américaine un amicus curiæ. Il s’agit d’un mécanisme procédural qui autorise l’intervention, avec l’accord du tribunal, d’un ou plusieurs tiers extérieurs dans un procès pour apporter des informations utiles à la réflexion et permettre au juge de tranche le litige.

Aux yeux des deux compagnies, Qualcomm est dans une posture d’abus de position dominante en cherchant à imposer à Apple des droits de licence abusifs pour exploiter ses technologies dans ses terminaux. Rappelons que la firme de Cupertino et l’équipementier sont justement en conflit au sujet des sommes à verser pour l’utilisation des puces 4G dans l’iPhone et l’iPad.

L’affaire a pris des proportions considérables depuis quelques semaines. D’un côté, Apple exige le paiement d’un milliard de dollars en guise de dédommagement pour les excès de licence. De l’autre, Qualcomm brandit la menace d’une action auprès de commission internationale du commerce (International Trade Commission, ITC) pour bannir l’import de l’iPhone aux États-Unis, celui-ci étant fabriqué et assemblé en Asie.

Le fait que Samsung et Intel interviennent dans le conflit juridique entre Qualcomm et Apple n’est pas désintéressé. Les deux groupes ont des raisons commerciales de se mêler de l’affaire : l’affaiblissement de l’équipementier américain leur serait très profitable. Intel, par exemple, propose ses modems dans l’iPhone 7. C’est la même chose pour Samsung, mais dans d’autres smartphones.

Partager sur les réseaux sociaux