En conflit pour des brevets et des accords de licence dont la tarification est contestée, Apple et Qualcomm pourraient finir par rompre leurs relations commerciales. La firme de Cupertino chercherait d'autres fournisseurs pour équiper ses produits.

La bataille judiciaire que se livrent Apple et Qualcomm va-t-elle entraîner une rupture commerciale complète et définitive entre les deux entreprises ? Alors que la firme de Cupertino est poursuivie par l’équipementier américain au prétexte qu’elle a enfreint sa propriété industrielle, la presse évoque la possibilité pour le géant de l’électronique grand public de se passer des composants Qualcomm.

Ce serait un virage industriel conséquent pour Apple, qui équipe encore aujourd’hui ses terminaux — l’iPhone et l’iPad notamment — avec les pièces usinées par son fournisseur. L’iPhone 8 et l’Apple Watch Series 3 font par exemple appel aux puces de Qualcomm. Ce ne sera donc que l’an prochain, avec le très probable iPhone 9 (si l’entreprise reprend la dénomination classique de ses produits), qu’un changement aura lieu, s’il a lieu.

Vers qui se tourner ?

Si Apple décide de couper les ponts avec Qualcomm, vers qui le groupe se tournera-t-il ? Les deux candidats les plus probables pour prendre la succession pourraient être Intel ou MediaTek, indique le Wall Street Journal. Reste à savoir si l’un ou l’autre compagnie est en capacité de répondre aux exigences industrielles d’Apple et au volume de composants qu’il faudra fabriquer pour répondre à la demande.

En effet, outre les capacités en termes de ligne de production, il s’avère que la gamme proposée par Intel — en tout cas du temps de l’iPhone 7est moins performante que celle de Qualcomm. Dans certaines circonstances, l’écart en réception 4G serait de 30 %, ce qui n’est pas insignifiant. Pour une société qui fait de l’excellence le centre de son discours commercial, ça fait tache.

Partager sur les réseaux sociaux